Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

La baisse des allocations familiales pour les plus aisés n'aura donc pas lieu

La baisse des allocations familiales pour les plus aisés n'aura donc pas lieu Crédit Reuters

 

Allocations familiales : l’incroyable décision = désormais étendues aux enfants d'immigrés, même nés à l'étranger

 

Les Français attendaient avec impatience la décision du gouvernement quant aux allocations familiales. Celle-ci est désormais tombée. L'exécutif a tranché : il va mettre en place une baisse du plafond du quotient familial de 2 000 à 1 500 euros. Le gouvernement a donc renoncé à diminuer les allocations familiales pour les familles les plus aisées, pour ramener la branche famille de la Sécurité sociale à l'équilibre. La mise en place de ce nouveau dispositif est censée rapporter un milliard d'euros dès 2014 et concerner 1,3 million de ménages, soit 12% des ménages avec enfants. Ils verront en moyenne leur impôt augmenter de 64 euros par mois, selon un document du gouvernement.

Globalement, les mesures décidées par le gouvernement lundi pour rétablir l’équilibre de la branche famille de la Sécurité sociale devraient rapporter 1,1 milliard d’euros d’économies dès 2014 et 1,7 milliard d’euros en 2016, selon un document du gouvernement. Outre la réduction du plafond du quotient familial à 1 500 euros, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures : durcissement des conditions d’attribution de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) et du congé parental, suppression de la réduction d’impôt pour frais de scolarité dans le secondaire, en contrepartie d’une majoration du complément familial et de l’allocation de soutien familial pour les plus modestes.

Il y aura "des économies et il y aura de la justice", avait promis jeudi le président de la République François Hollande. Alors qu'il s'agissait du scénario privilégié par le gouvernement, la baisse des allocations familiales pour les plus aisés n'aura donc pas lieu. Pourtant, dans un sondage publié jeudi, les deux tiers des Français (68%) se disent favorables à une baisse des allocations familiales pour les plus aisés.

Mais ce projet était extrêmement contesté par l'opposition et les associations familiales qui, à l'instar de l'Unaf (Union national des associations familiales), soutiennent d'autres pistes, comme un durcissement du plafond du quotient familial, dispositif permettant aux familles d'alléger leur impôt. Fixé depuis 2013 à 2 000 euros par enfant, ce plafond a donc encore été revu à la baisse.

SOURCE

Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article