Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alimentation : ces pesticides qui inquiètent les Français

 

Trois Français sur quatre se disent inquiets de possibles traces de pesticides dans l'alimentation et 90% soutiennent la prochaine mise en place d'une appellation "sans OGM" sur les emballages alimentaires, selon un sondage réalisé pour France nature environnement.

Si vous êtes du genre à vous inquiéter de la possible présence de pesticides dans vos aliments, vous n'êtes pas un consommateur isolé : une majorité de Français partagent vos inquiétudes.

Pratiquement trois sur quatre, révèle un sondage CSA pour France nature environnement (FNE). Dans le détail, 73% des Français sont inquiets (30% très inquiets) de la présence de traces éventuelle de pesticides dans leur assiette ; seuls 13% ne sont pas ou pas vraiment inquiets, 14% ne se posant pas vraiment la question.

Pour Benoît Hartmann, porte-parole de la fédération (qui regroupe 3000 associations), cela veut dire que "la sensibilisation est faite", "il y a une vraie inquiétude en termes de santé environnementale".

Toujours selon le même sondage, les Français sont une majorité aussi (56%) à souhaiter la réduction du nombre des porcs de Bretagne, qui, avec les bovins et les volailles, polluent les rivières et provoquent une prolifération d'algues vertes. 23% y sont tout à fait favorables et 33% plutôt favorables. 39% sont de l'avis inverse.

"C'est plutôt une bonne nouvelle, puisqu'une majorité de gens font le lien de cause à effet entre un modèle agricole et l'émergence des marées vertes", note Benoît Hartmann. Mais il faut encore "travailler sur le sujet" pour que les gens comprennent mieux encore qu'il faut "changer de modèle agricole, agir sur les causes".

Enfin 91% des personnes interrogées pensent que c'est une bonne chose (48% une très bonne chose) qu'à partir du 1er juillet les denrées alimentaires puissent porter la mention "sans OGM" sur leurs emballages.

Ce sondage, réalisé par téléphone le 20 février auprès d'un échantillon de 1000 personnes, intervient un an après une campagne choc menée par FNE, qui traitait de pesticides, d'OGM et d'algues vertes et avait été considérée comme "particulièrement déplacée" par Nicolas Sarkozy.

"Nous voulions apprécier son impact", a expliqué Benoît Hartmann, selon qui "les candidats ne vont pas pouvoir faire l'économie d'un positionnement fort là-dessus.

Auteur : LCI TF1

Source : lci.tf1.fr via "Terre Sacrée"

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article