Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MAJ le 3/01/2013
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MAJ du 02/01/2013

Pilules 3e génération: une concertation

 

La délivrance des pilules de 3e génération, visées par une première plainte en France, pourraient être restreintes à certains professionnels, a annoncé aujourd'hui à l'AFP le directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament, qui dénonce "un emploi excessif" de ces pilules en France. L'ANSM va lancer dès mercredi une concertation à ce sujet avec les professionnels, a ajouté Dominique Maraninchi.

"Si notre mesure de mise en garde auprès des prescripteurs ne suffisait pas, il s'agirait de réserver les conditions de prescription et de délivrance (de ces pilules) pour en limiter l'utilisation, pour être sûr qu'elles ne soient utilisées qu'en deuxième recours et la réserver à des spécialistes", a-t-il expliqué. Ces spécialistes seraient consultés lorsque les patientes ne supporteraient pas ou auraient une contre-indication aux pilules de première ou deuxième génération", a-t-il précisé. "C'est une mesure que nous pouvons appliquer rapidement mais qui suppose un pré-requis, de travailler avec les professionnels pour qu'il n'y ait pas de rupture d'accès" aux pilules, a-t-il dit.

Plusieurs alertes dans le passé

L'agence du médicament a lancé plusieurs alertes dans le passé sur les risques thrombo-emboliques des pilules de troisième génération, prises aujourd'hui par 1,5 à 2 millions de femmes en France, préconisant qu'elles ne soient prescrites qu'en second recours. "Face à la montée de l'inquiétude légitime sur les pilules, nous avons envisagé en contact direct avec le ministère de la Santé de renforcer notre dispositif d'information et de sécurité", a expliqué le directeur de l'ANSM.

M. Maraninchi a rappelé que l'ANSM avait lancé récemment "une mise en garde auprès de 80.000 professionnels pour qu'ils révisent à la baisse leurs prescriptions". "Il faut que le niveau des prescriptions diminue pour que le taux d'exposition des personnes à risque diminue", a-t-il martelé. L'ANSM veut aussi "examiner notre capacité à mener une étude de pharmacoépidémiologie pour mesurer l'impact de ces pilules sur la situation sanitaire française globale", a encore précisé M. Maraninchi.

Le pôle santé publique du tribunal de grande instance (TGI) de Paris s'est saisi de la plainte de Marion Larat, jeune femme de 25 ans handicapée à 65% depuis un AVC qu'elle impute à sa pilule de troisième génération. Selon ses avocats, les plaintes de 30 autres femmes, s'estimant victimes de pilules contraceptives de troisième et quatrième générations, seraient déposées début janvier. source

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

AVC, décès... liés aux pilules de 3e et 4e générations: une première plainte en France

Actualité: 30 nouvelles plaintes contre les pilules de 3e et 4e générations en France (29 déc. 2012)

 

Une Française de 25 ans, Marion Larat, dépose ce vendredi une plainte contre le géant pharmaceutique allemand Bayer, rapporte Le Monde. Elle est lourdement handicapée à la suite d'un accident vasculaire cérébral (AVC) causé par un oedème cérébral, dont elle estime que la pilule de 3e génération Meliane est la cause. Il s'agit de la première plainte déposée en France.

En juin, la Commission régionale de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux de la région Aquitaine, a confirmé le lien: L'AVC est survenu dans les trois mois de la prescription du Méliane. Ces éléments constituent autant de présomptions graves, précises et concordantes permettant d'imputer la survenue de l'AVC à l'administration du Meliane

Le Monde a recueilli les témoignages d'autres victimes, ou familles de victimes. Le journal évalue à "une cinquantaine le nombre annuel de décès en rapport avec des contraceptifs oraux".

En juin dernier, la Haute autorité de santé (HAS) a décidé que les pilules de troisième génération ne devaient plus être prises en charge par Sécu, et la ministre de la Santé a annoncé leur déremboursement pour l’an prochain.

Bayer paiera au moins 110 millions $, apprenait-on en avril dernier, pour régler près de 500 poursuites aux États-Unis concernant les risques associés aux pilules de quatrième génération, Yasmin et Yaz. Des avocats mentionnaient qu'au moins 50 décès liés à ces pilules ont été rapportés à la Food and Drug Administration (FDA) américaine de 2004 à 2008 et que Bayer faisait face à plus de 11.000 poursuites.

 

Quelles sont ces pilules de 3e et 4e générations ?

Une cinquantaine de troisième génération sont sur le marché depuis les années 90, indique Rue 89: Meliane, Melodia, Moneva et Phaeva, Harmonet, Minesse et Minulet, Mercilon, Varnoline et Cycleane, Triafemi, Cilest... Ainsi que des génériques : Efezial, Edenelle, Desobel, Carlin, Optinesse, Minerva.


Les pilules de quatrième génération sont apparues en 2008 :

Yaz, Jasmine, Jasminelle, et des génériques Convuline et Belanette, Drospibel. 

 

source

 

 

Voyez également:

Tag(s) : #SANTE

Partager cet article