Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lingots d'or

 

La Bundesbank a demandé le rapatriement de 674 tonnes d’or depuis les banques centrales de New York et de Paris.

 

Mais pourquoi ?


Le transfert d’or depuis la Réserve Fédérale devrait se faire sur une période de sept ans et ne devrait être complété qu’en 2020, où elle prévoit de rapatrier 300 tonnes d’or depuis New York et 374 tonnes depuis Paris.

La banque possèdera donc en 2020 50% de ses réserves d’or à Frankfort, et en conservera 37% à New York et 13% à Londres.

La Bundesbank a déclaré se concentrer sur les deux raisons principales pour lesquelles relocaliser son or : restaurer la confiance du public tout en maintenant sa capacité d’échanger rapidement de l’or contre des devises étrangères sur les principaux marchés mondiaux.

L’Allemagne possède la deuxième plus importante réserve d’or du monde après les Etats-Unis, avec 3391,3 tonnes d’or.

En raison de l’introduction de l’euro il y a 12 ans, la Bundesbank n’estime pas nécessaire de conserver une partie de son or auprès de la Banque de France – puisque les deux pays utilisent désormais la même devise.

« C’est avant tout une anomalie historique à laquelle nous remédions désormais », a précisé David Marsh, directeur d’OMFIF, qui publiait ce mois-ci un rapport traitant du rôle grandissant de l’or face à la possibilité pour la devise Chinoise de faire son apparition sur la scène internationale comme alternative au dollar.

 

Pourquoi ?

Tout d’abord, nous pouvons lire partout que la FED pourrait ne pas être capable de retourner son or à l’Allemagne parce que l’or qu’elle est supposée stocker pour les autres gouvernements est généralement non-alloué. De l’or stocké de manière non allouée revient, pour expliquer les choses simplement, à dire que si la FED s’effondrait, les banques centrales qui y ont stocké leur or ne seraient pas en sécurité.

Cette inquiétude a fait son chemin en Allemagne, notamment après l’annonce qu’aucun audit régulier de l’or de l’Allemagne n’avait été établi depuis des années. La Cour Fédérale Allemande des Auditeurs a indiqué aux législateurs que l’or de l’Allemagne n’avait pas encore été physiquement audité et a demandé à la Bundesbank d’organiser des visites de contrôle auprès des banques centrales auprès desquelles son or est stocké.

Elle a demandé le rapatriement d’un minimum de 150 tonnes d’or au cours de ces trois prochaines années pour que soient vérifiés la qualité et le poids de chaque barre. Il est dit que Frankfort ne disposerait pas de registre stipulant les numéros de séries de ses barres d’or placées à l’étranger.

 


 


 

 

 

 

Ensuite, le rapatriement de l’or de l’Allemagne devrait se faire sur 7 ans au rythme de 10 livraisons par an, ce qui est étrange puisque cela pourrait être fait bien plus rapidement. L’Allemagne permet-elle ainsi aux banques auprès desquelles est placé son or de le récupérer d’entre les mains de ceux auxquels elles l’ont prêté ?

Si cela s’avérait être le cas, ces banques auraient-elles à acheter de l’or avant de l’envoyer à l’Allemagne et à entrer dans le marché de l’or en tant qu’acheteurs, ou la durée de sept ans a-t-elle été fixée parce qu’elle correspond à la maturité de leurs prêts ?

Cependant, l’or de la Bundesbank est-il réellement stocké aux bons endroits ? Qu’en serait-il si ces pays faisaient face à des crises ? La décision de la Bundesbank a-t-elle quelque chose à voir avec l’éventualité de crise dans ces pays ? Toutes les nations du monde semblent penser que la Chine devrait bientôt devenir la première puissance mondiale et que le yuan puisse jouer le rôle de devise internationale, mais stocker l’or de l’Allemagne auprès de la Banque Populaire de Chine reviendrait à admettre que la concentration du pouvoir et de la richesse s’est déplacée vers l’Est.

L’idée que les banques centrales du monde développé puissent aujourd’hui entrer en compétition avec les banques centrales des nations émergentes pourrait renforcer le marché haussier de l’or parce que leurs achats persistants ont le pouvoir de porter le prix de l’or vers de nouveaux horizons. Nous n’avons plus qu’à attendre de voir ce qu’il se passera.

Si cela s’avérait être le cas, alors le rôle de l’or dans le système monétaire changerait du tout au tout avant même que son nouveau rôle ait été officiellement accepté. La Chine pourrait alors entrer en scène et occuper une fonction centrale sur le système monétaire, liant deux blocs de pouvoirs politiquement et économiquement différents : le monde développé et le monde en développement.

La dernière fois que le monde se trouvait divisé ainsi remonte au début de la seconde guerre mondiale. Les conséquences de cette division sur le monde monétaire étaient alors si dévastatrices qu’elles ont conduit à la destruction des devises Européennes.

L’Histoire nous apprend de nombreuses leçons. Avant la seconde guerre mondiale, lorsqu’il devint évident que les extrémistes avaient pris le pouvoir en Allemagne et que la guerre était imminente, l’or entra à nouveau sur le devant de la scène. Nous avons tous entendu parler de la confiscation de l’or en 1933 aux Etats-Unis dans l’objectif d’augmenter la masse monétaire au travers de la dévaluation du dollar. Mais un détail n’a pas fait l’objet de l’examen du public…

 

Qu’est-il arrivé à l’or Européen après 1935 ?

La crainte de l’apparition de crises dans le futur est-elle à l’origine du rapatriement de son or par l’Allemagne ? Ce fut certainement le cas pour le Venezuela, qui craignait le pouvoir des Etats-Unis sur son or. Je ne m’attends pas à ce que la Bundesbank en dévoile plus sur le sujet, parce que le manque de transparence fait partie de la nature des banques centrales.

Mais l’Histoire nous dit qu’il existe d’autres raisons à sa décision, qui confirment le grand retour de l’or au sein du système monétaire et qui expliquent pourquoi une nouvelle confiscation serait probable dans le futur.

Lorsque le dollar fut dévalué en 1935, il ne l’a été qu’en termes d’or. Il n’a pas été dévalué par rapport aux autres devises. Les taux de change ont été fixés les uns par rapport aux autres. Les autres gouvernements n’ont pas dévalué leur devise respective contre l’or. La conséquence de tout cela ? Alors que l’or s’échangeait contre 20 dollars en dehors des Etats-Unis, il valait 35 dollars aux Etats-Unis.

Puisque les marchés de l’époque étaient très peu sophistiqués, tout comme les moyens de communication, les revendeurs d’or se sont rendu compte qu’ils pouvaient acheter de l’or pour 20 dollars et le revendre pour 35 dollars aux Etats-Unis. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les réserves d’or des Etats-Unis ont gonflé jusqu’à atteindre plus de 26.000 tonnes ?

S’agissait-il d’une erreur financière d’un monde pas encore développé ? Certainement pas. Il s’agissait d’un moyen très pratique de transférer l’or de l’Europe hors de la zone de conflit vers la sécurité relative qu’offraient les Etats-Unis. Quatre ans plus tard, la guerre éclatait en Europe.

Mais les gouvernements étrangers n’étaient pas stupides. Les gouvernements Européens ont facilité ce transfert, bien qu’il fût observé en tant que simple évènement de marché. Souvenez-vous que l’or était la monnaie de base. Un tel transfert n’aurait pu se produire sans l’accord des gouvernements.

C’est également un exemple de la manière dont les banques travaillent avec les autorités monétaires pour s’assurer un contrôle total sur le système monétaire. La même chose est vraie aujourd’hui, avec les gouvernements qui s’acharnent désespérément à rafistoler le système bancaire et les dépenses gouvernementales qui se soucient peu des économies nationales en-dessous d’elles.

Dans la crainte de voir éclater une guerre, l’Europe a donc transféré son or vers les Etats-Unis.

Vous pourriez vous demander si c’est là la fin de l’histoire. Bien sûr que ça ne l’est pas !

En raison d’une importante présence militaire Américaine en Europe après la guerre, le flux de dollars depuis les Etats-Unis vers l’Europe s’est poursuivi tout au long des années 1940 et jusque dans les années 1960. Les nations Européennes, dont la France, l’Italie, la Suisse et l’Allemagne, ont ensuite échangé leurs dollars contre de l’or.

Alors que s’achevait la reconstruction, l’Europe avait récupéré son or. C’est alors que les Etats-Unis fermèrent le guichet de l’or, le faisant sortir du système monétaire et dormir dans des coffres. Voilà 42 ans que dure notre expérience de monnaie papier. Les banques centrales Européennes furent récompensées de leur décision par la hausse du prix de l’or survenue tout au long des années 1970 et 1980.

Ces flux d’or depuis et vers les Etats-Unis n’ont été décelables qu’après coup.


Sources : 24hgold / Le Journal du Siècle

Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article