Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les militants UMP dépouillent les bulletins de vote, le 18 novembre 2012, lors de l'élection du président du parti. 

Les militants UMP dépouillent les bulletins de vote, le 18 novembre 2012, lors de l'élection du président du parti. 

 

CHAOS A L'UMP – Jean-François Copé et François Fillon n'ont plus que deux jours pour se mettre d'accord afin de trouver une solution à la crise qui secoue l'UMP depuis maintenant deux semaines. Alors que le second prône un nouveau vote, le président de l'UMP a fait des propositions lors d'un déplacement, dimanche 2 décembre, à Nancy, signale Le Figaro. Jean-François Copé a proposé la tenue d'un référendum à deux questions. La première porte sur la réforme des statuts de l'UMP. La seconde permet aux militants de décider d'un nouveau vote en 2014, après les élections municipales. 

Acte 1 : le copéiste Chatel remet l'idée sur le tapis

C'est le premier copéiste à aller dans ce sens. Dans une interview au Journal du Dimanche, Luc Chatel, vice-président de l'UMP, estime qu'"il faut redonner la parole aux militants". Et pour cela, il se rallie à la solution d'un nouveau vote pour la présidence du parti. "Je propose, dès demain (lundi), l'installation immédiate d'un groupe de travail sur les statuts et sur l'organisation d'un nouveau scrutin. On ne peut pas revoter avec les règlements et les statuts actuels. Les mêmes causes produiront les mêmes effets", explique l'ancien ministre de l'Education nationale. 

 

Acte 2 : Fillon lui répond et relance Copé

Il n'en a pas fallu plus pour que l'ancien Premier ministre réponde à cette option, en marge d'un discours à Royaumont (Val-d'Oise). François Fillon a ainsi déclaré que ses soutiens étaient prêts à rencontrer "dès lundi" les proches de Jean-François Copé pour "réfléchir ensemble à ces modalités" d'un nouveau vote pour la présidence de l'UMP, idée qu'il soutient depuis le début. "Et si cette solution ne convenait pas, alors il faudrait réunir sans attendre le comité des sages prévu par les statuts", a-t-il ajouté. 

 

En coulisses : les deux camps cherchent à accélérer

Les deux camps doivent accélérer la manœuvre. Nicolas Sarkozy leur a en effet lancé un ultimatum : si le différend entre Filllon et Copé n'est pas réglé avant mardi, l'ancien président menace de publier un communiqué dévastateur, où il dira "publiquement" que les deux hommes sont "disqualifiés" pour diriger le parti.

Jean-François Copé, en déplacement à Nancy dimanche soir, devrait donc annoncer s'il accepte ou non cette invitation à un nouveau vote. Celui qui a refusé il y a quelques jours un référendum des militants sur cette éventualité a tout intérêt à dire oui. Outre la menace de Nicolas Sarkozy, François Fillon est dans les starting-blocks pour mener l'affaire devant la justice. Dans le Journal du dimanche, l'avocat de l'ancien Premier ministre indique ainsi que la plainte de son client "est prête".

Francetv info avec AFP

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article