On s’en doutait, nombre de doutes avaient été émis, mais c’est maintenant officiel, la catastrophe japonaise est pire que Tchernobyl, jusqu’à 4 fois plus de radiations au Japon mais ce n’est peut être pas la pire information du jour, suite aux secousses sismiques récentes, 20 volcans japonais se sont réveillés, nous assistons peut être pour la première fois à la fin d’une nation purement et simplement…

Une étude d’échantillons de sol a révélé que près de 400 fois le niveau normal de rayonnement pourrait rester dans les communautés au-delà d’un rayon de 30 kilomètres du réacteur de la centrale nucléaire de Fukushima.L’étude a été menée par une équipe d’experts de l’Université de Kyoto et l’Université de Hiroshima.

Selon l’étude, la somme cumulée des radiations dans le sol à Iitate, la préfecture de Fukushima – qui est situé à l’extérieur du rayon de 30 km – calculée sur une période de trois mois serait supérieur au montant annuel cumulé de 20 millisieverts que le gouvernement central envisage comme ligne directrice pour l’évacuation des résidents.

 

Le gouvernement a demandé aux habitants vivant dans un rayon de 20 km de la centrale de Fukushima d’évacuer et de ceux qui vivent entre un 20 – à rayon de 30 km de rester à l’intérieur autant que possible.

 

Des études gouvernementales ont également trouvé des preuves de contamination par rayonnement au-delà du rayon de 30 km. Les résultats montrent que la radiation n’a pas été dispersée autour de la centrale nucléaire de façon concentrique.

 

Les changements prévus dans le niveau de rayonnement à la surface du sol ont été calculés après avoir analysé les montants de huit sortes de matériaux radioactifs présents dans le sol et en tenant compte de la demi-vie de chaque matériau.

 

Les résultats de l’étude sont considérés comme plus précis que l’étude menée par le ministère de la science qui na publié que des informations concernant les deux types de matières radioactives.

 

Tetsuji Imanaka, professeur agrégé de génie nucléaire à l’Université de Kyoto-Institut de recherche du réacteur, Satoru Endo, professeur agrégé de physique des rayonnements à l’Université d’Hiroshima, et d’autres experts ont visité Iitate à la fin de Mars.

 

Ils ont recueilli des échantillons de sol provenant de cinq endroits dans le village à des profondeurs de cinq centimètres. Tous les emplacements étaient en dehors du rayon de 30 km et l’ont été dans des chaussées de différents hameaux.

 

L’étude a montré que le césium-137 est présent à des niveaux compris entre 590.000 et 2,19 millions de becquerels par mètre cube.

 

Après l’accident nucléaire de Tchernobyl en ex-Union soviétique en 1986, les résidents qui vivent dans des zones où les niveaux de césium-137 becquerels ont dépassé 555.000 ont été contraints de s’installer ailleurs.

 

Selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique, la superficie totale de l’endroit où les résidents ont été forcés de se déplacer était d’environ 10.000 kilomètres carrés, soit environ la superficie de la préfecture de Gifu. Un total d’environ 270.000 habitants ont été soumis à un déménagement forcé.

 

Les quantités de césium-137 dans Iitate étaient tout au plus quatre fois plus grands que les chiffres de Tchernobyl.

 

Si plus de matières radioactives sont émis par l’usine paralysée de Fukushima le niveau de césium-137 pourrait encore augmenter.

 

Les calculs ont également été faites des changements dans le niveau de radiation dans l’air d’un mètre au dessus du sol contaminé sur une période de trois mois à partir de Mars 15, quand une explosion s’est produite à l’usine de Fukushima.

 

L’étude a révélé que, même après trois mois il y aurait entre 7 et 21 microsieverts par heure émise par le sol contaminé dans l’air.

 

Suite et source: asahi.com

 

Quand aux volcans, il faut espérer qu’ils n’entrent pas tous éruption simultanément mais je suis de moins en moins optimiste au fil des jours en ce qui concerne ce beau pays, fini le temps de l’insouciance, le rêve est terminé et le réveil est des plus difficiles…

L ‘Agence météorologique a averti vendredi que 20 volcans du pays sont entré en activité en raison de l’énorme tremblement de terre du 11 Mars et une étude a montré qu’un tremblement de terre de plus de 9,0 de magnitude pourrait frapper Le Japon.


Japan warns of massive earthquake and volcanic explosion after the April 7 earthquake

L’Agence a déclaré qu’une explosion volcanique a eu lieu après tremblement de terre plusieurs fois dans l’histoire et les gens devraient faire preuve de vigilance contre cette tendance.

 

Le nombre de tremblement de terre supérieur à 6,0 M a atteint le nombre de 77 sur le mois de Mars et 74 n’ont été que des réplique. Le nombre de secousses sismiques n’étaient que de pour 50 l’an dernier..

 

sic…

 

Pendant ce temps, les secousses de 20 voclans ont été les plus fréquents, en particulier, le Fuji, Hakone, et Aso-San.

 

 

Les autorités du Japon a annoncé vendredi le résultats d’une recherche qui a indiqué la chaîne tremblement de terre d’une magnitude de plus de 9,0 pourrait frapper le Japon et sa zone offshore.

 

Un séisme massif de magnitude 9,0 a frappé au large de la côte nord-est du Japon le 11 mars 2011 déclenchant un tsunami gigantesque qui a provoqué des alertes de remonter le long du bassin du Pacifique.

 

L’Office national de Police A rapporté l’agence à 10h00, le 8 avril, le nombre de morts est passé à 12 731. Le nombre de portés disparus a diminué à 14 706.

 

Source: hken.ibtimes.com

Les moutons enragés

Et cette dépêche vient confirmer ce qui est dit plus haut…

Dernière minute : La commission de sécurité nucléaire japonais a passé le niveau de sévérité de la centrale du niveau 5 au niveau 7, ce qui correspond à la libération d’une dose d’au moins 10.000 térabecquerels.

Cela met Fukushima au niveau de Tchernobyl.

Drapeau_francais_40_25 – LIVE 11 04 2011
Le Japon se prépare à évacuer des populations situées hors de la zone d’exclusion
Le gouvernement japonais envisage une extension de la zone d’évacuation (d’exclusion) autour de la centrale nucléaire de Fukushima en raison des niveaux élevés d’irradiation.
Ce lundi Yukio Edano, le secrétaire en chef du cabinet du Gouvernement a déclaré lors d’une conférence de presse : « Les extensions de la zone d’exclusion de la centrale nucléaire de  Fukushima Daiichi vont être ordonnées dans divers secteurs dès l’évaluation des valeurs des doses d’irradiations cumulées.
L’exposition cumulative des doses d’irradiation sur une période prolongée peut affecter la santé des personnes »

Il a rajouté : « Le gouvernement consulte actuellement des experts sur les risques sanitaires liés aux expositions de la population sur le long terme, en prenant en considération les valeurs de l’irradiation, des conditions météorologiques et la topographie »
Hier sur la chaîne de télévision NHK, Yurei Sato le Gouverneur de la région de Fukushima a critiqué le précédent plan d’évacuation des résidents de la zone des  20 – 30 km en ces termes « Ils sont totalement désorientés et pas suffisamment conseillés sur ce qu’ils doivent faire »

 

 

Face à l’aggravation de la situation le Gouvernement Japonais a jusqu’ici refusé d’élargir une deuxième fois la zone d’exclusion en dépit des recommandations de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA).
Les États-Unis et l’Australie ont demandé à leurs citoyens d’évacuer la zone de 80 km autour de la centrale nucléaire de Fukushima.

France 2 Fukushima :
Alerte particules PLUTONIUM et contamination de l’océan en IODE radioactif 131

SOURCE