Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Rien ne va plus chez les militaires. Alors que Hollande et ses 40 Spolieurs du Peuple Français sauvent les escrocs de banquiers (Dexia, CIF, Natixis, SG, CA, etc.) qui se versent des méga-bonus, la première mesure d'austerité drastique de l'Elysée qui vient de tomber va toucher les hommes de troupe, les sous-officiers et les officiers (sachant que les soldats de base, eux, étaient déjà payés au lance-pierre). Ludovic par exemple nous dit: "Regardez cet article du Point (un tiers des tableaux d'avancement supprimés pour 2013). Les militaires ont tout accepté sans broncher. Restructuration massive (donc mutation intempestive ), réduction des effectifs, recul de l'âge de départ à la retraite de 4 ans (!!!) et on nous a promis tant de choses ... parmi lesquelles un meilleur taux d'encadrement qui passe par un avancement plus massif.... Et voilà le remerciement...

Je suis militaire, sous-officier. Mon indice de solde a été revalorisé de 2 points en 3 ans !!!! (pendant ce temps, mes primes ont disparu, j'attends un rappel de solde depuis plusieurs mois!). Je ne peux, ni ne veux, me mettre en grève, pas de manifestation, je n'ai même pas le droit de m'exprimer librement. Aidez nous, tous se passe sous silence, nos généraux s'en foutent". En effet, sachant que toute réalité se traduit par des chiffres, l'article de Jean Guisnel montre à quel point aussi bien Sarkozy que Hollande se moquent ouvertement des militaires, lisez cet extrait:

"La lettre de cadrage budgétaire envoyée le 31 juillet dernier aux ministres par le chef du gouvernement Jean-Marc Ayrault contenait une bombe à retardement. Les états-majors planchent depuis début septembre sur les annexes non publiées de ce document. Une mesure imposée par Bercy risque de provoquer un séisme parmi l'ensemble du personnel : dans l'annexe de sa lettre de cadrage, Matignon annonce une suppression de 30 % des avancements au choix prévus en 2013, au risque de jeter cul par-dessus tête le fragile édifice des carrières militaires. C'est-à-dire que le tiers des promotions au grade supérieur - à tout le moins celles qui ne dépendent pas mécaniquement de l'ancienneté - ne se produiront pas. Une explication s'impose : on sait que les années Sarkozy avaient été marquées pour les armées par un plan considérable de suppression de postes, s'élevant au total à 54.000 emplois entre 2009 et 2015. Poursuivant sur sa lancée, la défense perdra effectivement dans ce cadre 7 234 postes en 2013 (ce chiffre tient compte de la création de 95 postes à la DGSE et de 69 dans la cyberdéfense, essentiellement à l'Anssi, Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information. En 2014, 7.880 suppressions sont prévues, malgré 45 créations de postes pour la DGSE et 99 dans la cyberdéfense)".


José signale cet article d'un site militaire Opex360: "l'amiral Edouard Guillaud, a alerté les députés de la commission de la Défense nationale et des forces armées lors d'une audition en juillet dernier. "Le moral des armées est aujourd'hui au seuil d'alerte" avait-il en effet affirmé avant d'ajouter que (les mesures) "ne parviennent plus à masquer les inquiétudes sur l'avenir, d'autant que la situation de la majorité de notre personnel est précaire - 65 % des militaires sont des contractuels"". Dans les commentaires, Adrien "désabusé" a écrit: "Comme toujours la grande muette se lance dans des mesurettes qui vont toucher les opérationnels (militaires du rang, sous-officiers et officiers subalternes) qui sont sur le terrain et qui sont les chevilles ouvrières des armées. Ces suppressions postes ne serviront qu'à sauver certains postes d'officiers supérieurs ou de généraux qui ne servent à rien dans le nouveau format, à part alourdir le mille-feuille hiérarchique ... Dans nos armées, tout le monde le sait, le gras est en haut, en bas on est à l'os et on va attaquer la moelle maintenant, vivement que nous ayons un pilote à bord", ce à quoi mr Garbure répond: "Encore une belle preuve, s'il en était besoin, de la lâcheté de nos dirigeants. Que ne gèlent-ils pas l'avancement dans l'administration, l'éducation,ou dans tout autre secteur public? Trop peur de voir toutes ces catégories professionnelles confondues descendre dans la rue. Mais les militaires c'est tellement facile, ils n'ont pas le droit de manifester. De quoi vomir sur les godasses de ces socialos!". Il suffit de lire le reste pour comprendre que les militaires sont maintenant très en colère. Hugues Assier de Pompignan nous dit: "le ras-le-bol couve sous l'uniforme de bien des soldats... (non renouvellement de 2 postes sur 3, blocage des salaires depuis plusieurs années, l'avancement maintenant) ou lorsque la république sacrifie l'assurance-vie de la France sur l'autel d'une Europe en faillite!"

Il serait temps que les généraux français se réveillent... et regardent la situation bien en face, et pas que celle de leurs troupes... J'ai même cru comprendre que, après les uniformes, même la fabrication de certaines munitions des troupes a aussi été delocalisée à... l'étranger!!! AU SECOURS!!

 

PS: les commentaires d'autres sous-officiers et officiers sont les bienvenus

 

PS2: militaires, gendarmes, policiers portez un toast à la santé des banquiers français et de Jean-Claude Juncker qui doivent bien se marrer de voir les politiques français leur donner vos budgets...


Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2012

 

Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article