Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers amis adhérents,

Bonjour (ou bonsoir)



Nous vous adressons en pièce jointe le bilan des contrôles que nous avons
effectués depuis fin mars dernier sur les aliments.(PDF, ne passe pas sur le blog)

Le document était trop lourd et nous avons dû supprimer quelques photos. Ce n’est qu’un extrait.

Le chapitre complet, avec l'analyse critique du travail effectué par
l'expert de l'Etat (IRSN), sera mis en ligne d'ici quelques jours et vous
pourrez alors retrouver l'ensemble des informations et des photos. Nous
avons préféré vous l'envoyer sans tarder car les dernières analyses
confirment qu'il n'y a plus aucune précaution à prendre avec les produits
sensibles comme le lait ou les fromages frais de brebis (y compris pour les
mamans qui allaitent leur bébé ou les femmes enceintes).



Nous avons mis en ligne le chapitre sur la pluie : vous le trouverez à
l'adresse
http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/france/progression_m
asse_air.html

Chercher le lien : "CONTAMINATION DE L'EAU DE PLUIE" vous y trouverez le
bilan de nos résultats et l'analyse critique du travail de l'expert public
(nous dénonçons surtout l'absence de stratégie de prélèvement permettant
d'identifier les secteurs géographiques les plus contaminés afin de cibler
ensuite sur ces régions les contrôles alimentaires. C'est la seule façon de
garantir la protection de l'ensemble de la population). Certes l'impact des
rejets de Fukushima Daiichi sur la France n'a pas provoqué de problèmes de
santé publique mais un nouvel accident peut survenir à tout moment. Il est
indispensable que l'Etat garantisse que les contrôles officiels sont
corrects et assurent la protection de l'ensemble de la population quels que
soient le lieu de résidence, l'alimentation ou l'âge des personnes.



Nous avons adressé aux autorités une demande d'enquête sur les nombreux
dysfonctionnements relevés dans le travail de son expert. Nous avons ciblé
le premier courrier sur le problème du début de la contamination. Nous ne
pouvons pas encore tout vous expliquer mais sachez que cela devrait
contraindre l'IRSN à reconnaitre
1/ soit que la contamination est arrivée sur la France plus tôt qu'il ne l'a dit ;


2/ soit à reconnaitre que les chiffres qu'il a publiés sous-évaluaient la réalité de la contamination. Il lui faudra choisir l’option la moins pénalisante. C'est vraiment déplorable d'en être encore là 25 ans après Tchernobyl.

Quoiqu'il en soit, il n'est pas question pour nous d'attendre encore des années que l'Etat améliore sa méthode de surveillance de la radioactivité de l'environnement. Nous préparons une liste de garanties indispensables dont nous demanderons l'adoption aux autorités.



Voici pour finir des nouvelles de l'équipe CRIIRAD qui est actuellement sur
le terrain, au Japon.

Nous avons préféré rester discrets afin d'éviter que les autorités
(françaises ou japonaises) nous mettent des battons dans les roues (matériel
de mesure égaré pendant le transport ou problème de douane comme nous en avions eus au Niger). Bruno Chareyron (ingénieur responsable de notre
laboratoire) et Christian Courbon (notre grand baroudeur, spécialiste des
missions de terrain) sont arrivés à l'aéroport de Tokyo mardi matin. Mardi
et mercredi ils ont effectué des contrôles dans la préfecture d'Ibaraki,
entre Tokyo et la préfecture de Fukushima. Le contact avec les agriculteurs
a été très émouvant, très éprouvant : c'est très dur de montrer à une
personne qui vit du travail de sa terre, qui a choisi de produire en bio,
que la contamination est partout présente. Depuis ce matin ils sont dans la
préfecture de Fukushima Daiichi. Le camps de base est à une soixantaine de
kms de la centrale de Fukushilma Daiichi et nous assurons une veille de la
météo et de tous les incidents qui sont rapportés afin de les alerter
immédiatement en cas de problème. La directrice s'est mise à l'heure du
Japon pour assurer au mieux le suivi. Aujourd'hui les contrôles effectués
dans une école les ont vraiment ébranlés : trouver de la contamination
partout et des points chauds sous une balançoire, c'est vraiment difficile à
vivre quand on sait ce que cela implique. Il y a aussi beaucoup de fatigue,
de tension et de pression car l'attente des populations et des associations
est énorme et dépasse totalement nos capacités d'action.



Merci à chacun de vous en tout cas de nous permettre d'apporter notre
contribution.

De notre part et de celle de tous les partenaires avec qui nous travaillons
sur place

Très cordialement

Pour la CRIIRAD

Le secrétaire de l’association

Alain Rey Galiay
Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article