Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pom…Pom…Pom…Pompom…Pom…Pompom….. Une marche funêbre est enclenchée pour le système bancaire et l’Allemagne est maintenant officiellement dans la tempête, l’attaque à commencé et les semaines à venir risque d’être particulièrement intéressantes… Les banques allemandes voient leur note mise à mal, une décote de 1 à 3 crans, ça sent pas bon tout ça…

"

La Bourse de New York a fini en baisse mercredi, creusant ses pertes après l’annonce de l’abaissement de la note de crédit de 10 banques publiques allemandes par l’agence Moody’s.

Keystone (archive)

 

© Keystone (archive) | Les effets de la crise en Europe continuent à peser sur Wall Street.

L’indice Dow Jones a perdu 1,58% et le Nasdaq 1,73% à la Bourse de New York. Selon les chiffres définitifs, le Dow Jones Industrial Average a cédé 190,57 points à 11.905,59 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 46,59 points à 2639,61 points.

L’indice élargi Standard & Poor’s 500 a perdu 1,66% (20,90 points) à 1236,91 points.

Wall Street, qui avait ouvert en nette baisse, a effacé une partie de ses pertes à la mi-journée, tirée par de bons indicateurs américains, avant de franchement se replier en fin d’échanges.

Les effets de la crise en Europe continuent à prendre de l’ampleur avec les taux des obligations européennes qui augmentent, ce qui a mis la pression sur les marchés ici, a expliqué Peter Cardillo, économiste en chef chez Rockwell Global Capital.

Marchés liés à l’Europe

Les marchés américains restent malheureusement toujours très liés à ce qui se passe en Europe, et (la dégradation des banques allemandes) n’est qu’un autre exemple, a-t-il observé.

Moody’s a annoncé mercredi soir la dégradation d’un à trois crans de la note de 10 banques publiques allemandes, dont BayernLB, LBBW et Deutsche Hypo, estimant que celles-ci sont moins susceptibles de bénéficier d’un soutien de l’Etat en cas de difficultés.

Autre développement européen ayant pesé sur Wall Street: l’abaissement des prévisions de croissance de la Banque d’Angleterre (BoE) qui table désormais sur environ 1% en 2011, comme en 2012, au Royaume-Uni.

Ces perspectives sombres, a expliqué la BoE, proviennent de l’absence de réponse crédible et efficace à la crise de la dette en zone euro, qui constitue le principal danger menaçant la reprise de l’économie britannique.

Wall Street est gagnée par la peur de voir (la crise) contaminer le Royaume-Uni, a souligné Andréa Kramer, de Schaeffer Investment Research

Le marché obligataire a terminé en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,024%, contre 2,057% mardi soir, et celui à 30 ans à 3,055%, contre 3,097% la veille.

Source: tdg.ch

Tag(s) : #Crise de l'Euro

Partager cet article