Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après d'intenses tractations, l'ancien vice-président de la Banque centrale européenne serait sur le point d'être nommé au poste de premier ministre grec.

Les chefs de file des partis politiques grecs, qui achèvent leurs négociations sur la formation d'un gouvernement d'union, se sont entendus mardi pour nommer l'ancien vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Lucas Papademos, 64 ans, à sa tête, selon une source proche du Parti socialiste au pouvoir. «Les négociations sont en cours de finalisation avec Papademos en tant que premier ministre. Ils discutent des derniers détails», a déclaré cette source.

Dans l'après-midi, les ministres du gouvernement grec avaient présenté leur démission à la demande de Georges Papandréou qui, lors d'un conseil des ministres extraordinaire, a fait ses adieux à ses collaborateurs.

Tractations en coulisses

En coulisses, les négociations se sont poursuivies mardi pour le deuxième jour consécutif entre Georges Papandréou et le chef de l'opposition conservatrice Antonis Samaras pour parvenir à un accord de partage du pouvoir et à la désignation d'un premier ministre de consensus. Dimanche, les socialistes du Pasok de Georges Papandréou et le principal parti d'opposition Nouvelle Démocratie s'étaient entendus pour laisser place à un gouvernement d'union nationale après d'intenses tractations. Georges Papandréou s'était également engagé à quitter son poste, après deux ans au pouvoir.

Mardi, le parti d'Antonis Samaras a toutefois irrité Bruxelles en refusant de signer un engagement à respecter la mise en œuvre du plan de sauvetage européen, demandé lundi soir par les créanciers de la Grèce. L'Union européenne avait, en effet, exigé de la Grèce une promesse écrite signée par le premier ministre sortant et son successeur, le ministre des Finances, le leader de l'opposition ainsi que le gouverneur de la banque centrale.

 

http://www.lefigaro.fr/ 

via "Incapable de se taire"  = Grèce: Papademos est un ancien président de la banque centrale européenne. C'est un employé. Lui, il va mener les réformes à terme coûte que coûte. Surveillez bien le traitement qu'il va apporter aux révoltés et protestataires.

Tag(s) : #Crise de l'Euro

Partager cet article