Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jerusalem

Malgré les pressions internationales, le Premier ministre israélien n'entend pas revenir sur son projet de construction de nouvelles colonies en Palestine. Un calcul électoral qui remet en cause le processus de paix.

 

 

 


Pour le moment, Benyamin Netanyahu reste inflexible : pas question d'abandonner son projet de construction de nouvelles colonies en Palestine, annoncé lundi. Même si cette décision risque de sérieusement compromettre le processus de paix.

Mardi, l'ambassadeur d'Israël au Caire a été convoqué par le Ministre égyptien des Affaires étrangères, qui lui a fait part de sa "vive protestation". Lundi, Paris, Londres, Stockholm, Copenhague et Madrid avaient fait de même. Et Washington a sommé le gouvernement israélien "de réexaminer ces décisions unilatérales et de faire preuve de retenue", pointant des "actes contre-productifs".

3.000 logements supplémentaires

C'est pour protester contre l'attribution récente à la Palestine d'un statut d'Etat observateur non membre à l'ONU qu'Israël a pris la décision de relancer la construction de colonies. 3.000 logements sont prévus, à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

La colonie israélienne Maalé Adoumim, déjà construite en territoire palestinien, serait par exemple rattachée à Jérusalem-Est par une extension d'habitations (voir vidéo).

Stratégie électorale

En Israël, cette décision est saluée par l'opinion publique et par les colons déjà implantés. Un soutien précieux à un mois et demi des élections législatives anticipées, où la droite de Benyamin Netanyahu est donnée gagnante.

Mais le Premier ministre israélien reste conscient qu'il lui faut calmer les tensions suscitées à l'étranger. Ce sera un des buts de sa visite en Allemagne, mercredi et jeudi, considérée comme la puissance européenne la plus proche d'Israël.

Car à l'intérieur, l'isolement diplomatique d'Israël est également devenu un thème de campagne, largement exploité par les adversaires de Benyamin Netanyahu depuis la "crise des colonies". Et qui pourrait, au final, lui nuire. SOURCE 

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article