Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0000939.jpg

Il serait plus difficile d'arrêter de suivre ce qu'il se passe sur les réseaux sociaux que de cesser de fumer, selon une étude américaine qui s'est penchée sur la résistance aux désirs.

 

Des chercheurs de l'Université de Chicago ont fourni des téléphones intelligents à 205 personnes, âgées entre 18 et 85 ans, dans la ville allemande de Wurtzbourg, en Bavière. Ils leur ont ensuite envoyé sept messages par jour pendant sept jours pour savoir s'ils éprouvaient le besoin de consulter leurs réseaux sociaux. Une majorité de participants ont dit éprouver une envie intense.

L'étude note que ce besoin de consulter ses messages ou de publier une information a tendance à s'estomper à mesure qu'avance la journée.

Selon le directeur de la recherche, Wilhelm Hofmann, la dépendance aux réseaux sociaux serait due au peu de contraintes qu'ils imposent.

«Regarder et mettre à jour son statut Facebook, c'est facile, ça ne coûte rien et ça représente un risque assez limité», a-t-il expliqué, ajoutant qu'il était plus contraignant d'aller par exemple s'acheter un paquet de cigarettes pour un fumeur.

Les participants ont toutefois affirmé que c'était l'envie de dormir qui constituait la plus grande «dépendance».

Agence QMI Par kébecleak   

Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article