Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Facebook ne prend pas à la légère les signalements effectués chaque jour par ses 845 millions d'utilisateurs. Pour décider de ce qui est acceptable ou pas, le réseau social s'est doté de règles de modération.

Le site web américain Gawker a mis la main sur un document de la firme oDesk, prestataire de services de modération.

En vous inscrivant à Facebook, vous devez accepter ses conditions d'utilisation. Dans ces conditions, on vous informe que vous devez vous engager à ne pas publier «des contenus incitant à la haine ou à la violence, menaçants, à caractère pornographique ou contenant de la nudité ou de la violence gratuite». Puisque ces termes sont plutôt vagues, Facebook a dû élaborer une charte de modération plus précise. Tout le contenu signalé par les utilisateurs n'étant pas nécessairement sujet à suppression, Facebook s'est doté de règles claires pour éviter les accusations de censure.

Le document de 13 pages contient des exemples concrets de ce qui doit être modéré ou pas. Il précise également la conduite à adopter lorsque les modérateurs reçoivent des signalements.

Facebook ne se satisfait pas d'une modération « légale », comme c'est souvent le cas. Les contenus jugés contraires à la loi sont bien sûr supprimés, mais le réseau va parfois encore plus loin que cela.

 

Tour d'horizon

Facebook interdit toute description d'actes sexuels; il en va de même pour les photos.

Un langage sexuellement explicite n'est pas un motif de modération, mais la sollicitation d'actes sexuels l'est. La nudité n'est autorisée que si les parties génitales sont cachées, ce qui inclut la poitrine. Les images d'enfants (se tenant debout) nus ou en sous-vêtements sont interdites et sont signalées. Les photos de mères donnant le sein sont autorisées seulement si les mamelons ne sont pas visibles. Ainsi, depuis plusieurs mois, plusieurs militent contre Facebook, qui supprime régulièrement des photos de mères donnant le sein à leur bébé.

Facebook demande aux modérateurs d'ignorer le signalement des liens menant vers des sites pornographiques «sauf si l'adresse du lien est sexuellement explicite».

Tous les contenus liés à la drogue sont interdits, sauf s'il s'agit de marijuana. Toutefois, s'il est évident que la personne en vend, en achète ou en fait pousser, le contenu est supprimé.

Puisque la violence est interdite sur Facebook, les contenus liés à toute forme de torture contre des humains ou des animaux sont interdits. Les images de mutilation ou l'apologie de la violence également. Si un utilisateur profère des menaces à l'encontre d'une autre personne, les modérateurs doivent évaluer leur crédibilité et agir.

Néanmoins, les images de sang et d'autres fluides corporels à l'exception du sperme ne sont pas modérées.

Agence QMI via Kébeckleak

Tag(s) : #INTERNET - COMMUNICATION

Partager cet article