Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des secouristes arrivent près du navire de croisière du Costa Concordia. © REUTERS

Des secouristes arrivent près du Costa Concordia. © REUTERS

Six personnes sont mortes dans le naufrage d'un navire de croisière en Italie, le 14 janvier. Jean-Claude Gras, ancien commandant du paquebot de croisière Le Mermoz, fait le point sur les règles de sécurité à bord des gros paquebots.

Le navire de croisière Costa Concordia a heurté, dans la nuit du 13 au 14 janvier, un rocher près de l'île de Giglio (Italie). Une large brèche dans la coque a entraîné le chavirage du navire.

4 234 personnes étaient à bord. Dans la panique, plusieurs personnes se sont jetées à l'eau ou sont tombées à la mer en cherchant à embarquer dans les canots de sauvetage.

Six personnes sont mortes, par noyade ou hydrocution, dont deux Français. Seize personnes sont toujours portées disparues.

Ici, une vidéo du naufrage filmée par l'un des passagers à bord du bateau (d'autres vidéos sont disponibles dans un article du Nouvelobs.com):

Le commandant de bord, Francesco Schettino, est accusé d'homicides multiples et d'abandon du navire. Il est actuellement placé en détention à Grossetto (centre de l'Italie). Il aurait en effet quitté le navire avant la plupart des passagers.

Jean-Claude Gras, ancien commandant de bord du paquebot de croisière Le Mermoz, nous explique comment l'équipage doit assurer la sécurité des passagers à bord d'un aussi gros navire.

  • Transporter 4 000 personnes à bord d'un paquebot, n'est-ce pas excessif ?

"Ces paquebots comme le Concordia sont conçus selon des règles précises, le SOLAS (Safety of life at sea).

Du point de vue du matériel, des règles de sécurité, ou du nombre de passagers, a priori, tout était conforme au SOLAS. La seule chose à craindre, c'est la gestion d'une foule en panique. Et ça, c'est difficile à prévoir et à gérer."

  • Comment l'équipage est préparé à assurer la sécurité des passagers en cas d'évacuation d'urgence du bateau ?

"Chaque semaine, l'équipage est tenu de faire des exercices en cas d'évacuation pour incendie, collision, naufrage…

Quant aux passagers, après chaque nouvel embarquement, on leur fait faire un exercice d'abandon. Cet exercice leur explique quel est le canot et le gilet de sauvetage qui correspondent à leur cabine, et comment y accéder. Normalement, chacun doit savoir vers quel endroit se rendre en cas d'incendie."

  • Mais comment faire pour évacuer 4 000 personnes ?

"Tous les passagers sont rassemblés sur un pont spécial (ou un autre point de rassemblement prévu à cet effet, N.D.L.R.), et ils sont encadrés par des officiers, qui dirigeront ensuite les embarcations. Il y en a pour tout le monde.

C'est plus le moment où l'on décide de déclencher le signal d'abandon qui est délicat. Là, il n'y a pas de règle précise. Personne ne sait jamais combien de temps il reste pour évacuer le navire. C’est très difficile à gérer dans l'action." 

  • Un commandant de bord est-il tenu de respecter un itinéraire précis ?

"Le commandant de bord est libre de sa navigation. Il peut décider de changer d'itinéraire en cours de route, en cas d'intempéries par exemple."

  • Y a-t-il une distance réglementaire à respecter pour s'approcher des côtes ?

"Il n'y a pas de règle écrite, il n'y a que la prudence. Je ne sais pas quelle était l'intention du commandant du Costa Concordia. Il y a une boîte noire dans les paquebots, comme dans les avions. On verra ce qu'elle dira !"

  • Comment fait-on pour repérer les rochers au fond de l'eau ?

"On a des sondeurs qui envoient des ondes verticales sous la coque du navire. La coque descend jusqu'à 8 mètres sous l'eau. Il faut donc avoir au moins 15 à 20 mètres d'eau en dessous. Après, il peut y avoir des épaves, des rochers... Le sondeur calcule la vraie distance de la coque au fond. Mais il peut toujours être trop tard pour éviter la collision..."

  • Un commandant de bord est-il tenu de rester à bord tant que les passagers ne sont pas évacués ?

"La règle, c'est qu'il parte le dernier."

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article