Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Est ce à dire que le 7 des japonais n'est pas le 7 des russes = faut arrêter de prendre les gens pour des c...)

 

Le Japon a décidé de relever de 5 à 7 le niveau de gravité de l'accident nucléaire de Fukushima, mardi. Il s'agit du degré le plus élevé de l'échelle internationale des événements nucléaires, égal à celui de la catastrophe de Tchernobyl.

Ce niveau signifie qu'un « rejet majeur de matières radioactives » s'est produit avec « des effets considérables sur la santé et l'environnement ».

Mais quelques heures plus tard, dans une déclaration contradictoire, le premier ministre japonais Naoto Kan a affirmé que la situation à la centrale nucléaire de Fukushima « se stabilise pas à pas » et que les fuites radioactives baissent.

M. Kan a aussi appelé les Japonais à « reprendre leur vie normale » et à consommer, après la période de retenue qu'ils se sont imposée.

Le secrétaire en chef du cabinet, Yukio Edano (à droite), et le comédien Shizu-chan croquent à pleines dents dans des légumes en provenance de Fukushima, dans un marché de Tokyo, le 12 avril 2011. Ils veulent ainsi encourager les agriculteurs qui subissent les contrecoups de l'accident nucléaire.

Photo: AFP/Yoshikazu TSUNO

Le secrétaire en chef du cabinet, Yukio Edano (à droite), et le comédien Shizu-chan croquent à pleines dents dans des légumes en provenance de Fukushima, dans un marché de Tokyo, le 12 avril 2011. Ils veulent ainsi encourager les agriculteurs qui subissent les contrecoups de l'accident nucléaire.

Cette déclaration coïncide avec de nouvelles déclarations du ministre de l'Économie, qui estime que les conséquences de la catastrophe nucléaire sur l'économie japonaise seraient plus graves que prévu.

Tokyo tente par ailleurs de convaincre les Japonais de manger les légumes cultivés à Fukushima et dans ses environs. Devant les caméras, un porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, a dégusté une tomate de la préfecture de Fukushima (notre photo). « Mangez-en, s'il vous plaît. Il n'y a que des produits sains qui sont proposés à la vente », a déclaré Yukio Edano.

Le gouvernement nippon a récemment levé l'interdiction de vente de certains légumes verts cultivés dans quatre préfectures proches de la centrale. Cette mesure avait été adoptée en mars, en raison d'un taux de radioactivité supérieur aux seuils autorisés.

Pas aussi grave que Tchernobyl

L'Agence de sûreté nucléaire nippone a indiqué qu'elle proposait le relèvement du niveau de sécurité à titre provisoire sur « la base des mesures d'iode et de césium relevés dans l'environnement ».

Elle insiste sur le fait que l'accident de Fukushima n'est pas, jusqu'à présent, aussi grave que celui de Tchernobyl. Le niveau des émissions radioactives enregistré depuis le début serait dix fois inférieur, selon l'agence.

La catastrophe de Tchernobyl, survenue en 1986 dans ce qui était alors la République soviétique d'Ukraine, était précédemment la seule à avoir été classée niveau 7. Les autorités japonaises avaient d'abord classé l'accident de Fukushima niveau 5, le même niveau que l'accident de Three Mile Island, qui a eu lieu aux États-Unis en 1979.

La radioactivité émise par la centrale de Fukushima a forcé les autorités à évacuer des dizaines de milliers de personnes vivant dans un rayon de 30 kilomètres autour de la centrale.

Deux nouvelles répliques

Par ailleurs, deux nouveaux tremblements de terre de magnitude 6,3 ont ébranlé le Japon, mardi. La centrale de Fukushima n'aurait pas été endommagée davantage et aucune alerte au tsunami n'a été émise. Les employés de la centrale ont été évacués par simple précaution, a indiqué l'exploitant Tepco

La veille, une réplique du tremblement de terre du 11 mars avait causé une coupure de courant à la centrale en péril, forçant l'interruption du système de refroidissement des réacteurs et l'élargissement de la zone d'évacuation de 20 à 30 km.

La réplique avait aussi déclenché un feu près du réacteur numéro 4 de la centrale, qui a depuis été maîtrisé sans effet sur les niveaux de radiation, selon Tepco.

Radio-Canada.ca avecReuters, Agence France Presse et Associated Press

 

 

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article