Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

La République tchèque n'a pas besoin des troupes de l'OTAN sur son territoire et n'appelle pas à renforcer la présence militaire de l'Alliance atlantique en Europe, a déclaré le premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka en réponse aux déclarations faites par Barack Obama en Pologne. Douche froide pour le président américain.

 

Êtes-vous prêts ? Washington planifie une première frappe nucléaire sur la Russie.

 

L'OTAN renforce ses troupes aux frontières de la Russie

 

Selon certains médias tchèques, la ville de Prague aurait été « la meilleure ville hôte régionale du sommet ». Quoi qu'il en soit cela ne change rien en substance. La République Tchèque est opposée aux intentions des Etats-Unis alors que le Pologne y est favorable. Rappelons qu'avant Sobotka c'est le ministre tchèque de la Défense Martin Stropnický qui défendait la même position en se prononçant contre la présence des troupes de l'OTAN sur le sol tchèque. Qu'en pensent les habitants du pays ? Voici l'opinion de Josef Hála, responsable du village Jince en Bohême centrale.

« Les déclarations de nos dirigeants ont provoqué une vive critique de la part de l'opposition. Mais un sondage récent montre que plus de 60% d'habitants approuvent les actions du premier ministre Sobotka. Et j'en fais partie. Je n'ai pas changé d'avis. Lorsque les Etats-Unis ont essayé de déployer chez nous un radar de leur système anti-missile, je m'y suis opposé avec les responsables des autres villages. Je suis même allé en Allemagne, en Pologne et en Italie pour expliquer ma position. Mais je crois comprendre pourquoi le renforcement de l'OTAN en Europe est de nouveau sur l'ordre du jour. C'est lié avec l'Ukraine et la Russie. »

La République Tchèque résiste au renforcement de la présence de l'OTAN en Europe, et elle ne veut pas non plus financer ce projet de défense en prévoyant seulement 1% de son PIB pour les dépenses militaires, alors que les alliés en exigent le double. Ce n'est pas le cas de la Pologne, qui fait figure d'une « bonne élève » en ce qui concerne le budget militaire et soutient les projets « expansionnistes » de l'Alliance à 100%. Pourquoi ces pays limitrophes ne sont-ils pas unanimes sur cette question?

« Il n'y a rien d'extraordinaire à cela », estime Dmitri Danilov de l'Institut de l'Europe de l'Académie des sciences de Russie. « La République Tchèque ne se considère pas comme un Etat frontalier en matière de la dissuasion et elle ne veut pas servir de territoire en amont de la ligne de front de l'OTAN. Elle est consciente de l'importance des relations avec la Russie. Par ailleurs l'opinion des habitants est prise en compte par les hommes politiques tchèques. Quant à la Pologne et les pays baltes, ils ont dès le départ exigé à renforcer la défense collective en argumentant que c'est pour cela qu'ils ont adhéré à l'Alliance. Je suis convaincu que les préoccupations des Tchèques sont partagées par de nombreux Européens mais ils n'ont pas tous le courage de s'opposer aussi ouvertement aux plans de Washington.»

La situation géopolitique pourrait forcer l'OTAN à déployer des troupes terrestres supplémentaires dans les Etats membres situés en Europe Orientale, renforcer la surveillance aérienne, et notamment les systèmes de détection lointaine, et prêter une attention particulière à la coopération avec l'Ukraine dans la région de la mer Noire. Les exercices américano-ukrainiens See Breeze confirment cette volonté. Ils devront être organisés dès cette année

 


source

 

Tag(s) : #EUROPE

Partager cet article