Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Crise grecque : des enfants meurent sur les bancs d'écoles

 

Ceci, c’est ce que les médias européens et grecs ne vous montrent pas !

Grèce : un désastre humanitaire où les enfants meurent

 

Après la faillite d’un état suite aux spéculations du capitalisme, ce sont désormais les enfants qui trinquent.

Suite aux prêts des banques à un taux jugé trop élevé par certains eurodéputés à savoir de 13 à 16%, les grecs se sont manifestés pour exprimer le fait que ces même banques avaient été sauvées quelques mois plutôt par les fonds d’état (fonds de la population).

Mais aujourd’hui, je ne vais pas rentrer dans les détails, là n’est pas la question. Ce qui me répugne surtout, c’est qu’on demande à un peuple de serrer la ceinture et de payer les dettes. (...)

La Grèce prise en otage.

(...)

Voici une réalité qui me répugne, une réalité sans comédie, une réalité sans spéculations, ni spéculateurs, une honte Européenne une crise qui va bientôt, je dis très bientôt couvrir une partie de l’Europe.

Les grecs parlent pour la plus part d’une Guerre civile.

Depuis une dizaine de jours, plus de comédie plus de tragédie, mais des faits cruels. Pour pouvoir rembourser un maximum de leurs dettes, les écoles ne sont plus chauffées, et quand on sait qu’une partie de la Grèce se trouve à des températures atteignant de -20 pour un peuple qui n’a pas l’habitude de ces températures négatives alors cela devient plus qu’urgent.

Dans les écoles Grecques, les enfants tombent à même le sol, trop faibles car mal soignés, d’autres s’évanouissent car ils n’ont plus eu une seule tranche de pain depuis 3 à 4 jours. La HONTE et encore plus…

Les professeurs qui ont encore les salaires les plus élevés de l’ordre de 600 à 800 euros, essayent avec leur gros salaire d’acheter des pates et du pain pour leurs élèves.

Une guerre civile sera bientôt à notre porte si les politiciens ne s’alarment pas. Qui d’entre nous ne donnerait pas sa vie pour ses enfants ? Qui d’entre nous accepterait de voir son enfant mourir devant ses yeux pour des erreurs faites par un monde capitaliste spéculateur et mondialiste ?

Des enfants se suicident pendant les récréations quand ceux-ci sont isolés. Pour la plupart d’entre eux au bout du rouleau, et n’ayant plus correctement mangé depuis presque 6 mois,ils n’ont plus la force de lutter…

Le pire arrive pour les enfants, vu la crise financière qui ne fait que commencer, ce fléau ne fera qu’aggraver au fil du temps.

A l’heure actuelle, les professeurs estiment à 25% des enfants qui ne sont plus nourris correctement depuis des mois. Pour l’instant ce sont surtout, les enfants étrangers qui ressentent le plus la crise, ceux-ci n’ont ni famille dans les villages et proviennent de pays de l’Est.

Mais la famine commence à toucher également une partie de la population grecque qui commence également à puiser dans ses réserves.

Dans la région d’Athènes ont compte plus de 2500 enfants qui se sont évanouis lors des cours. L’état grec prévoit dans chaque école une soupe populaire afin de donner un minimum aux enfants. Plus de 300 établissements scolaires ont déjà depuis hier commencé la distribution de soupe.

Je me pose la question : Comment un enfant peut-il étudier le ventre vide ? Comment peut-il mémoriser alors que son organisme ne réussit plus à le maintenir debout ?

A Thessalonique, deuxième ville grecque, plus de 600 enfants se sont retrouvés dit en état lamentable, ceux-ci n’ont plus eu de petit déjeuner avant d’aller à l’école depuis plusieurs mois.

Le désastre ne s’arrête pas là, pendant la nuit, la population sort pour ne pas être vue et recherche dans les poubelles des voisins si il ne reste pas un morceau à manger (ce sont des faits que ma sœur voit tous les jours du haut de son appartement). Et ce sont désormais les personnes âgées qui sans gêne font les poubelles et décharges, car leurs propres enfants ne peuvent plus les nourrir.

Des centaines de personnes attendent sagement que les marchés dans les villages se terminent pour pouvoir ramasser les fruits et légumes périmés afin de se nourrir. Je vais vous montrer ce que les médias européens ne vous montrent pas… Ceci a été filmé avec un portable d’un membre de ma famille (2 vidéos). La troisième vidéo, je vous la traduis en quelques mots :
Le blogueur local lui pose une question : "-pour quoi êtes vous là ?

- J’attends sagement que le marché se termine pour pouvoir ramasser les fruits et légumes qui sont pas vendables ou pourris pour les ramasser. Je suis un père de famille qui gagne désormais 400 euros par mois, alors qu’avant je gagnais plus du double.

-Vous n’êtes pas gêné de le faire ?

- Je suis le père de famille alors oui je suis gêné mais je préfère que la honte de la famille soit sur moi plutôt que sur ma femme et mes enfants, bien entendu, je ne suis pas de ce quartier.

-Que pensez-vous de cette crise ?

- Je veux dire aux politiciens qu’ils viennent à notre place pendant 3 mois et s’ ils réussissent à vivre avec 300-400 ou 500 euros qui est la moyenne des salaires d’une famille grecque alors nous dirons, nous, le peuple, nous nous sommes trompés tout ce temps.

-Pourquoi depuis la crise, les vols ne sont pas en augmentation ?

- Voler qui, voler quoi, le petit commerçant qui lui, comme nous essaie de manger à sa faim ? Nous, le peuple grec ne sommes pas habitués à voler, je préfère faire ce que je fais plutôt que d’être pris en flagrant délit de vol, là ce serait la honte totale de ma famille et de moi-même.
Vous voyez les commerçants mettent les fruits et légumes dans des bassines et ne les jettent pas à terre pour que les gens qui n’ont rien puissent les récupérer, cela s’appelle de l’humanisme Monsieur."

Ce qui me choque, en plus dans le discours de ce monsieur, c’est qu’il dit que quand on tombe sur un bon morceau à plusieurs, on ne se bat pas, nous le partageons en deux ou trois pour que chacun puissent subsister et donner à manger à ses enfants.

Voila donc ce qu’il se passe dans un pays qui se trouve dans une crise totale, je dirais dans un délabrement total, tout ceci pour ne pas mettre la zone euro en danger.

Actuellement ce sont les enfants grecs qui payent la note pour que l’euro puisse vivre et tout cela sans que les pays moteurs ne s’en occupent. Mais voilà, je pense qu’en fermant les yeux, comme à l’époque de l’union soviétique, les politiciens Européen vont se retrouver également dans une situation délicate dans leur propre pays.

N’oublions pas que si la Grèce décide de sortir de la zone euro, les autres pays se retrouveront dans une crise supplémentaire et peut-être la mort de l’EURO.

Je n’ai pas préparé cet article pour lamenter le sort d’un pays, mais plutôt pour que des enfants ne subissent les conséquences des adultes, et de ce pauvre monde de spéculateurs.

 

Auteur : David Kyriakidis

Source : presse.david-kyriakidis.be via "Terre Sacrée"

Tag(s) : #Crise de l'Euro

Partager cet article