Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Romain Renner

 

Le rapport de la CRC met en évidence une baisse moyenne de 4% des contraventions pour le stationnement.
Le rapport de la CRC met en évidence une baisse moyenne de 4% des contraventions pour le stationnement.Crédits photo : FREDERICK FLORIN/AFP

Un rapport de la chambre régionale des comptes d'Ile-de-France juge insuffisant le travail des agents de surveillance de Paris. Les «pervenches» ne dresseraient pas suffisamment de contraventions et ne travailleraient pas assez.

Le constat pourra paraître paradoxal. Alors que le ministère de l'Intérieur annonce vendredi que l'année 2010 a été la plus riche en distribution de procès-verbaux (7,5 millions), la chambre régionale des comptes (CRC) d'Ile-de-France a produit un rapport sur la préfecture de police de Paris dans lequel est pointé le manque de travail et de résultats des agents de surveillance de Paris (ASP). Révélé dans les colonnes du Monde mercredi alors qu'il ne devrait être publié que début 2012, le rapport met en évidence une baisse moyenne de 4% des contraventions pour le stationnement et de 12% des demandes d'enlèvement de voitures par la fourrière entre 2007 et 2009. Des chiffres faibles dans une ville qui aurait «le taux de respect du stationnement payant le plus faible de France», selon sa mairie. En réponse à ces chiffres, la préfecture annonce une hausse de 25,7% des verbalisations sur l'année 2010 et des résultats historiquement élevés pour 2011, deux périodes postérieures à la constitution du rapport.

Des employés mal utilisés

La CRC pointe du doigt une trop faible présence des 1900 agents dans la rue et annonce un taux d'absentéisme de 15%. Un constat appuyé par la mairie de Paris qui estime qu'une plus grande présence «dissuaderait les automobilistes de ne pas payer les horodateurs». La CRC considère également que, compte tenu de leur faible niveau de qualification, les ASP seraient trop payés.

Selon Le Monde, le rapport souligne la réaffectation des ASP par la préfecture à des tâches autres que celles pour lesquelles ils sont payés. Le journal parle d'affectations aux commissariats, ce que la préfecture réfute. De son côté, la CRC refuse de commenter le contenu du rapport, censé être «confidentiel». Cette réaffectation serait en réalité rendue possible par le fonctionnement des institutions parisiennes. La mairie ne dispose en effet pas des compétences de police et c'est donc la préfecture qui gère les effectifs payés… par la Ville de Paris.

Source: Lefigaro.fr

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article