Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Confrontés à une crise sans précédent, les Grecs sont la cible de nombreuses mesures d'austérité qui remettent en question leur niveau de vie.

Grèce les retraites diminuent de 20 %

La situation des Grecs n'a pas de commune mesure en Europe. En tête de leurs préoccupations, le revenu. Les salaires du secteur privé ont chuté en moyenne de 10 à 15 % selon les secteurs et les métiers. Le salaire moyen a baissé de 1.100 à 700 euros par mois. Celui des fonctionnaires civils a plongé de l'ordre de 20 à 30 % et les retraites ont fondu de 20 % en moyenne. Sans compter le chômage, notamment celui des jeunes : un sur deux est désormais sans emploi. « Les jeunes diplômés ont des projets mais pas l'argent pour les réaliser », déplore Melina, une jeune fonctionnaire. Les banques ne leur octroient plus de crédits.

Alors que les revenus s'effondrent, les prix restent élevés. « Le litre d'essence sans plomb ? 1,80 euro ». Le tarif autoroutier entre Athènes et Salonique (500 km) ? « Plus de 50 euros ». Le seul poste qui baisse dans le budget des ménages est celui des loyers. Mais dans un pays où plus de 70 % de la population est propriétaire du logement, ceci a peu d'incidence.

Envolée de la taxe foncière

Sauf pour les plus démunis qui perdent leur emploi et n'ont pas pu accéder à la propriété. « Les loyers baissent moins que le revenu de cette catégorie de population », note cependant Luc, un professeur français expatrié en Grèce depuis deux décennies. Les loyers n'ont baissé en moyenne que de 10 à 15 % dans la capitale depuis le début de la crise (à environ 400 euros mensuels pour 70 mètres carrés). Pour les propriétaires les plus pauvres, s'impose de plus en plus le choix de vendre leur logement et de devenir locataires en raison de l'envolée de la taxe foncière. En fin d'année, l'Etat a levé un impôt exceptionnel sur la propriété foncière de l'ordre de 700 euros pour un logement de 100 mètres carrés. Enfin, les hôpitaux publics commencent à manquer d'équipements et de médicaments.

M. P., Les Echos
Tag(s) : #Crise de l'Euro

Partager cet article