Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ALors que de premiers heurts ont éclaté entre forces de l'ordre et manifestants à Quimper, la préfecture avance le chiffre de 10 000 participants.

Les organisateurs, eux, parlent de trois fois plus.

SUITE et source


Quimper: premières échauffourées entre forces de l'ordre et manifestants

 

 

au moins 10 000 manifestants contre

 

l'écotaxe, selon la préfecture

Par

 

FRANCE : Les dessous de l’écotaxe : quand Benetton et Goldman Sachs collectent l’impôt français

 

Quimper accueille samedi 2 novembre plusieurs milliers de manifestants lors d'un rassemblement pour l'emploi en Bretagne et contre l'écotaxe. Au moins 10 000 "bonnets rouges" sont rassemblés, selon la préfecture, tandis que les organisateurs revendiquent 30 000 manifestants. Le rassemblement a commencé vers 15 heures et les premiers débordements ont éclaté moins d'une heure plus tard. Voici les principaux éléments à en retenir :

• Des milliers de personnes attendues. Agriculteurs, pêcheurs, employeurs, commerçants et salariés sont attendus en masse dans le chef-lieu du Finistère, pour un rassemblement qui doit également réunir des autonomistes de tous bords. Entre 10 000 (selon la préfecture) et 30 000 manifestants (selon les organisateurs) sont déjà rassemblés.

• Les forces de l'ordre mobilisées. La préfecture du Finistère a prévu d'importants déploiements de policiers et de gendarmes, en raison notamment de risques d'échauffourées entre groupuscules d'extrême droite et d'extrême gauche. La mairie de Quimper a fait démonter le mobilier urbain et l'accès au centre-ville a été interdit aux tracteurs. 

• Une autre manifestation à Carhaix. Le rassemblement quimpérois ne fait pas l'unanimité : les syndicats CGT, Solidaires et FSU, ainsi que EELV et le Front de gauche appellent à leur propre manifestation, à Carhaix (Finistère), une action dont l'ampleur attendue est cependant moindre.

• Un portique incendié à Saint-Allouestre. Des manifestants ont mis le feu à un portique qui a fini par s'effondrer. Depuis samedi matin, 350 à 400 personnes occupent les lieux sur la N24, rapporte France 3 Bretagne.

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article