Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baby et Népal, deux éléphantes souffrant du tuberculose, le 6 janvier 2013 à Lyon © AFP Philippe Desmazes


09/01/2013 3:31 pm

LYON - (AFP) - Le cabinet de François Hollande a indiqué que l'exécutif laissait la justice suivre son cours concernant le sort de deux éléphantes tuberculeuses menacées d'euthanasie à Lyon, tandis que le propriétaire des animaux, qui réclame de nouveaux tests, persiste.

"Autant il était légitime de vous fournir la possibilité de déposer un recours contre l'arrêté préfectoral demandant l'euthanasie des deux éléphants, autant il n'appartient plus au gouvernement d'intervenir dans le déroulement de la procédure judiciaire en cours", estime la directrice de cabinet du président de la République dans un courrier du 2 janvier.

"Il revient donc maintenant au Conseil d'Etat de se prononcer sur votre pourvoi en cassation", poursuit-elle dans cette lettre dont copie a été transmise à la presse par Gilbert Edelstein, patron du cirque Pinder et propriétaire des deux pachydermes.

Ce dernier se dit dans un communiqué "excessivement déçu" par ce qu'il interprète comme un refus de toute "grâce présidentielle", mesure qu'il demande depuis mi-décembre. Alors que le Conseil d'Etat doit se prononcer dans les prochains jours, M. Edelstein invite à "rester toujours mobilisés pour sauver la vie de Baby et Népal".

Dans une lettre adressée mardi en réponse au cabinet de François Hollande, il sollicite l'intervention du président afin que la vétérinaire de son cirque "soit autorisée à pratiquer de nouveaux tests sur les éléphantes, lesquels permettraient de disposer de données scientifiques et actualisées en vue d'une prise de décision motivée et pertinente". L'accès aux pachydermes a déjà été refusé à la vétérinaire à Noël. source

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article