Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Molex : symbole de la désindustrialisation dans la région./photo DDM, F. C. ()

Molex : symbole de la désindustrialisation dans la région./photo DDM, F. C.

 

Selon l'étude du cabinet Trendeo, la France a perdu plus d'un millier d'usines en seulement quatre ans. Au total, 36 000 emplois ont été détruits.


Le chiffre fait froid dans le dos. Selon l'étude du cabinet Trendeo, la France a perdu plus d'un millier d'usines en seulement quatre ans. Le plus inquiétant est de voir le mouvement de disparition reprendre en 2012 et même s'accélérer. Sur la seule année dernière, les fermetures d'usines ont en effet explosé de 42% soit 266 fermetures après deux ans d'accalmie. Dans le même temps, on ne recense que166 ouvertures d'usines. Les pertes d'emplois sont estimées à 24000 postes.

Depuis janvier 2009, la France a fait a vu la fermeture de 1087 sites industriels, selon Trendeo, pour seulement 703 ouvertures, soit un solde net négatif d'environ 300 usines. Ce ne sont pas les grosses unités qui sont les plus touchées mais les petites usines puisque la taille moyenne des sites fermés est de 71 salariés. En quatre ans, les conséquences sur l'emploi industriel ont été dévastatrices avec 709000 emplois supprimés pour 673000 emplois créés, soit un solode négatif de 36000 emplois. Les secteurs les plus touchés sont l'automobile, la pharmacie, la fabrication de meubles ou encore l'imprimerie.

Contrairement à une idée reçue, les délocalisations ne représentent que 3,1% des emplois détruits. Dans l'industrie manufacturière, très consommatrice de main d'œuvre, ce taux monte à 8,5%. En revanche, le phénomène de relocalisation comme les skis Rossignol qui ont rapatrié une production de Chine ne pèse encore que très peu dans le gain d'emploi: 0,2% des emplois créés et 0,6% dans l'industrie.

Le vert, filière d'avenir

L'aéronautique fait exception à ce tableau noir. En effet, la filière a massivement embauché l'an dernier notamment en Midi-Pyrénées. L'union régionale de la métallurgie (UIMM) a estimé à 9000 postes, le nombre d'emplois à pourvoir sur les années 2012 et 2013. 5000 ont déjà été recrutés mais des difficultés pour trouver les compétences se font déjà sentir pour 2013.

La filière du luxe affiche elle aussi un solde d'emplois positif tout comme les métiers du développement durable. Ce secteur a procédé au recrutement de 9000 personnes sur toute la France en 2012. Un relais de croissance toutefois insuffisant pour compenser les destructions d'emploi dans les autres secteurs.


En 30 ans, deux millions d'emplois perdus

L'étude publiée par Trendeo met en évidence la lente mais certaine désindustrialisation de la France. Le solde net entre ouvertures et fermetures d'usines se maintient inexorablement dans le rouge. Selon les statistiques, depuis 1980 le nombre d'emplois manufacturier a plongé de cinq millions de postes à moins de trois millions en 2012. L'essor d'industries de pointe comme l'aéronautique ne suffisant pas à limiter la casse.

Gil Bousquet

source via Incapable de se taire

Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article