Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le maréchal Hussein Tantaoui (archives)

Photo: AFP/Amr Nabil

Le maréchal Hussein Tantaoui (archives)

 

Le maréchal Hussein Tantaoui a annoncé mardi, à l'occasion d'un discours télévisé à la nation, la prochaine levée partielle de l'état d'urgence honni par la population égyptienne, tout en précisant que ces mesures d'exception continueraient à s'appliquer aux crimes commis par des « voyous criminels ».

Cette levée de l'état d'urgence doit entrer en vigueur mercredi 25 janvier, à l'occasion du premier anniversaire du soulèvement populaire qui déboucha, le 11 février 2011, sur la chute du raïs Hosni Moubarak.

Le maréchal Tantaoui et le Conseil suprême des forces armées (CSFA) qu'il dirige assurent le pouvoir depuis.

Les lois sur l'état d'urgence sont en vigueur en Égypte depuis plus de 30 ans, instaurées après l'assassinat du président Anouar el-Sadate. Donnant des pouvoirs exceptionnels à la police et restreignant les libertés publiques, elles ont été en vigueur durant tout le règne de Moubarak.

Leur levée est l'une des principales revendications de la révolution égyptienne qui a débouché sur la chute de Moubarak.

Mais le bémol mis à cette décision de levée des mesures d'exception risque de mécontenter les groupes de défense des droits de la personne, qui dénoncent l'usage répété par les militaires de ce terme de « voyous criminels » pour justifier la répression contre les manifestants par le CSFA.

Au moins 12 000 civils ont été jugés par des juridictions militaires depuis l'arrivée au pouvoir des généraux du Conseil suprême il y a un an. Et au moins 80 manifestants ont été tués par les forces de l'ordre depuis octobre.

 

Associated Press

 

Tag(s) : #CONFLICTS DANS LE MONDE

Partager cet article