Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

© REA

Les autorités publiques sont de plus en vigilantes à l'égard des contenus publiés sur Google ou ses filiales (Youtube, Blogger, Google+…). Au premier semestre, le géant du web a reçu 1791 demandes de censure, émanant des pouvoirs exécutifs (gouvernement, police…) ou des tribunaux. Soit près du double des requêtes enregistrées à la même période de l'an passé (949).

Les champions du monde de la "discipline" sont les Turcs. Ces derniers ont envoyé 501 demandes, et 90% d'entre elles ont été adressés par l'exécutif. "Nous avons reçu des demandes de la Haute instance des télécommunications du BTK (autorité chargée de la communication et des technologies de l'information en Turquie) pour supprimer des blogs débattant de l'indépendance des minorités et dévoilant des détails de la vie privée de personnalités politiques", souligne notamment le groupe américain.

La France n'est pas en reste. 72 demandes y ont été recensées au cours des six premiers mois de l'année. Un chiffre 8 fois supérieur à celui du premier semestre 2011 (9 requêtes seulement), et en hausse de 132% comparé aux six derniers mois de cette même année (31 requêtes).

Les tribunaux français ont adressé 37 de ces 72 demandes. La vaste majorité d'entre elles (31) concernaient des affaires de diffamation, ciblant en particulier le moteur de recherche et la plate-forme de blogs, Blogger. Google précise ainsi avoir dû supprimer 992 résultats de recherche qui auraient enfreint la vie privée d'un individu.

Les motifs des requêtes de l'exécutif sont plus variés, allant de la sécurité nationale (2 demandes) à l'incitation à la haine (4 demandes) en passant par la pornographie (7 demandes). Elles visaient principalement des vidéos postées sur Youtube.

Bien sûr, Google n'est pas obligé d'obtempérer à tous les coups. "Nous avons reçu une demande des représentants légaux d'une ancienne personnalité politique exigeant le retrait d'un post de blog qui aurait exposé ses relations avec le lobby pharmaceutique, et serait par conséquent diffamatoire. Nous n'avons pas accédé à cette demande", explique ainsi le groupe de Mountain View.

Mais ces requêtes sont fréquemment suivies d'effets. Concernant les ordonnances du tribunal en France, Google a accédé à tout ou une partie de la demande dans 84% des cas. Ce taux atteint 60% pour les demandes du pouvoir exécutif.

source

 

à  lire aussi  : La France réfléchit à la base taxable du secteur numérique

Tag(s) : #INTERNET - COMMUNICATION

Partager cet article