Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ses relations avec son parti, son attitude envers François Hollande, sa participation à la manifestation de Jean-Luc Mélenchon...

L'écologiste s'explique et attaque dans un mail interne dévoilé par le JDD.

 

Eva Joly règle ses comptes. La candidate d'Europe Ecologie - Les Verts pour la présidentielle de 2012 a surpris en défilant le 5 mai dernier avec Jean-Luc Mélenchon et s'en explique dans un long mail interne dont le JDD dévoile les grandes lignes. 

"Ce texte n'est pas une justification. Pas même une mise au point", écrit-elle au début de son message. La suite est pourtant pour le moins acide. A propos de son parti, Eva Joly regrette qu'il "marque le pas, comme en panne d'inspiration (...) il est aujourd'hui faible en adhérent, et je crains qu'il ne soit demain, faible en influence." Et de refuser qu'il "se normalise et se dissolve dans la participation gouvernementale." 

Sur la présidentielle de 2012, la candidate malheureuse reconnaît "un échec" et des "failles" personnelles. Mais elle refuse d'en assumer l'entière responsabilité: "Il me reste dans la bouche un goût de cendres, et la désagréable sensation que Nicolas Hulot et moi même avons été instrumentalisés pour des jeux internes. (...) Une fois la primaire passée, ma victoire surprise ayant troublé le jeu, la campagne n'était manifestement plus la priorité." 

"Aucune dynamique n'est possible quand on devient le punching-ball de sa propre famille", regrette-t-elle également, tout en précisant qu'elle restera dans le parti. 

"Mélenchon a parlé de coup de balai, choquant les oreilles sensibles?

La belle affaire!"

Quid de François Hollande et Jean-Marc Ayrault? "Nous devons donc les soutenir sans réserve", assure Eva Joly. Tout en nuançant: "Notre solidarité ne peut pas s'exercer par l'autocensure." 

Mais alors, pourquoi avoir participé à la manifestation "contre l'austérité" du 5 mai dernier? "Je peux comprendre qu'on affirme que manifester aux côtés de Mélenchon est une erreur, répond l'écologiste. Je note au passage la grande sollicitude de ceux qui s'inquiètent hypocritement sur le mode 'Eva va se faire bouffer par Mélenchon'. Qu'ils disent les choses plus clairement : 'Eva est nulle' est le fond de leur pensée'".  

Et de poursuivre sans détour: "Mélenchon a parlé de coup de balai, choquant les oreilles sensibles? La belle affaire! La vérité, c'est qu'il est en deçà de la réalité : un 'Karcher' ne suffirait pas à décrasser le système actuel".

source

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article