Occultant les effets dévastateurs des drones étasuniens, responsables de la mort de civils innocents à travers le monde, c'est avec une touche plutôt inappropriée d'humour et d'enthousiasme que la compagnie de consultants dans le domaine militaire Strike Fighter Consulting vante les mérites des nouveaux véhicules sous-marins sans équipage (VSSE) de la Marine des États-Unis dans son récent article Unmanned Drones Take to the Seas (Des drones sans équipage prennent la mer*).

« Il semble que les pilotes de drones vont devoir prendre des cours de natation.

La Marine des États-Unis met actuellement à l'essai un nouveau type de drones sous-marins dans les eaux situées près de Newport dans le Rhode Island. Elle espère que ces drones feront leurs premiers pas (ou premiers pataugements, si vous voulez) dans un futur sous-marin autonome.

Ces drones, connus techniquement sous le nom de véhicules sous-marins sans équipage (bien sûr) pourraient « changer la donne » pour la Marine a affirmé Christoper Egan, gestionnaire de programme au Naval Undersea Warfare Center (Centre naval de guerre sous-marine). Chaque aspect rendant les drones aériens si efficaces peut tout aussi bien s'appliquer aux sous-marins. » (Dabney B., Unmanned Drones Take to the Seas, Strike Fighter Consulting Inc, 19 septembre 2012. C'est l'auteur qui souligne.)

De quel genre d'efficacité parle-t-on?

L'« efficacité » des drones de guerre se limite principalement à la tuerie de civils innocents, incluant des enfants, selon une étude des universités de Stanford et New York:

Selon la nouvelle étude, dans le cadre du programme de frappes « ciblées » de la CIA à l'aide de drones dans les zones tribales du Pakistan, seule une victime sur cinquante est un militant connu. Le nombre de personnes tuées au Pakistan entre juin 2004 et la mi-septembre de cette année varie de 2562 à 3325, dont environ 474 à 881 civils, incluant 176 enfants. (The News International (Pakistan), Pakistan. CIA Annihilation From The Air: Drone Warfare's Invisible Dead, 26 septembre 2012.)

On nous dit que ces nouveaux drones sous-marins « rentables [...] pourraient servir à cartographier le fond de l'océan, détecter des mines ennemies, surveiller ou aider dans la guerre anti-sous-marine [...] La Marine souhaite que le Razor soit pratiquement indétectable pour les systèmes ennemis ». (Dabney B., op. cit.)

Plus tôt cette année Aviation Week a publié un article sur le Large Displacement Unmanned Underwater Vehicle (LDUUV) (véhicules sous-marin de gros cylindres sans équipage) confirmant que la technologie des drones sous-marins est bien établie. On prévoit utiliser le LDUUV au plus tard en 2014 :

Le véhicule sous-marin de gros cylindres sans équipage (LDUUV) sera grand, très autonome et effectuera des missions sur de longues distances durant des mois. Il agira comme vaisseau-mère en déployant et en commandant des capteurs statiques et mobiles assurant une surveillance constante dans les eaux côtières. Il pourrait éventuellement être armé. Le programme semble ambitieux mais un grand pan de la technologie a déjà fait ses preuves.

[...]

Le LDUUV aura une vaste soute lui permettant de lancer des capteurs, des bouées de communication, des VSSE plus petits et des armes. La Marine met actuellement l'accent sur la surveillance constante « transhorizon ». Cependant, l'impact le plus significatif du LDUUV pourrait être dans la guerre des mines, sur les plans offensif et défensif.

Par ailleurs, le LDUUV pourrait faciliter le contrôle et la clandestinité de la pose de mines. Dans le concept transformationnel des mines, le LDUUV pose des capteurs en réseau dans un vaste périmètre. Ces derniers suivent la trajectoire de tous les vaisseaux à leur portée et les identifient. Selon la situation, n'importe quel vaisseau peut être engagé dans un combat par une arme ancrée ou une torpille lancée à même le VSSE.

[...]

La Marine prévoit publier un appel d'offre pour le LDUUV en 2014. En octobre dernier, le contre-amiral Barry Bruner, directeur de la guerre sous-marine de la Marine, a indiqué que jusqu'à 10 LDUUV seraient achetés. Ce sous-marin est lancé à titre d'assistant et complète les sous-marins avec équipage. Si toutefois il atteignait les buts technologiques d'endurance et d'autonomie, il faudrait alors se demander sérieusement s'il y a des tâches qu'une grande embarcation sans équipage ne peut pas accomplir. (David Hambling, Large Displacement Unmanned Underwater Vehicle Steaming Ahead, Aviation Week, 1er avril 2012. C'est l'auteure qui souligne.)

Si cette technologie a fait ses preuves, elle peut être utilisée dans une guerre sous-marine.

Utilisera-t-on des sous-marins sans équipage pour « miner clandestinement  » le golfe Persique en ciblant l'Iran?

À cet égard, des reportages confirment que des exercices militaires sont en cours près des eaux territoriales iraniennes ayant pour but de « simuler la réaction de l'Iran à une attaque des États-Unis et d'Israël, ainsi que celle des forces alliées en réaction à des représailles de l'Iran ». (Michel Chossudovsky, "Warship Diplomacy": A Prelude to All Out War against Iran?, Global Research, 26 septembre 2012.)

Les drones sous-marins font partie des exercices militaires selon Bloomberg :

"Le 'Mark 38 Mod 2 guidé par le BAE Systems Plc (BA/) 25mm et le véhicule sous-marin sans équipage Kingfish font partie des programmes accélérés cette année par le Pentagone dans le cadre d'une initiative en « voie rapide » visant à contrer les armes navales iraniennes. La Marine affirme que les vedettes iraniennes pouvant employer des tactiques « d'essaimage » représentent l'une des plus graves menaces. (Bloomberg, 19 septembre 2012. C'est l'auteure qui souligne.)

Le directeur de recherche du groupe de réflexion néoconservateur Washington Institute for Near East Policy a suggéré dans une récente déclaration que les États-Unis devraient provoquer l'Iran afin de lui « faire tirer le premier coup ».

« Nous en sommes rendus à utiliser des moyens clandestins contre les Iraniens. Nous pouvons devenir plus vilains à ce jeu [...] Avec la plus grande mobilisation possible de partenaires internationaux, les États-Unis devraient poser des gestes plus déterminés, manifestes ou clandestins, proclamés ou niables. » (Patrick Clawson, cité dans Michel Chossudovsky, Neocon Washington Think Tank: The US should Provoke Iran into "Firing the First Shot", 26 septembre 2012.)

Les drones sous-marins semblent constituer l'arme parfaite à utiliser dans des actes de provocation.

Article original: American Drones for Covert Underwater Warfare against Iran

* « Un drone sans équipage » constitue un oxymore puisque par définition un drone n'a pas d'équipage.