Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le général Benoît Puga, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, François Hollande, Le général Pierre de Villiers, le ministre délégué aux Anciens combattants Kader Arif et le général Hervé Charpentier (22 mai 2014) © reuters.

 

 

Les armées privées sont désormais opérationnelles en Europe

Hollande a peur de ses armées

Destruction de l'armée française : le ministre de la défense promeut les sociétés militaires…

Exclusif = France : ces privatisations qui pourraient sauver l'armée française du déclin

France : à la tête de l'armée …

France : à la tête de l'armée …

 

L'armée française, menacée de nouvelles coupes budgétaires, se rebiffe et - fait rare - ses plus hauts responsables militaires mettent leur démission dans la balance si leurs crédits sont effectivement rognés.

Dans une lettre récente au Premier ministre Manuel Valls, avec copie au ministre des Finances, Michel Sapin, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a pris fait et cause pour ses troupes, avertissant de conséquences "très lourdes" sur les armées.

Exaspération
Les "efforts seront difficiles à réaliser, dans un contexte social proche de l'exaspération", souligne M. Le Drian dans cette lettre citée vendredi par le quotidien 'Le Figaro'.

Mali et Centrafrique
Ce ministre est une personnalité très proche du président socialiste François Hollande, chef des armées et qui a envoyé en moins d'un an deux fois les militaires au combat, au Mali où 1.600 soldats sont encore présents après avoir repris le nord du pays aux groupes armés jihadistes, et en Centrafrique où 2.000 hommes sont déployés dans des conditions particulièrement austères.

Plan d'économies
Le gouvernement français a annoncé un plan d'économies de 50 milliards d'euros en 2015 et 2017, dont 18 milliards doivent porter sur une baisse des dépenses de l'État. L'armée française a déjà été mise au régime sec dans une loi de programmation militaire (LPM) allant jusqu'en 2019, votée par le Parlement en décembre, avec la suppression prévue de 34.000 postes en six ans et de nouvelles suppressions de régiments à venir.

Mise en garde de la Défense
Si de nouvelles coupes étaient décidées, "l'armée de Terre serait sous-équipée et rapidement dans l'incapacité de satisfaire de nouveaux contrats opérationnels", met en garde le ministre de la Défense. "La Défense ne peut absorber une perte de crédits en 2014, ni sur sa masse salariale, ni sur (les) crédits de fonctionnement", qui se situent déjà "au seuil de l'acceptabilité sociale", souligne le ministre.

Crise économique
Alors que la France reste engluée dans la crise économique, le ministère des Finances cherche par tous moyens des recettes et a récemment dit qu'un nouvel effort allait devoir être consenti par toutes les administrations. Selon l'opposition de droite, le gouvernement préparerait de nouvelles coupes de 1,5 à 2 milliards d'euros par an pendant trois ou quatre ans dans la Défense pour atteindre les objectifs de son plan d'économie.

Démissions en cascade?
Dans les milieux militaires, cette assertion a représenté un détonateur. A en croire l'hebdomadaire 'Le Canard enchaîné', les chefs d'état-major des trois armées - Terre, Air, Marine - se sont réunis secrètement le 13 mai, envisageant de démissionner en bloc si le budget de la Défense était encore rogné. Leur rencontre ne s'est pas traduite par une lettre publique mais ils ont décidé de laisser filtrer dans les médias leur courroux, note le journal. Ils se sont faits "l'écho des doutes, des interrogations et de l'humeur plutôt très très maussade des armées à l'égard de ces rumeurs et des incertitudes qui pèsent sur elles", constate un proche du dossier.

Hollande reste muet
Depuis, le chef de l'État n'est guère sorti du bois pour les rassurer. "Le budget de la Défense n'est pas un budget comme un autre", s'est-on borné à relever à l'Elysée. Vendredi, l'entourage du chef de l'État a fait savoir que ce dernier "rendra ses arbitrages dans les prochaines semaines".

Loi de programmation militaire
Dans la majorité socialiste, des voix se sont élevées pour envisager de ne pas respecter à la lettre les premières années de la Loi de programmation militaire quitte à organiser un rattrapage au cours de ses dernières années. Dimanche, M. Sapin a assuré qu'elle sera respectée "dans ses équilibres globaux", sans exclure des adaptations.

La situation politique est paradoxale, note un proche du dossier: "l'opposition de droite UMP défend un texte gouvernemental que ne défend plus le gouvernement"...

Deuxième budget national
Le budget de la Défense est le deuxième budget de la nation après celui de l'Education. La LPM alloue 190 milliards d'euros de crédits d'ici 2019 à la Défense, avec un budget annuel de 31,4 milliards d'euros. La Défense compte quelque 285.200 personnes, dont environ 218.500 militaires.

 

source

Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article