Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

La Chine vient d'acheter 5% de l'Ukraine

La Chine vient de conclure un accord avec l'Ukraine pour cultiver 3 millions d’hectares pendant 50 années, ce qui signifie que l’Ukraine vendra environ 5% de son territoire 9% de sa superficie cultivable à la Chine. Une telle surface correspond à peu près à la taille de la Belgique.

 

 

La crise en Ukraine provoque l'effervescence sur le marché mondial des céréales. Le prix de la tonne de blé à la bourse de Chicago a atteint un niveau record depuis mars dernier.

Actuellement les contrats sur les céréales à livrer en juillet sont conclus pour près de 270 $ la tonne. Odessa et encore quatre ports sur la mer Noire assurent près de 90 % des exportations ukrainiennes de blé. La recrudescence de la violence expose les exportations des produits agricoles, disent des acteurs du marché.

Le bond des prix à la bourse de Chicago est dû à la fois à plusieurs facteurs, disent des experts. Le premier est la révision à la baisse du rendement des céréales aux Etats-Unis. L'hiver dans les régions agraires du pays a été froid, une partie des céréales a gelé. A présent ces régions connaissent une vague de sècheresse, ce qui se ressentira également sur la récolte. Le deuxième facteur d'enchérissement des céréales est en fait la guerre civile en Ukraine. Les événements tragiques à Odessa ont mis de l'huile sur le feu. C'est dans cette région que se trouvent les ports d'où le blé est exporté. Le troisième facteur est lié aux spéculations.

Une hausse des prix devrait profiter aux fournisseurs de céréales. Car dans ce cas l'Ukraine pourra gagner davantage et compléter ses réserves en or et en devises. Or un tel scénario est peu probable. L'année dernière l'Ukraine a rentré une récolte record de 63 millions de t. Cette année les prévisions officielles se situent au niveau de 55-59 millions de t. Cela à cause des problèmes internes, notamment, le financement. La crise financière en Ukraine a privé les agriculteurs de la possibilité de prendre des crédits. Officiellement les banques ne refusent pas d'accorder un crédit, mais durcissent les conditions, en l'octroyant sur gage. A présent les agriculteurs ont dépensé leurs dernières économies pour les semailles, et 20 % des terres n'ont pas été labourées. Et vers l'automne tous les problèmes ukrainiens pourraient s'accentuer, estime Dmitri Rylko, directeur général de l'Institut de la conjoncture du marché agricole.

« Nous voyons d'assez substantiels problèmes avec des investissements à l'hectare. Notamment, il y aura moins d'engrais. Cela peut se répercuter sur le rendement et sur la qualité des céréales en Ukraine. Si la situation continue de se dégrader, les problèmes s'accumuleront pour culminer au moment de la rentrée de la récolte, quand on manquera tout simplement de ressources clés, par exemple, de carburant. On n'aura pas d'argent pour s'approvisionner. Les semailles des blés d'automne pourront être remises en question. »

Les événements politiques dans le sud et l'est de l'Ukraine sont un autre facteur important. L'Ukraine dépend beaucoup des contrats à long terme sur la livraison des céréales. Si les contrats anciens sont honorés, les commerçants ne se dépêchent pas d'en conclure de nouveaux. D'ailleurs, on ignore qui va garantir l'exécution de ces contrats, les événements en Ukraine étant facilement susceptibles de constituer une clause de « force majeure ». Et ces risques obligeront les acheteurs à rechercher des fournisseurs plus sûrs. Comme solution de remplacement les experts voient la Roumanie, la Bulgarie et la Russie.

source

Tag(s) : #CONFLICTS DANS LE MONDE

Partager cet article