Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Restos du Coeur ont lancé lundi leur 27e campagne d'hiver, déterminés à "faire passer le message de ceux que l'on n'écoute pas", en pleine crise économique et à cinq mois de l'élection présidentielle.




Responsables de l'association fondée par Coluche, bénévoles, dirigeants politiques de gauche et de droite, dont les ministres de l'Agriculture Bruno Le Maire (UMP) et des Solidarités Roselyne Bachelot, se sont retrouvés dans un hangar du XVe arrondissement de Paris, où palettes de café et de sucre attendaient les bénéficiaires.

 

"Vingt-sept ans après leur création, les Restos du Coeur reçoivent 12 fois plus de bénéficiaires que lors de leur création", a déploré Olivier Berthe, le président des Restos. "C'est l'échec de toute notre société, qui manque de solidarité, de programmes structurants" pour s'attaquer à la pauvreté, a-t-il estimé, tout en saluant "la générosité des Français" qui ne fléchit pas.

 

Au cours de la saison 2010-2011, 860.000 bénéficiaires avaient été accueillis dans les permanences pour 109 millions de repas distribués.

 

Cette année, quelque 60.000 bénévoles vont se mobiliser.

 

"25% de personnes accueillies en plus au cours des trois dernières années et des ressources menacées: l'équation +faire plus avec moins+ fait peser un grand risque sur l'aide qu'apportent les Restos", selon les Restos, évoquant des attaques de députés contre la déductibilité fiscale des dons aux ONG, ou le sauvetage in extremis, et pour seulement deux ans, du Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD).

Photographe : Jean-Philippe Ksiazek :: Un poster de Coluche dans un local des Restos du coeur, le 28 novembre 2011 à Villeurbanne

"Ce que nous faisons, les pouvoirs publics ne pourraient pas le faire à si faible coût", a fait valoir M. Berthe.

 

Alors que la crise fait grossir les rangs des plus pauvres, les Restos vont "se saisir de la campagne présidentielle pour faire passer le message de ceux que l'on n'écoute pas", a-t-il ajouté.

 

Ils entendent plaider pour "une politique de l'hébergement et du logement qui favorise réellement l'accès à un toit pour tous", "la construction d'un programme européen durable d'aide alimentaire", la "pérennité des politiques publiques et de leur financement" en faveur du monde associatif.

 

Le ministre Le Maire a rendu "hommage" au "travail exceptionnel, difficile", de l'association et a jugé que la lutte contre la misère était "une obligation de tous les jours", pas "un axe" de campagne électorale.

 

Sa collègue Roselyne Bachelot a annoncé une reconduction en décembre de la prime de Noël accordée aux bénéficiaires de certains minima sociaux, comme le RSA: 150 euros pour une personne seule, 320 euros pour une famille avec deux enfants.

 

Le président PS de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon a fustigé la politique du gouvernement à l'égard des plus pauvres, dénonçant "la diminution des prestations sociales", la baisse des subventions aux associations, et plaidant pour davantage de "pouvoir d'achat".

 

Etaient également présents la première adjointe au maire de Paris Anne Hidalgo ou le député et président du groupe UMP au Conseil de Paris Jean-François Lamour.

 

source: actu.orange

Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article