Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

     

Depuis quelque temps, une question m'assaille : pourquoi le projet babelien ou illuminati est-il , si visible, si flagrant ?
 

 
Des gens que j'ai connus il y a quelques années, quelques mois, même, qu'on trouvait farouchement opposés à toute idée de conspiration, de complot, en sont soudain devenus les thuriféraires.
 
 
 
Pourquoi ?

 

 
 
 
Les affres du mariage homosexuel n'y sont pas étrangères, bien sûr. C'est un coup au cœur d'une citadelle jusque là fermée sur ses certitudes et ses rentes héritées, dont les habitants ont soudain pris conscience d'un projet mondial déterminé à vaincre.
 
 
 
Il y a plus, je crois.
 
 
 
Pour certains commentateurs de l'actualité, le projet de domination globale est si avancé que nos "maîtres", qui avançaient jusqu'alors masqués ne se cachent plus, et avancent maintenant comme chasseurs en plaine, à visage découvert.
 
 
 
Cela aussi, est vrai, je crois.
 
 
 
L'ennemi triomphe et jette bas son déguisement. Le loup n'a plus besoin de montrer patte blanche pour investir la bergerie.
 
 
 
Il y a plus encore, me semble-t-il.
 
 
 
Dans le prologue du Livre de Job, Satan le calomniateur requiert et reçoit la permission divine de tenter Job, sous certaines limites : il touchera à ses biens, mais pas à sa vie. Il pourra le torturer, massacrer sa famille, le jeter à terre par la ruine et des ulcères malins.
 
 
 
Qu'est-ce dès lors que sa vie, dans ces conditions ?
 
 
 
La vie, ici, c'est l'âme intouchable. Nul ne peut lui nuire, mais dans le film, tout peut se déchaîner contre elle.
 
 
 
Si le triomphe de la pyramide du pouvoir est aussi annoncé, comme imminent, voire déjà là, c'est pour que les humains connaissent l'enjeu : se soumettre, ou prendre l'autre voie.
 
 
 
Tout est en pleine lumière, afin que nul ne puisse dire : je ne savais pas, si j'avais su ...
 
 
 
Que ceux qui ont des yeux voient, que ceux qui ont des oreilles entendent, que ceux qui savent lire au delà des apparences comprennent, et choisissent leur voie en pleine connaissance de cause.
 
 
 
La proposition qui nous est faite ? Se soumettre à la puissante et menaçante volonté qui veut être le cerveau d'un corps usurpé, formé de toutes les soumissions additionnées, soumission, renoncement, acquiescement à l'abjection, reniement de toutes les valeurs différentes, abolition de toute compassion.
 
 
 
Une terrible main de fer qui n'a plus grand chose de souriant, hormis la pub.
 
 
 
Ce mysticisme inversé peut offrir les apparences d'une mission sacrée, puisqu'il est question d'abandonner sa volonté à plus grand que soi, ici le pouvoir d'un super-organisme, la Bête, dont les objectifs sont : survie, déploiement, guerre à outrance, meurtres et conquêtes.
 
 
 
Il existe des fous, des fanatiques de ce genre de projet.
 
 
 
De l'autre côté, les doux, comme disait le Christ, les purs. Qui renoncent ou ont renoncé à tout pouvoir. Le maître mot est : pouvoir.
 
 
 
Une des anciennes phrases clés de la Sagesse, est : ce que tu crois posséder ne te possède-t-il pas ?
 
 
 
Sont-ce les hommes qui font la guerre, les guerres, ou la guerre décidée pour eux qui mange les hommes ?
 
 
 
La scène est en place, sous les yeux de la foule qui se bouscule. Les trois coups ont retenti, chacun fait silence, le rideau est ouvert, la pièce va commencer.
 
 
 
D'un côté, l'énorme construction s'affiche effrontément, publie toutes ses menaces : appartiens moi de ton plein gré, esclave, puisque tu m'appartiens déjà, de toutes façons. Aucune échappatoire. Je te sucerai à fond, et tu vas aimer ça. Je te viderai de tout, ton fric, indispensable, ton essence, mmmm, tout ce que tu croyais vouloir, tu me donneras tout, puisque maintenant tu es moi, une parcelle de moi, sans aucun retour, et tu aimeras ça.
 
 
 
De l'autre : rien.
 

 
La porte est grande ouverte. Un saut dans le vide.
 

 
Où irez-vous ?

Tag(s) : #Philosophie-réflexion

Partager cet article