Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les autorités sanitaires allemandes recommandent de cuire pendant dix minutes à 70°C les légumes crus.

Berlin, Correspondant - Si vous habitez le nord de l'Allemagne, méfiez-vous des salades, des concombres et des tomates. Tel est le message que les autorités sanitaires du pays, relayées par Ilse Aigner, la ministre de l'agriculture et de la consommation, diffusent depuis mercredi 25 mai. Selon l'Institut Robert-Koch, responsable de la veille sanitaire, c'est sans doute en mangeant un de ces aliments, crus, qu'entre trois et cinq personnes sont mortes ces derniers jours.

Particularité : toutes sont des femmes habitant le nord de l'Allemagne. Elles auraient été infectées par la bactérie E. coli entérohémorragique (ECEH), qui se transmet à l'homme par la consommation d'aliments contaminés comme des légumes crus, de la viande haché crue ou du lait cru.

On ignore comment les légumes à l'origine des décès auraient été infectés. Mais c'est en interrogeant sur leurs habitudes alimentaires 121 femmes de la région de Hambourg, dont 25 infectées par la bactérie, que l'institut a fait le lien avec les légumes crus. Il recommande donc de les cuire pendant dix minutes à 70°C.

LES VICTIMES SONT DES FEMMES

L'ECEH cause des hémorragies dans le système digestif et se traduit par des diarrhées et du sang dans les selles, des maux de tête et de vives douleurs au ventre. On parle alors de syndrome hémolythique et urémique (SHU). L'Institut Robert-Koch a dénombré 140 cas de SHU, – soit plus du double du chiffre enregistré en 2010 – avec au moins trois décès déjà constatés.

Les autorités sanitaires se sont inquiétées, car la plupart de ces cas sont apparus en moins de deux semaines. Autre étonnement : les personnes victimes de la bactérie étaient des femmes, déjà adultes.

Selon Klaus Stark, un des experts de l'institut interrogés dans le Tagesspiegel, l'origine de l'infection pourrait être une espèce rare de la bactérie : l'E. coli 0104, un agent pathogène qu'il n'est pas facile de distinguer de l'E. coli normal. Sur 588 cas d'E. coli étudiés par le laboratoire Robert-Koch ces vingt dernières années, l'E. coli 0104 ne concernait que deux d'entre eux. Mais, selon le journal, des cas similaires de décès dus à l'E. coli 0104 ont été signalés en février et en mars aux Etats-Unis, dans l'Etat du Montana. Là aussi, il s'agissait d'adultes.

Frédéric Lemaître

Article paru dans l'édition du 27.05.11

Tag(s) : #SANTE

Partager cet article