Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grippe aux USA: les dessous d'un "état d'urgence" destiné à aider Big Pharma

 

Nous allons voir, à partir d'une simple dépêche AFP, comment on arrive à berner le public et à lui faire voir des "urgences épidémiques" là où il n'y en a pas véritablement. En somme, les dessous d'une pseudo-communication de crise où le plus élémentaire esprit critique passe le plus souvent à la trappe.
 
Voici donc cette dépêche. Suite à quoi nous verrons alors les questions-clés (volontairement non traitées) alors que des réponses à ces questions, dépend pourtant le bienfondé-même de ce pseudo sentiment de panique que les médias tentent de distiller...
 

 
AFP Mis à jour le 13/01/2013 à 11:49, publié le 13/01/2013
 
Le gouverneur de New York a déclaré l'état d'urgence sanitaire en raison d'une épidémie de grippe qui a frappé plus de 19.000 personnes dans l'Etat, et il a de ce fait autorisé les pharmaciens à vacciner les bébés et les enfants. Cette mesure exceptionnelle prise hier par le gouverneur Andrew Cuomo, intervient alors que l'épidémie s'est répandue dans tout le pays et pourrait durer encore plusieurs semaines.
 
Au moins 28.747 cas de grippe ont été recensés aux Etats-Unis cet hiver, et 20 enfants sont morts de la maladie, selon les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Il est probable néanmoins que les chiffres soient beaucoup plus élevés, de nombreux malades ne consultant pas de médecin.
 
Afin de freiner l'expansion d'un virus potentiellement mortel, le gouverneur Cuomo a estimé qu'il était crucial de suspendre, pendant les 30 prochains jours, la réglementation qui autorise les pharmaciens newyorkais à ne vacciner que des adultes âgés d'au moins 18 ans. "Nous subissons la pire épidémie de grippe depuis au moins 2009, et le virus est actif dans tout l'état de New York, avec des cas enregistrés dans les 57 comtés et les cinq arrondissements de la ville de New York", a déclaré M. Cuomo dans un communiqué expliquant pourquoi il avait déclaré l'état d'urgence dans son Etat.
 
Dans l'État de New York, la contamination par la grippe, qui a touché 4.404 personnes à l'hiver 2011-2012, a explosé à 19.128 cas cet hiver.

 
Les questions cruciales volontairement non traitées (et qui changent pourtant tout!):
 
1°) Où sont les preuves que la grippe ne touche pas proportionnellement davantage les gens vaccinés par rapport aux non vaccinés? Car en dépit de la croyance populaire et des discours pseudo-scientifiques des experts médiatisés, il faut rappeler que la vaccination (y compris antigrippale) entraîne une immunodépression temporaire qui favorise des infections opportunistes, y compris l'influenza, dans les jours qui suivent la vaccination et qu'en outre, ce fait avait encore été majestueusement démontré au Canada lors du H1N1, où il avait été constaté sur 12 millions de sujets évalués, que le fait d'avoir été vacciné contre la grippe saisonnière multipliait par 2 le risque de contracter le H1N1!!

2°) Où sont les données permettant de comparer les chiffres de la grippe en fonction du pourcentage de couverture vaccinale de telle ou de telle région?

3°) Pourquoi l'AFP n'a-t-elle pas rappelé les conclusions des méta-analyses de Cochrane et celle de chercheurs de l'Université du Minnesota, selon lesquelles les preuves d'efficacité du vaccin sont manquantes?

4°) Ne pas mettre les chiffres en perspective: comme avec le H1N1, on agite ainsi le spectre de l'"état d'urgence" mais sans évidemment rappeler les chiffres que ces mêmes officiels présentent dans des pays comme la France et la Belgique (autrement plus réduits en termes de population!) pour pousser à la vaccination. Ainsi, en Belgique et en France, on estime que 2000 ou 6000 décès sont vraiment des chiffres évocateurs de la nécessité de vacciner tous azimuts contre cette terrible maladie. Mais alors, comment comprendre, par comparaison avec ces chiffres de 28 747 cas (cas et PAS décès donc!) pour l'ensemble des Etats-Unis et 20 décès d'enfants -dont rien n'indique qu'ils n'ont pas succombé à cause de tous les autres vaccins qu'ils avaient sûrement déjà reçus et qui les auront donc rendus éminemment plus vulnérables, y compris à la grippe- qu'on évoque déjà "l'état d'urgence" dans un état comme celui de New-York qui compte 19,3 millions d'habitants?!! La raison est simple: plus c'est gros et plus ça passe et surtout, les bonimenteurs qui vous lâchent de tels chiffres savent pertinemment que les gens n'iront pas vérifier, recouper et confronter ces chiffres à d'autres pour démasquer de telles manipulations médiatiques.
 
Grippe-USA-faux-etat-d-urgence.jpg
 
5°) Créer la peur de toutes pièces pour faire accepter l'inacceptable (mesures d'exception): Chaque fois, sans surprise et sans exception, essayez de vous rendre compte que c'est toujours au motif de "votre protection" ou de "votre sécurité" que les autorités font passer les mesures et les textes les plus sclérérats. Le Patriot Act liberticide suite au 11 septembre et à la "menace terroriste", les lois d'exception dans des Etats comme la France et la Belgique avec la "menace H1N1", les contrats scandaleux qu'aucun citoyen n'aurait osé signer au nom de son pays, là aussi à l'occasion du H1N1. Ici, on est donc une nouvelle fois dans une phase de "test": la population va-t-elle accepter ceci ou ça en prévision des prochaines pandémies tant attendues et tant préparées? Essayons dès à présent, sous prétexte d'un état d'urgence que personne ne peut vérifier et voyons un peu...On décrète donc l'état d'urgence en affirmant qu'il est absolument indispensable que les pharmaciens soient autorisés à vacciner aussi les bébés et les enfants puis, quand les officiels se seront rendus compte que le public américain a même fini par accepter cela, l'idée commencera à faire son chemin en Europe aussi où, rappelons-le, l'Académie française de Pharmacie a déjà réclamé que les pharmaciens puissent vacciner les adultes dans leurs officines. Il est tout de même utile de savoir qu'aux Etats-Unis, cette vaccination antigrippale est déjà préconisée depuis 2002 à tous les enfants de plus de 6 mois. Par conséquent, on aperçoit vraiment mal pourquoi il y avait urgence à autoriser les pharmaciens à vacciner aussi les enfants, surtout que le délai de soi-disant "protection" conférée par le vaccin est de 15 jours au minimum! Tout ceci démontre donc par A+B, que cette extension d'autorisation de vacciner les enfants aux pharmaciens, répond à d'autres buts que celui de lutter contre un pseudo "état d'urgence".

Une fois encore, nous devons être lucides sur la façon dont les médias peuvent ou ne peuvent pas traiter ces sujets commercialement sensibles et savoir décoder en conséquence. Le décryptage des informations brutes des médias n'est pas quelque chose de naturel pour Monsieur ou Madame tout le monde et pourtant, cela s'avère essentiel dans une société ou l'or de demain, et même déjà d'aujourd'hui, ne sera ni l'or métallique, ni l'euro  mais D'ABORD ET AVANT TOUT l'accès à la bonne information, au bon moment ! source


Tag(s) : #USA

Partager cet article