Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Internet devient de plus en plus casse-pied pour les politiques. Et c’est Martine Aubry qui l’a reconnu ouvertement, avec son coup de sang contre les rumeurs qui circulent sur son compte.

Il est vrai que depuis un an (et pas du tout ces dernières semaines comme le prétend son entourage), les rumeurs à son sujet vont bon train. Je ne vais pas les répercuter, mais depuis ce week-end, grâce à Martine Aubry tout le monde est au courant.

Mais au-delà de cette colère, bien compréhensible, c’est bien Internet qui est mis en cause. Or, que cela plaise ou non à nos chers politiques, il a changé la donne.

Et cela ils ont beaucoup de mal à l’admettre. Prenez Jean-François Kahn, non pas sur ses propos affligeants sur les domestiques, mais sur son blog. A un moment, en 2010 ce grand homme de presse, qui a activement participé à de nombreux combats politiques, a décidé de fermer, provisoirement, son blog…. tellement il recevait de vilains commentaires !

Trop cruel, Internet. Trop méchant.

En fait, deux choses les choquent.

D’une part, c’est la violence des propos. Sur le net, on se lâche et on lance des phrases que l’on ne dirait jamais à quelqu’un en face à face. On peut trouver cela lâche ou malpoli, c’est vrai. Mais on ne reviendra pas en arrière, à moins de passer sa vie entre tribunaux et avocats.

D’autre part, la liberté de parole. Avant, il y a seulement 5 ou 10 ans, les journalistes écrivaient, les éditorialistes éditorialisaient, les politiques parlaient et tout allait bien. Entre soi. Et puis là avec Internet, qu’est-ce qui déboule ? Les gens !

Oh horreur !

Avant, au pire, on recevait une bafouille de lecteur de temps à autre, qui filait à la poubelle illico, ou bien un perturbateur se permettait d’oser une question dans un meeting, mais ses propos finissaient noyés par le brouhaha des supporteurs.

Que là, les manants écrivent. Ils commentent. Ils tiennent des blogs, ont des comptes twitter, des profils facebook. Et si ce n’était que ça, mais ils ont des opinions. Et elles ne sont pas conformes à ce qu’on lisait dans les journaux. Drame. E-drama, pardon…

D’autant que ces crétins méprisants des usages ont des lecteurs. Parfois même beaucoup.

Dans un premier temps, vu qu’ils étaient de gauche ou d’extrême-droite, ça ne gênait que l’UMP. Les premiers étaient tolérés. Les second villipendés. Cela demeurait supportable.

Mais ne voilà-t-il pas que des militants de droite ont fini par comprendre comment ça marche. Non, on ne parle pas de Lancar et de ses potes, rigolos, mais sans plus. Non, on parle de blogs, de sites qui officiellement se revendiquent de droite. Et qui, ô abomination, ont osé dire du mal de DSK (la pseudo-affaire de la Porsche).

Et ça, c’est insupportable. Comprenez bien. Que l’on écrive que Sarkozy est malfaisant, nuisible, le bras armé des forces de l’argent, xénophobe etc. Voilà qui n’est que la vérité. Tandis que rappeler que Martine Aubry a revendiqué avec force une heure de piscine pour les musulmanes, c’est odieux. C’est de la politique de caniveau, c’est immonde, ça sent la France moisie et les pires heures sombres de notre histoire.

Sur ce coup-là, il va falloir que la gauche se reprenne. Parce qu’on ne peut pas se servir d’Internet pour balancer et ensuite pleurer au moindre retour de boomerang.

Remarquez, à droite non plus, on n’est pas très content. Certes on n’en est plus aux petits cris horrifiés de Frédéric Lefebvre, mais on sent bien que les critiques portent.

Parce qu’il faut bien tenir compte de ce qui se dit sur Internet. Par exemple, la victoire d’Eva Joly à la primaire écologiste était prévisible à la lecture des réactions, tandis que les sondages donnaient imperturbablement Hulot vainqueur.

Et oui, il va falloir qu’ils fassent avec nos amis de la politique et de la presse. Même s’ils n’apprécient pas du tout de devoir partager l’espace médiatique avec les gueux… D’ailleurs, là même en publiant ce post, je suis une de ces «libertaires du Net qui ne sont, en l’espèce, que les agents involontaires d’une nouvelle tyrannie». Rien moins !

Et vous, pensez-vous qu’Internet va bouleverser la présidentielle ?

http://www.lepost.fr/article/2011/07/11/2545611_comment-internet-fait-trembler-les-politiques-et-les-journalistes.html

Lu sur: Realinfos

Tag(s) : #INTERNET - COMMUNICATION

Partager cet article