Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

MAJ du 10/11/2012

 

14 novembre : mobilisation contre l’austérité en France et dans toute l’Europe  source

Les cinq grands syndicats français prévoient une centaine de manifestations et rassemblements le 14 novembre en France, dans 77 départements. A l’appel de la CES et de plus de 40 organisations syndicales, des manifestations auront lieu dans 23 pays européens pour protester contre les politiques d’austérité qui mènent le continent droit dans le mur.

Outre les manifestations, les organisations CGT, CFDT, FSU, Unsa et Solidaires, rejointes par la CNT, ont également appelé à des grèves sectorielles, en particulier dans les services publics. "A ce jour, sur 77 départements, nous recensons 100 manifestations et rassemblements", indique la CGT.  

"Cette journée européenne d’action et de solidarité a pour objectif de demander aux dirigeants de montrer leur volonté de s’atteler véritablement à la détérioration de l’emploi et de répondre à l’angoisse sociale grandissante des citoyens européens. L’austérité est une impasse totale qui doit être abandonnée. La protection sociale et les salaires ne peuvent plus être sacrifiés. Il y a urgence sociale, il est temps d’écouter ce qu’ont à dire les citoyens et les travailleurs et de changer de cap." explique la Confédération Européenne des Syndicats (CES).

Grèves, manifestations, mais aussi des actions de sensibilisation et d’information sont prévues. Étant donné sa gravité dans certains pays comme la Grèce et l’Espagne où il dépasse les 50 %, le chômage des jeunes sera également au cœur de la journée. A Bruxelles, les leaders syndicaux belges et de la CES rencontreront les ambassades de Grèce, du Portugal, d’Irlande et d’Allemagne dans la matinée du 14, avant de manifester devant Parlement Européen.  

Une quarantaine d’organisations syndicales issues de 23 pays sont impliqués dans cette journée européenne d’action et de solidarité.

La CES met cette journée sous le signe de l’opposition à l’austérité, mais elle se veut également force de proposition, pour l’emploi et la solidarité :

-Une gouvernance économique au service d’une croissance durable et d’emplois de qualité,
-La justice économique et sociale via des politiques de redistribution, la fiscalité et la protection sociale,
-Des garanties d’emploi pour les jeunes,
-Une politique industrielle européenne ambitieuse orientée vers une économie verte bas carbone et vers des secteurs d’avenir, porteurs d’emplois et de croissance,
-L’intensification de la lutte contre le dumping social et salarial,
-La mise en commun de la dette au moyen d’euro-obligations,
-La mise en place effective d’une taxe sur les transactions financières pour lutter contre la spéculation et permettre des politiques d’investissements,
-L’harmonisation de l’assiette fiscale avec un taux minimum pour les entreprises en Europe,
-La lutte contre l’évasion et la fraude fiscales,
-Le respect des négociations collectives et du dialogue social,
-Le respect et la garantie des droits sociaux et syndicaux fondamentaux.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Résistance politique & sociale: 14 Novembre pour que les travailleurs français rejoignent Espagnols, Portugais et Grecs dans la grève générale illimitée…

SOURCE :http://resistance71.wordpress.com/2012/11/10/resistance-politique-sociale-14-novembre-pour-que-les-travailleurs-francais-rejoignent-espagnols-portugais-et-grecs-dans-la-greve-generale-illimitee/

 

 

Nous ne gagnerons pas sans la grève générale

 

 


Catarina Sobral - Greve

 

Le Monde Libertaire

 

 

8-14 Novembre 2012

 

 

url de l’article original:

http://www.monde-libertaire.fr/syndicalisme/15982-nous-ne-gagnerons-pas-sans-la-greve-generale

 

Que ce soit sous Hollande, que ce soit sous Sarkozy, le capitalisme demeure. Depuis quelques années, ce système économique et sa financiarisation ultralibérale fabriquent une crise qui cible toujours les mêmes catégories sociales pour mieux enrichir les barons du système. Les profits obtenus par les pressions sur les salaires sont détournés de l’investissement dans l’appareil productif pour enrichir toujours plus les actionnaires et alimenter des spéculations financières qui partent en fumée.

Quelques individus comme Bernard Arnault, PDG de LVMH (Louis Vuitton, Moët Hennessy), ou Lakshi Mittal, le patron d’Arcelor-Mittal comptent parmi les milliardaires mondiaux les plus fortunés, tandis que la famille Peugeot s’est installée en Suisse avec un petit coussin douillet de 4 milliards d’euros.

Pendant qu’ils s’enrichissent et qu’ils spéculent, en France, entre 1998 et 2008, les 10 % des plus pauvres ont reçu 2,8 % de l’ensemble de la richesse nationale alors que les 10 % des plus riches en ont disposé de 31,7 %.

Que ce soit en France ou ailleurs, la crise n’est pas pour eux, elle est pour les autres, c’est-à-dire pour nous !

Ici et maintenant, c’est le changement… en pire, avec le raz-de-marée des licenciements annoncés depuis l’été : 6 500 départs « imposés » annoncés à PSA, 1 250 emplois menacés chez Sanofi, 570 chez Arcelor-Mittal à Florange, 2 500 au Crédit immobilier de France, auxquels il faut ajouter les 6 000 emplois en moins prévus dans le secteur du bâtiment en 2012 et toutes les suppressions de postes dans la fonction publique. Et cette liste n’est pas exhaustive…

De plus, Hollande et Ayrault, en adhérant au TSCG (Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance) – c’est-à-dire le pacte budgétaire européen – veulent inscrire la rigueur et l’austérité comme règle d’or de leur gestion, comme tous les gouvernants de la zone euro.

Face à ce marasme cynique, les ripostes en ordre dispersé proposées par les confédérations syndicales – telles les récentes journées « saute-mouton » du 30 septembre, du 6 et du 9 octobre – ne sont évidemment pas en mesure de combattre efficacement ni les licenciements, ni le cortège des mesures antisociales qui s’abattent sur la population (gel des salaires, hausse des cotisations, déremboursement des soins, généralisation des CDD et de la précarité, etc.).

En agissant ainsi, ces confédérations veulent emboîter le pas de leurs homologues espagnols ou portugais soumis à la troïka (FMI, BCE et Commission européenne) à l’heure où les travailleurs et les travailleuses, les chômeurs et les chômeuses, les retraités et les jeunes les débordent dans la rue.

La Coordination syndicaliste de la Fédération anarchiste dénonce fermement cette stratégie qui leurre les salariés et ne conduit nulle part, comme l’ont démontré les mouvements de 2003 et 2010 contre les réformes des retraites. Les bureaucraties syndicales ont une lourde responsabilité dans ces échecs qu’elles ont sciemment organisés. Pire, elles contribuent ainsi à la démoralisation et à la résignation du monde du travail.

Au contraire, face aux milliers de suppressions d’emplois annoncées, les militants syndicalistes de la Fédération anarchiste proposent de construire des revendications unitaires claires et de se donner les moyens de les faire aboutir. En premier lieu, notre objectif est : aucun licenciement !

Et, pour cela, il nous faut : passer de la colère à la révolte consciente et organisée.

Construire dans la durée une riposte à la hauteur des enjeux par l’instauration d’assemblées générales souveraines, regroupant toutes et tous les salariés engagés dans l’action et mandatant de manière impérative leurs représentants à tous les niveaux (local, régional, national et international).

Mettre en place des comités de grève autogérés et unitaires, regroupant syndiqués et non-syndiqués, en lien avec les structures syndicales combatives.

Travailler à coordonner les luttes afin de construire les conditions propices à un mouvement d’action et de grève générale illimitée en France et en Europe et au-delà, seule manière de répondre aux attaques subies et de faire capoter les plans sociaux mortifères.

Élaborer ainsi les conditions de la prise en main de leur lutte par les salariés eux-mêmes afin d’aboutir à la grève générale expropriatrice et révolutionnaire.

Il est urgent de s’organiser en rejoignant la Fédération anarchiste et en construisant des sections syndicales de combat.

La Coordination syndicaliste de la Fédération Anarchiste

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

   ARTICLE DU 24/10/2012

Ca y est la date est bloquée du coté espagnol, le 14 novembre 2012 marquera le début d'une Grève Générale Illimitée (GGI), bien sur étant donné qu'il faut frapper fort, elle est illimitée, donc pas de date de fin...

 

Le peuple appelle à la greve générale, pour le peuple, par le peuple !!!

derrière aucun parti politique !!!

il n'est plus questions de programmes politique de tel ou tel parti, ou d'idées, de pseudos débats...désormais le peuple doit se réveiller et le fera à partir du 14 novembre 2012 !!! Terminé cette pseudo démocratie, terminé les promesses non tenues...désormais c'est le peuple qui prend les commandes, et ceci dès le 14 novembre !! des pages facebook ont été lancées dès l'annonce de la date par les syndicats espagnols (aujourd'hui), des événements ont été mis en ligne.... maintenant il faut écrire des articles sur le plus de sites possible (d'infos, d'actu....vos sites, blogs......) et sinon le bouche à oreille marchera très bien !! il faut que ce 14 novembre monopolise les médias !!!!

 

Chacun a de quoi faire ! Utilisons les médias en notre faveur pour une fois !!

Ceci étant dit, il faut se concerter sur l'organisation d'une grève générale illimitée !

 

Quelques idées relevées un peu partout sur la toile et avec lesquelles je suis d'accord :

-se préparer : faire quelques réserves de nourriture et de produits de première nécessité, mettre de l’argent de côté.


- les agriculteurs, éleveurs et producteurs devraient s'organiser afin de nourrir et de vendre, en direct, leurs produits, et d’éviter de passer par la grande distribution. Se préparer des lieux où se réaliseront les échanges pendant la période de cette grève générale.


- les routiers pourraient bloquer le pays


- nous pourrions quant à nous créer la pénurie en faisant des réserves d’essence


- retirer nos espèces, vider nos comptes ; ça concerne donc l'argent, nous les toucherions alors au coeur, là où ça fait mal ! Prenons une matinée, où tous nous allons retirer notre argent !


- échangeons nos compétences entre nous, sans passer par le commerce


- que certains professeurs fassent grève mais gardent les petits de ceux qui sont occupés, que les femmes de ménage et ouvriers cessent de travailler pour leurs patrons, et utilisent leurs compétences pour les autres, afin que l’on voit bien que sans nous, ils ne sont rien !

La date est bloquée !

Organisez-vous, parlez-en autour de vous, faites le plus de bruit possible !!!

le 14 novembre c'est bientôt, les espagnols et portugais seront au rendez-vous alors c'est le bon moment.


J'avais fais part aux syndicats espagnols qu'une grève générale illimitée devrait être organisée en même temps dans plusieurs pays d'Europe, je les avais relancés, le message a été entendu, je continue donc mon travail, je passe l'info, faites de même. Je vais également voir si du coté de l'Italie, de la Grèce et de l'Irlande une grève générale illimité qui débuterait le 14 novemebre serait possible !!


Discutons de notre avenir.

Pour le Peuple, Par le Peuple !

 

par Liam Prestone  jeudi 11 octobre 2012 via Agoravox

 


Adel Abdessemed, grève mondiale

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article