Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dix neuf chefs d’Etat réunis, 2000 membres de délégations étrangères, des gradins disposés à accueillir des milliers de visiteurs… la cérémonie du 70e anniversaire du D-Day s’annonce grandiose. Le débarquement allié est aussi un juteux business dont la Basse-Normandie s’efforce de tirer le meilleur parti depuis des décennies.

Même l’équipe en charge du spectacle de la commémoration du D-Day a ramé pour trouver des hébergements disponibles. Dès la mi-avril, dans un rayon de 10 kilomètres, tout ou presque était déjà réservé pour la semaine du 6 juin. Pas de doute, le 70e anniversaire du Débarquement s’annonce grandiose. Pour la dernière fois peut-être, car lors de la prochaine commémoration, les vétérans auront probablement tous ­disparu et l’affaire intéressera sans doute moins les foules. «Il faut penser à l’après-2014», s’inquiète-t-on au conseil général du Calvados.

Dans l’immédiat, il faut surtout penser aux imminentes ­festivités. Ce vendredi 6 juin, donc, sur la plage d’Ouistreham, 9 000 personnes prendront place dans les gradins disposés pour la circonstance. Rien que du beau linge ou presque : 600 à 700 soldats de 1944 et leurs accompagnateurs, 2 000 membres des délégations étrangères, autant de personnalités locales, un bon millier de journalistes et pas moins de 18 chefs d’Etat, parmi lesquels Barack Obama, Vladimir Poutine et la reine d’Angleterre, excusez du peu. «Ce sera un événement médiatique considérable», prévoit Béatrix Mourer, codirectrice de ­Magic Garden, la société chargée de gérer les festivités. Au programme : un déjeuner au château de Bénouville, des discours émouvants sur la plage et une «scénographie» de quarante-cinq minutes retraçant les glorieuses heures qui ont changé le destin du monde, le tout retransmis en direct sur toute la planète.

Inutile de dire que la région s’est mise en quatre pour faire honneur à l’événement. Un soldat de bronze à chaque carrefour, un musée tous les 4 kilomètres, des tanks d’époque au bord des routes… Voilà soixante-sept ans que la Basse-Normandie s’efforce de tirer le meilleur parti de «la plus grande opération militaire de tous les temps». Plus précisément depuis que le député gaulliste Raymond Triboulet, premier sous-préfet de la France libérée, a décidé de prendre les choses en main. Pour perpétuer le souvenir de la mère des batailles, il fait bricoler dès 1947 les premiers équipements touristiques, organise des ventes de ferraille pour récolter de l’argent et fait adopter «une loi d’équipement touristique de la zone».

 

SOURCE

1 milliard : Le nombre de téléspectateurs espérés pour la retransmission de la cérémonie dans le monde entier.

2 millions d’euros : Le coût du spectacle organisé sur la plage Sword Beach d’Ouistreham par la société Magic Garden. 9 000 invités assisteront à cette scénographie, réalisée avec 2 000 personnes, dont 500 figurants bénévoles, 150 enfants des écoles et 400 musiciens.

100 : Le nombre d’engins pyrotechniques utilisés.

15 : L’équivalent, en nombre de terrains de football, de la surface de plage occupée par la cérémonie.

700 : Le nombre de soldats vétérans qui feront le déplacement. Parmi eux, les 11 derniers survivants des fameux 177 «commandos» français Kieffer, débarqués à Sword Beach le 6 juin 1944.

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article