Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Une nouvelle étude parue dans le 2012 Intelligence Studies Yearbook, publié par le Mediterranean Council for Intelligence Studies (MCIS) indique que l’utilisation des médias sociaux constitue « la nouvelle façon avant-gardiste de recueillir des renseignements tactiques à l’aide de logiciels libres ». Joseph Fitsanakis d’IntelNews.org, co-auteur de l’étude, écrit :

Nous expliquons que les agences de renseignement voient de plus en plus Facebook, Twitter, YouTube, et une foule d’autres plateformes de réseautage comme des façons inestimables d’acquérir des informations. Nous basons nos conclusions sur trois récentes études, lesquelles, selon nous, mettent en lumière la fonction des réseaux sociaux dans la collecte de renseignement. (Joseph Fitsanakis, Research: Spies increasingly using Facebook, Twitter to gather data, intelNews.org, 13 février 2012)

L’étude ne mentionne toutefois pas que les agences de renseignement utilisent les médias sociaux à d’autres desseins. L’étude porte à croire que les médias sociaux servent uniquement à la collecte de renseignement, alors qu’en réalité, de nombreux reportages ont démontré qu’ils sont utilisés à des fins de propagande et pour la création de fausses identités utilisées dans des opérations clandestines. Ces pratiques sont explorées dans des articles publiés en 2011 sur Global Research (Army of Fake Social Media Friends to Promote Propaganda, Social Media: Air Force ordered software to manage army of Fake Virtual People et Pentagon Seeks to Manipulate Social Media for Propaganda Purposes).

L’étude du MCIS est en partie basée sur le « printemps arabe », lequel aurait « incité le gouvernement étasunien à commencer à développer des directives pour puiser des renseignements sur les sites de réseautage ». (Ibid.)

Encore une fois, on omet de mentionner un fait : le gouvernement étasunien offre des « formations d’activiste » à des étrangers afin qu’ils déstabilisent leur pays d’origine. Dans son dernier article, Egypt: US-funded Agitators on Trial: US "Democracy Promotion" = Foreign-funded Sedition, Tony Cartalucci explique cette tactique.

La « cyberdissidence » est organisée entre autres par Freedom House, liée à la CIA. Le premier événement sur le liberté humaine du Bush Institute, co-commandité par Freedom House, s’intitulait « La conférence des cyberdissidents : succès et défis internationaux ».

La conférence sur les cyberdissidents a souligné le travail, les méthodes, le courage et les accomplissements de ses huit conférenciers invités provenant de sept pays. Dans cinq d’entre eux la liberté est disparue (tous jugés « non libres » par Freedom House) : la Chine, Cuba, l’Iran, la Syrie et la Russie. Dans les deux autres la liberté est en péril (tous deux jugés « partiellement libres » par Freedom House) en raison d’un gouvernement autoritaire accumulant davantage de pouvoir, comme au Venezuela, ou de la menace de groupes terroristes nationaux, comme en Colombie. (The Conference on Cyber Dissidents: Global Successes and Challenges, The George W. Bush Presidential Center.)

Les pays où la « liberté est disparue » et qui sont des alliés des États-Unis, comme l’Arabie Saoudite et Bahreïn, ne figurent pas sur la liste. Le seul allié que l’on mentionne est la Colombie et la liberté y serait menacée non pas par le gouvernement mais par des groupes terroristes. Le gouvernement colombien a toutefois été accusé d’espionner ses journalistes et la Commission interaméricaine des droits humains a déclaré que la liberté d'expression « existe à peine » en Colombie.

Le but de la “formation d’activiste” par les ONG étasuniennes est de déstabiliser les ennemis politiques des États-Unis au nom de la liberté. La « cyberdissidence » est ensuite employée par les agences de renseignement dans le cadre d’opérations clandestines.
Julie Lévesque est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=29294
Tag(s) : #INTERNET - COMMUNICATION

Partager cet article