Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 


 

 

 

 

Scène de xénophobie ordinaire, dans un bus, un soir du 11 novembre dernier. Parce qu’elle a chanté, avec ses amies, des chansons dans sa langue maternelle, une jeune femme a été violemment prise à partie (« pute », « chienne ») par les autres passagers très excités.

Sa langue maternelle, c’était le français.

La scène, que nous a signalée une riveraine vivant en Australie, s’est déroulée dans la banlieue de Melbourne. Elle a été filmée par un passager, et la vidéo, très regardée, a soulevé un tollé en Australie. « Parle anglais ou meurs, putain », lui crie un passager, pendant qu’un autre lui montre un couteau.

« Je vais te taillader, sale pute, si tu parles comme ça à ma meuf. »

La passagère a continué à chanter

Cette querelle très violente a commencé quand la passagère s’est mise à chanter une chanson française, selon le passager du bus qui a filmé la vidéo, Mike Nayna et qui a monté la vidéo et l’a mise en ligne avec des commentaires antiracistes.

Le montage de Mike Nayna

Version avec les insultes

D’autres passagers ont alors crié « Aussie, Aussie, Aussie », un cri de ralliement patriotique que l’on pousse dans les stades. Selon Nayna, la passagère ne s’est pas démontée et a continué à chanter. Puis les choses ont dégénéré.

Un des hommes est descendu du bus avec sa femme et son enfant, tout en continuant à crier : « Ouais, viens, connasse ! Regarde-toi ! On te l’a dit quatre fois, descends. » Puis, de l’extérieur, il frappe une vitre qui se brise... L’autre excité dit à la passagère francophone que tout le monde dans le bus veut la voir descendre :

« Tout le monde dans le bus veut ta peau. Il va falloir que tu te décides à descendre sale pute ! T’as pas encore capté ? »

Le fait divers a fait la une des principaux médias australiens et a alimenté les traditionnels talk-shows radio du mercredi matin, nous rapporte notre riveraine. Alors que la xénophobie progresse en France, elle voit dans cet épisode aux antipodes « une petite piqûre de rappel pour ne pas oublier que le Noir ou l’Arabe du bus, ça pourrait bien être vous un de ces jours ! »

Addendum 22h30. Le témoignage de la jeune française dans The Age : la jeune femme raconte qu’elle était de retour de la plage avec neuf amies. Elles chantaient des chansons en français. Un homme, qui avait d’abord l’air saoul, leur a dit de se taire « probablement parce qu’il ne connaissait pas la chanson et ne comprenait pas les paroles ». Elle et ses amies n’ont pas compris les menaces, alors il s’est mis à crier. « Je pensais qu’il plaisantait au début et quand j’ai réalisé que ce n’était pas le cas, mes amies et moi avons cessé de rire. Nous avions peur qu’il nous frappe. » Un couple avec une poussette s’est joint à la curée : « Je vais te taillader, maintenant, chienne ». L’homme, après être sorti du bus, cassera la vitre, projetant des bouts de verres sur les jeunes gens.

La jeune française : « J’ai réalisé que je n’aurais peut-être pas dû chanter dans les transports en public, mais leur réaction a été folle, nous sommes des adultes ».

SOURCE

Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article