Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le cerveau craint l’ennui   

 

Une vie riche d’activités intellectuelles, de loisirs à la fois cérébraux et distrayants, comme la lecture, la musique ou le bridge, pourrait-elle diminuer le risque de souffrir de dégénérescence cérébrale? Même si la question est loin d’être scientifiquement résolue, les souris élevées par l’équipe de Sam Sisodia accréditent l’hypothèse d’un effet protecteur de la stimulation intellectuelle contre une maladie comme Alzheimer.

Sam Sisodia (université de Chicago) et ses collègues ont élevé des souris transgéniques conçues pour développer des plaques bêta-amyloïdes au bout de 4 mois et demi. Ces plaques qui s’accumulent dans le cerveau sont caractéristiques de la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs ont constaté que les souris placées dans des cages dotées d’équipements et de distractions avaient moins de plaques que les souris élevées dans des cages standard. De plus, l’activité d’une enzyme détruisant les plaques bêta-amyloïdes était plus importante chez les souris bien occupées.

Ces résultats, parus dans la revue Cell, corroborent des études épidémiologiques suggérant un lien entre le niveau d’activité intellectuelle et le risque d’Alzheimer. Ils ne suffisent pas pour autant à démontrer le lien de cause à effet. D’autres études expérimentales ont abouti à des résultats différents. Beaucoup de chemin reste à parcourir pour comprendre comment se développe cette terrible maladie.

C.D.
(11/03/05) SCIENCES ET AVENIR

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article