Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Conseil de sécurité a donné son feu vert, ce jeudi, à une intervention française pour rétablir la sécurité. L'Elysée a ensuite annoncé que François Hollande réunit un conseil restreint de Défense à 18h.

Centrafrique: l'ONU autorise l'intervention française, en appui de la force africaine

 

 

Feu vert de l'ONU pour l'intervention française en Centrafrique.

 

Le Conseil de sécurité a donné mandat, ce jeudi, aux forces françaises pour intervenir afin de rétablir la sécurité, en appui à une force panafricaine. >  En préparation de cette intervention, François Hollande doit réunir un conseil restreint de Défense à l'Elysée à 18h avec notamment le chef d'état major des armées, Edouard Guillaud, et les ministres Le Drian, Fabius et Valls. Infographie: les forces françaises en Afrique centrafrique bangui armée française soldat français (Cliquez sur l'image pour voir l'infographie) La résolution de l'ONU autorise les militaires français en Centrafrique à "prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca", la force africaine. Le vote des 15 membres du Conseil a été unanime. Il intervient alors que des violences meurtrières ont éclaté à Bangui, sous couvre-feu, et que 250 soldats français se sont déjà déployés dans la capitale. Proposé par la France, ancienne puissance coloniale, le texte donne notamment mandat à la Misca, la force africaine, de se déployer "pour une période de douze mois". Sa mission sera de "protéger les civils, rétablir l'ordre et la sécurité, stabiliser le pays" et faciliter l'acheminement des secours dont la population a un besoin urgent.

 

1200 soldats français de plus

 

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius avait affirmé, peu aparavant, qu'"autour de 1200" soldats français seront déployés "dans les jours qui viennent" en Centrafrique, dans le cadre de cette opération. L'opération Sangaris, du nom d'un papillon rouge, doit voir son contingent sur place ainsi tripler. Ils sont chargés notamment de sécuriser l'aéroport de Bangui et les principaux axes par où transiteront les convois humanitaires. La résolution envisage enfin la transformation éventuelle de la Misca en force de maintien de la paix de l'ONU, quand les conditions le permettront dans plusieurs mois et à condition que le Conseil donne à nouveau son feu vert. La Centrafrique est livrée aux bandes armées depuis le renversement en mars du président François Bozizé par la coalition rebelle Séléka.

 

source

Tag(s) : #CONFLICTS DANS LE MONDE

Partager cet article