Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

© belga.

La Haute Cour de l'île indonésienne de Bali a confirmé lundi en appel la condamnation à mort d'une grand-mère britannique de 56 ans accusée de faire partie d'un réseau de trafic de cocaïne.

 


 

© epa. © afp. © afp. © afp. © afp. © epa.

 

 

 

© epa.

 

La cour a "décidé de confirmer la décision du tribunal de Denpasar", capitale provinciale de Bali, a déclaré le porte-parole de la Haute Cour.

Lindsay Sandiford avait été arrêtée en mai à l'aéroport de Denpasar, à Bali, en possession de 4,79 kilos de cocaïne, d'une valeur marchande de 1,85 million d'euros.

Elle avait par la suite collaboré avec la police, selon les forces de l'ordre, afin de démanteler un réseau et de permettre l'arrestation de trois autres Britanniques et d'un Indien.

Ce comportement avait été avancé par l'accusation pour ne requérir que 15 ans de prison. Mais, dans un jugement qui avait surpris nombre d'observateurs, le tribunal de Denpasar l'avait condamnée à la peine capitale le 22 janvier, suscitant les protestations de Londres.

Mme Sandiford avait affirmé à son procès avoir été contrainte à transporter la drogue afin de protéger ses enfants.

Selon l'ONG britannique des droits de l'homme Reprieve, elle a été "exploitée par des trafiquants de drogue, qui l'ont prise pour cible en raison de sa vulnérabilité et de la crainte qu'elle éprouvait pour la sécurité de ses enfants".

Mme Sandiford a encore la possibilité de se pourvoir devant la Cour suprême du pays.

Trois autres Britanniques arrêtés dans le cadre de la même enquête ont été condamnés à des peines beaucoup plus légères: Rachel Dougall à un an de prison, Paul Beales à quatre ans et Julian Ponder à six ans.

L'Indonésie inflige généralement des peines sévères aux trafiquants de drogue mais les condamnations à mort sont rarement exécutées pour les étrangers.

Deux Australiens sont ainsi depuis 2005 dans le "couloir de la mort" après avoir été condamnés à la peine capitale, tout comme le Français Serge Atlaoui, condamné à mort en mai 2007 pour avoir travaillé dans un laboratoire d'ecstasy.

source

Lire aussi

Réintroduction de la peine de mort en Europe, devinez qui y aura droit

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article