Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La désinformation bat son plein. 
Ces 30 kilos de matière radioactive ont étés ramenés à 1 seul par les médias officiels.

France : quelle est la centrale nucléaire la plus proche de chez vous ?

France : les plans du site nucléaire de tricastin ont été volés!

Des micro-fissures sur les cuves de dix réacteurs nucléaires français

 

Et ça continue ! EDF et Areva rivalisent de semaine en semaine pour décrocher la timbale du meilleur initiateur d'une catastrophe nucléaire. Ce jeudi 31 octobre dans la matinée, alors que des fuites radioactives se poursuivent dans la centrale nucléaire d'EDF, c'est une nouvelle rupture de confinement de tuyauterie qui entraîne la dispersion de près de 30 kilos d'oxyde d’uranium dans une installation de Areva NC. L'exploitation de l'atelier est suspendue, la zone est contaminée et des salariés ont été conduit vers le contrôle radiologique pour des examens médicaux.

Alors que toute la presse unanime* vient de reprendre d'une seule voix les propos mensongers de la direction d'Areva, le nouvel incident nucléaire qui vient de se produire ce 31 octobre au matin dans une installation d'Areva au Tricastin (TU5) est de toute autre nature. Non il ne s'agit pas d'une "légère fuite" mais bien de la fuite de 30kg d'oxyde d’uranium radioactifs (U308) propulsés dans les airs et dont une partie s'est retrouvé au sol après la rupture de confinement d’une tuyauterie aérienne.

C'est par hasard qu'un salarié a constaté la présence de poudre d'oxyde d’uranium radioactifs sur le sol, à l’extérieur de l’atelier W de transformation de l’hexafluorure d’uranium (UF6), atelier exploité par AREVA NC et situé dans le périmètre de l’INB n°155 (dite installation TU5)

La poudre radioactive provient d’une rupture de confinement d’une tuyauterie aérienne

La poudre radioactive provient d’une rupture de confinement d’une tuyauterie aérienne de transfert entre deux ateliers. Cette rupture a engendré la fuite de poudre radioactive et l’accumulation d’une trentaine de kilogrammes de poudre dans la partie basse du coffrage de protection des tuyauteries. Et comme ce coffrage n’est pas étanche, une dispersion dans l'air et une cascade au sol se sont produites, la valeur de près de 1 kilo de produits radioactifs mortels.

Areva a alors été contraint immédiatement de mettre à l'arrêt le fonctionnement de l'atelier puis de délimiter un périmètre de sécurité et de mener dans l'urgence des contrôles radiologiques à proximité de la tuyauterie défaillante et plus largement autour. Des intervenants ont alors du tenter de récupérer la matière radioactive dispersée. Plus d'une quinzaine de personnes travaillant à proximité a du être conduit au service médical afin d'examens médicaux. La zone contaminée est actuellement en cours de tentative d'assainissement.


De premiers contrôles radiologiques dans l’environnement montre une contamination à l’intérieur du périmètre autour de la tuyauterie. Les personnels contrôlés ne présenteraient pas de contamination externe ou interne. Et comme à l'accoutumé la direction déclame : "Cet événement n’a pas conduit à des rejets à l’extérieur du site et n’a pas eu d’impact sur la santé des travailleurs". Mais la dispersion d'uranium en poudre est nettement plus dangereuse pour les travailleurs qu'en bloc : elle peut être inhalée et une contamination interne est ce qu'il y a de encore plus dangereux. Alors la direction, relayée béatement par les médias affirme que la poudre d'oxyde d'uranium est trois fois moins radioactive que l'uranium "naturel". Qu'est-ce qui justifie cette affirmation ? rien ! un pur bluff et mensonge.


En fait c'est la défaillance de la dernière barrière de confinement de matière radioactive qui a conduit à la dispersion de poudre à l’extérieur du bâtiment. Un défaut d'étanchéité au niveau du transfert pneumatique d'une des conduites circulant à l'extérieur entre deux bâtiments de l'atelier de défluoration de l'uranium naturel appauvri, Ce n'est pas anodin car le sens et la puissance du vent a pu entraîner les particules radioactives autant sur d'autres espaces du site nucléaire que bien au-delà de l'enceinte du site. Le fait que l'U308 sont incombustible ne retire rien à sa dangerosité et à sa toxicité mortelle.

L’incident nucléaire a été classé au niveau 1 de l’échelle INES par Areva mais l'ASN va instruire cette demande de classement au vu des éléments qui auront été recueillis. (http://www.asn.fr/index.php/content/view/full/150815)


Une dizaine d'entreprises proches du site ont été mises en alerte et chez Gerflor à Saint-Paul les Trois Châteaux, les salariés présents au moment des faits ont été mis à l'abri à l'intérieur du bâtiment, dont les issues ont été fermées, pendant plus une partie de la matinée.

De difficultés en défaillances, d'incidents en accidents qui annoncent la catastrophe


L'usine W transforme l'hexafluorure d'uranium appauvri en provenance de l'établissement d'Eurodif (mis à l'arrêt depuis plus d'un an), en oxyde d'uranium stable permettant un entreposage radioactif de longue durée. Longue durée tant que cela ne fuit pas. L'atelier TU5 traite, quant à lui, le nitrate d'uranyle en provenance de la Cogema de la Hague. Le nitrate d'uranyle, un des produits résultant du retraitement des combustibles usées des centrales électronucléaires, est converti en tétrafluorure d'uranium ou en oxyde d'uranium. Cet uranium de retraitement est, pour une part, entreposé sur le parc P18, l'autre part étant expédiée à l'étranger pour enrichissement. Plus de 2220 000 tonnes d’uranium appauvri (en masse d’uranium) sont entreposée, essentiellement au Tricastin, sous forme d’U3O8. Cet uranium "appauvri" qui peut être incorporé dans l'armement militaire.

Cette fuite d'oxyde d'uranium fait suite à une série d'incidents qui touchent le site nucléaire du Tricastin depuis plusieurs semaines tant chez Areva que chez EDF. Le 7 octobre, trois salariés de la centrale nucléaire du site avaient été touchés par des effluents liquides radioactifs lors de l'explosion d'une pompe hydraulique. Le 16 septembre, l'ASN avait annoncé avoir demandé à EDF une surveillance renforcée des eaux souterraines de la centrale nucléaire et d'identifier la cause d'une "présence anormale" de tritium depuis début juillet. Fuite toujours en cours. Les autres incidents et défaillances de TU5 sont répertoriés - dans un jargon bien aseptisé et à décrypté - par l'ASN (http://www.asn.fr/index.php/L-ASN-en-region/Division-de-Lyon/Cycle-du-combustible/Installation-TU-5-usine-AREVA-NC/Avis-d-incidents )

L’ASN mentionnait d'ailleurs dans son "appréciation 2012" que l'exploitant Areva rencontrait des "difficultés à maîtriser la quantité d’hydrogène présente dans le procédé de l’usine W " depuis 2011 et que des travaux de modernisation de la zone d’entreposage de l’acide fluorhydrique (cuves et structures) de l’usine W devraient commencer courant 2013. La mise en évidence, en 2011, d’une dose cumulée supérieure à 1mSv sur deux des dosimètres de surveillance placés à la clôture de l’établissement ont contraint à entreprendre des déplacements d’entreposages. Mais l'ASN constatait que "ces actions n’ont pas encore permis d’améliorer notablement la situation et des investigations complémentaires sont en cours". Doutant de la bonne volonté d'Areva à respecter les prescriptions l'Autorité de Sûreté Nucléaire a demandé une tierce-expertise de l’étude de dangers de la nouvelle unité d’entreposage. Et pour enfoncer le clou du danger : " AREVA NC doit améliorer la rigueur de réalisation des rondes de surveillance sur l’installation". (http://www.asn.fr/index.php/content/view/full/831)

Le "patron" du site Areva est plus prompte à ordonner à ses troupes de pourchasser les citoyens antinucléaires qu'à assumer ses responsabilités de sécurité. Un peu à l'image de son alter-égo de EDF qui vient d'être débarqué en une soirée de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin.
http://coordination-antinucleaire-sudest.net

Tag(s) : #NUCLEAIRE