Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tout simplement, lors du dernier passage de la naine brune, les habitants de la Gaule furent traumatisés par une pluie de météores cataclysmique qui faillit les décimer.

C'est ainsi qu'une quinzaine de millénaires avant notre ère – en gros chiffres, – des clans hyperboréens s'étaient déjà aventurés sur le bouclier irlando-breton. Ils y furent témoins, quelque trois mille ans plus tard, d'un événement cosmique formidable (du moins, à notre échelle) dont la tradition, toujours vivace, faisait dire aux Gaulois qu'ils ne craignaient qu'une chose : « que le ciel ne leur tombât sur la tête ».

Cet événement fut une fantastique chute de bolides dont l'ouest de la future Europe fut le centre principal d'impact. Parmi les régions les plus éprouvées, une bonne part gît depuis longtemps sous les flots. Toutefois, des vestiges notables de cette catastrophe subsistent en Bretagne (« Chaos » de Plou Manac'h, entre autres sites) et au sud du Pays de Galles.

Je ne chercherai pas, pour l'instant, à préciser l'origine de cette pluie de blocs incandescents, projetés d'une région de notre système qu'on pouvait voir rougeoyer la nuit, tandis que les bolides dont elle mitraillait la Terre zébraient le ciel de traits de feu, martelaient sauvagement le sol, ou s'enfonçaient en grésillant dans l'Atlantique, soulevant des geysers d'eau vaporisée. Spectacle hallucinant, dont les pires bombardements aériens de la précédente guerre mondiale peuvent seuls donner quelque idée !

Les Anciens nous ont rapporté la tradition d'un incendie observé, – pensaient-ils – sur Vénus, qui pourrait bien être étroitement lié à la « chute du ciel ».

Je m'excuse de rapporter ces faits, tenus pour « légendaires » quand ce n'est pas pour « imaginaires »... Mais, outre que j'ai des raisons très positives de les tenir pour réels, voire vérifiables sous certaines conditions, je ne pouvais me dispenser d'en toucher quelques mots, car, bien antérieurement au Gui de Chêne, la Pierre tombée du Ciel fut le thème central des enseignements tant publics que secrets des Sages de Celtide. Elle fut leur premier autel : le Menhir, que copiera plus tard le Bétyle.


Extrait de "VISAGE DU DRUIDISME" de Roland Soyer

Tag(s) : #NIRIBU

Partager cet article