Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La police mène une opération de dispersion contre les partisans de Morsi sur deux places du Caire qui a tourné au bain de sang. Au moins 124 personnes ont été tuées.

 

MAJ 17H55

 

Le vice-président égyptien et prix Nobel de la paix, Mohamed

El-Baradei, démissionne

Le vice-président égyptien ElBaradei démissionne

Le vice-président égyptien, le prix Nobel de la paix Mohamed ElBaradei, a présenté sa démission au président par intérim, après l'intervention sanglante des forces de l'ordre pour déloger les partisans du président destitué Mohamed Morsi de deux places du Caire.

"Il m'est devenu difficile de continuer à assumer la responsabilité de décisions avec lesquelles je ne suis pas d'accord et dont je redoute les conséquences", écrit-il notamment dans sa lettre au président Adly Mansour.

 

MAJ 16H20

Les manifestants parlent, eux, de plus de 2.200 morts et 10.000 blessés, des chiffres qu'il est impossible de confirmer de sources indépendantes.

Un caméraman de Sky News tué en Egypte


Depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée le 3 juillet, l'Egypte connaît une crise politique qui mobilise les partisans de l'ancien chef de l'Etat. Le mouvement, qui connaît des épisodes violents, prend un tour sanglant, mercredi 14 août. A tel point que la présidence a décrété l'état d'urgence pour un mois dans tout le pays.

 

Les faits à retenir :

La police a commencé à disperser, dans la matinée, les deux rassemblements de partisans du président déchu Mohamed Morsi, au Caire. Ceux-ci étaient retranchés derrière des barricades, avec femmes et enfants, sur les places Rabaa al-Adawiya et Nahda. 


 Les bilans divergent, mais une chose est sûre, l'opération a tourné au bain de sang.

L'AFP a pu compter 124 corps dans trois morgues improvisées.

Et ce, pour une seule des deux places évacuées. Le correspondant de The Independent affirme pour sa part, sur Twitter, avoir compté 31 corps dans une morgue et 42 dans une autre. Les manifestants parlent, eux, de plus de 2 200 morts et 10 000 blessés. Des chiffres impossibles à confirmer de sources indépendantes. Par ailleurs, un caméraman a été tué par balle, selon sa chaîne, Sky News. Il pourrait ne pas être le seul, selon un journaliste de la radio américaine NPR, sur Twitter.


• Plusieurs médias rapportent des mouvements de protestation des partisans de Morsi dans d'autres villes égyptiennes, et notamment à Alexandrie et Assouan. Les autorités ont bloqué les trains au Caire afin d'éviter que des manifestations se reforment en dehors de la capitale. Mais des partisans de Mohamed Morsi ont incendié au moins trois églises coptes dans le centre de l'Egypte. Cinq partisans du président déchu sont morts à Suez en tentant de prendre des bâtiments publics, selon l'agence Reuters.

• La présidence égyptienne a décrété en milieu d'après-midi l'état d'urgence et ordonné à l'armée d'apporter son soutien aux forces du ministère de l'Intérieur pour imposer la sécurité. 

• De nombreux pays ont réagi à l'intervention policière. Ainsi, dans un communiqué, le Quai d'Orsay a appelé "les parties à faire preuve de la plus grande retenue et met en garde contre un usage disproportionné de la force". Plus fermes, la Turquie et l'Iran dénoncent un "massacre".

• La plus haute autorité sunnite dans le monde, la mosquée Al-Azhar au Caire, s'est désolidarisée de l'opération policière. Elle avait pourtant soutenu la destitution du président islamiste.

source

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article