Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arianna Huffington (c) Sipa

Arianna Huffington (c) Sipa

A la veille de l'annonce publique, ce lundi à 9h30, de la création du site "Le Huffington Post, en association avec le groupe Le Monde" (c'est son intitulé exact), la créatrice du premier site américain d'information, Arianna Huffington, a reçu Challenges. Le "HuffPost" français est détenu à hauteur de 51% par Huffington USA, 34% par Le Monde et 15% par Mathieu Pigasse, lui même actionnaire du quotidien, avec Xavier Niel et Pierre Bergé. Arianna Huffington, qui a récemment vendu son site à AOL pour 350 millions de dollars, tout en restant présidente et éditrice en chef, assume pleinement le choix d'Anne Sinclair pour être la directrice éditoriale du site français, qui absorbe Le Post, filiale du Monde.

Pourquoi ce choix, alors qu'Anne Sinclair n'a pas de problèmes de fin de mois et qu'elle a quitté TF1 et le journalisme il y a près de 15 ans ?

- C'est moi qui ai eu l'idée de faire appel à Anne Sinclair. Ensuite, Louis Dreyfus et Mathieu Pigasse ont organisé les rencontres. Elle est venue me voir aux Etats-Unis. Je suis fière de mon choix car Anne a été longtemps une journaliste de talent, lorsqu'elle était à Washington, elle tenait un blog très intéressant. C'est une femme curieuse, ouverte à la vie sous toutes ses formes, à l'écoute. Elle a une grande capacité à rassembler les gens de toute origine. Je l'ai connue lorsqu'elle était à Washington. C'est une femme de ma génération: nous sommes nées le même jour, à deux ans d'écart. Les épreuves qu'elle vient de subir ont montré son caractère bien trempé. A titre personnel, en tant que femme, il ne me déplait pas, en lui offrant ce poste, de lui permettre de réaliser un superbe come back, que je voudrais exemplaire.

Mais comment aller vous résoudre les conflits d'intérêt inévitables, à commencer par ceux qui ne manqueront pas d'apparaitre lors des futurs développements de l'affaire Strauss-Kahn?

- On traitera l'affaire comme si elle n'était pas directrice éditoriale. Elle s'y est engagée. Il y a une rédaction, qui sera vigilante. Nous sommes attendus. La caractéristique des sites d'informations comme le notre, c'est leur totale transparence.

Quelle est la sigularité du HuffPost américain?

- J'ai créé ce site en choisissant de prendre le meilleur du "old" et du "new". C'est à dire le sérieux des journaux traditionnels, allié aux nouvelles technologies, à l'interactivité maitrisée – nous avons 40 modérateurs aux Etats-Unis – à la jeunesse et à la spontanéité. C'est un lieu ou s'expriment les plus grandes signatures, où émergent les nouvelles idées.

La ligne éditoriale?

- Difficilement classable selon les critères anciens. Je dis souvent que nous voulons être au dessus de la droite et de la gauche. Notre intérêt se porte sur la vie et les soucis réels des gens, en particulier appartenant à la classe moyenne ou à ceux à qui on ne donne jamais la parole.

Vous engagez-vous dans la campagne américaine?

- Non. On ne prend pas position sur les personnalités, mais sur les dossiers. On ne s'engage que sur les sujets importants, mais là, on n'hésite pas. Par exemple, nous pensons que notre présence en Afghanistan est contraire aux intérêts de l'Amérique et des Américains, aussi nous questionnons tous les jours le pouvoir pour accélérer le retrait. Si le HuffPost avait existé au moment du déclenchement de la deuxième guerre d'Irak, je suis convaincu que nous ne nous serions pas laissé porter par le courant principal et que nous aurions été critiques avec les manipulations des politiques sur l'antrax et les prétendues armes de destruction massives. Et j'ai la prétention de croire qu'avec nos 37 millions de visiteurs uniques, le déroulement de l'histoire aurait pu être changé.

Beaucoup de journalistes du Monde ont publiquement affiché leurs réticences à la reprise du Post par le HuffPost. Ils ont tort?

- Qu'ils se méfient, c'est normal. Ils veulent protéger leur marque et ils ont raison. Mais ils vont vite réaliser que le HuffPost sera un site français de qualité, réalisé par des journalistes français, dans un contexte culturel, économique et politique français. Sur le plan éditorial, ce ne sera évidemment pas une filiale du HuffPost américain. Mais un site autonome, qui donnera la parole à beaucoup de Français qui ne l'ont jamais eue.

Propos recueillis par Airy Routier.

source: Challenges.fr

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article