Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Voyager4

Tout en se dirigeant vers l’espace interstellaire, les deux sondes Voyager de la NASA scrute maintenant l’extérieur du système solaire et elles ont vu quelque chose qu’aucun humain n’a entrevu auparavant.

Précédemment, les deux sondes atteignaient les frontières du système solaire et rentraient dans l’Héliogaine :

 

Comme les lumières de la ville voilent le ciel nocturne, le soleil bloque un grand nombre des signaux provenant de notre voisinage galactique. Notre étoile et son champ magnétiques couvre les planètes de rayons cosmiques et du vent interstellaire, une bonne chose en soi, mais un peu frustrant si vous voulez étudier la galaxie de manière plus détaillée. Nous ne pouvons pas voir, par exemple, les signaux d’hydrogène qui rentrent en jeu dans la naissance d’étoiles dans notre voisinage. Pour la première fois une des sondes Voyager, les a observées.

Ces signaux en question sont des émissions Lyman-alpha, un phénomène qui survient lorsque des ions d’hydrogène à électron unique changent leurs états d’énergie. Les lignes Lyman-alpha (Lyα) sont le plus souvent observé dans des galaxies très lointaines, signifiant qu’elles sont très jeunes et souvent le type de galaxies estimé comme étant précurseurs de de celles ressemblant à la Voie lactée.

Représentation artistique d’une des deux sondes Voyager lancées en 1977 :

Voyager5

Les Émissions Alpha sont considérées comme un indicateur de formation d’étoiles (et quelques autres phénomènes intéressants), car ils interagissent et compressent les nuages ​​de poussière froides et de gaz. Elles pourraient être utiles à l’étude de notre propre galaxie, car elles pourraient fournir des informations sur le taux de formation des étoiles de la Voie lactée, entre autres caractéristiques.

Le premier aperçu de lignes locales Lyα est maintenant la dernière prouesse des voyager. Les vaisseaux spatiaux sont à la limite du système solaire et ils ont remarqué certaines choses bizarres à la frontière de l’espace interstellaire.

A peu près à 40 UA, la distance moyenne de Pluton, les spectromètres de la sonde ont commencé à remarquer ces émissions galactiques. Et elles viennent de la direction des pouponnières stellaires, comme prévu. Les taches chaudes Lyα couvrent les constellations du Scorpion et d’ Ophiuchus. Rosine Lallement et ses collègues de l’Observatoire de Paris et de l’Université de Versailles-St Quentin en Yvelines, en France, décrivent leurs conclusions cette semaine de la revue Science (lien plus bas).

Comprendre le champ local Lyα peut servir comme une sorte d’étalon cosmique. Les scientifiques peuvent commencer à comparer la formation des étoiles de la Voie lactée et les taux de lignes Lyα avec d’autres galaxies et faire des comparaisons avec d’autres régions de formation stellaire dans l’univers.

“Dans le cas de notre Galaxie, une énorme quantité d’informations est disponible sur les étoiles, le gaz et la poussière. Les données Lyα de la Voie lactée peuvent être utilisé pour tester les modèles complexes de transfert radiatif qui sont développés pour les galaxies lointaines“, selon les auteurs.

Malheureusement, les Voyageurs ne sont pas en mesure de recueillir plus de données, car ils sont à court d’énergie, note le physicien Jeffrey L. Linsky à l’Université de Colorado-Boulder. Le spectromètre de Voyager 2 a été coupée et Voyager 1 ne peut plus scanner le ciel, lui aussi, sera probablement bientôt coupé. Il reste quelques données à analyser, mais aucune nouvelle observation ne devrait être effectuée par un nouvel explorateur, note Linsky dans un article joint dans Science AAAS.

Ce sera à la sonde New Horizons de la NASA , qui est en route vers Pluton pour une arrivée à 2015, de prendre certaines de ces mesures d’hydrogène avec son spectromètre.

Sur le site du CNRS : Voyager 1 et 2 – La première détection de l’émission ultraviolette de l’hydrogène dans notre galaxie, la Voie lactée.

L’étude publiée sur Science AAAS : Voyager Measurements of Hydrogen Lyman-α Diffuse Emission from the Milky Way.



source: gurumed.org

Tag(s) : #CIEL et ESPACE

Partager cet article