Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


POURQUOI LE 1 FÉVRIER EST LE "#FREEDOM DAY" ? #VICTORY !

Publié par Brujitafr sur 2 Février 2021, 10:45am

Catégories : #USA, #POLITIQUE, #NouvelOrdreMondial

POURQUOI LE 1 FÉVRIER EST LE "#FREEDOM DAY" ? #VICTORY !
POURQUOI LE 1 FÉVRIER EST LE "#FREEDOM DAY" ? #VICTORY !
Pensez-vous que c'est une coïncidence que le 1er février soit la "Journée de la liberté" ?
 
Les amis, c'est pour ça que Wall Street devient fou en ce moment. Ils flippent et essaient de faire circuler de l'argent, en gros du "blanchiment d'argent" pour déplacer leur argent avant qu'il ne soit gelé. C'EST ÉNORME !
SI VOUS N'AVEZ PAS LU L'ORDRE D'EXÉCUTION SUR L'INTERFÉRENCE DES ÉLECTIONS DE TOUTE FAÇON, il est temps de le faire maintenant !
 
45 jours à partir du 3 novembre 2020 étaient le 18 décembre 2020 + 45 jours à partir du 18 décembre 2020 sont le 1er février 2021 !
 
PENSEZ À CELA... Le président Donald Trump est le 45e président des États-Unis.
Ceci est un message... 45 jours + 45 jours, cela nous dit qu'il fera 2 mandats supplémentaires en tant que Président des Etats-Unis d'Amérique en tant que "Nouvelle République".
 
Le Président Donald J. Trump a signé le décret 13848 le 12 septembre 2018
Imposition de certaines sanctions en cas d'ingérence étrangère dans une élection aux États-Unis
Par l'autorité qui m'est conférée en tant que Président par la Constitution et les lois des États-Unis d'Amérique, notamment la loi sur les pouvoirs économiques en cas d'urgence internationale (50 U.S.C. 1701 et suivants) (IEEPA), la loi sur les urgences nationales (50 U.S.C. 1601 et suivants) (NEA), la section 212(f) de la loi sur l'immigration et la nationalité de 1952 (8 U.S.C. 1182(f)), et la section 301 du titre 3 du code des États-Unis,
Je soussigné, DONALD J. TRUMP, Président des États-Unis d'Amérique, estime que la capacité de personnes situées, en tout ou en grande partie, en dehors des États-Unis à interférer dans les élections américaines ou à saper la confiance du public dans ces élections, notamment par l'accès non autorisé aux infrastructures électorales et de campagne ou par la diffusion secrète de propagande et de désinformation, constitue une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis.
En gros, ce décret stipule que toute personne impliquée dans l'ingérence dans les élections de 2020 ou dans le soutien aux élections frauduleuses, qu'elle soit étrangère ou nationale, ainsi que ses biens et ses actifs seront gelés.
Cela inclut les médias traditionnels, les médias sociaux et toute autre personne ayant contribué à voler ces élections.
45 jours à partir du 3 novembre 2020, c'était le 18 décembre
C'est pendant cette période que le DNI John Ratcliffe a recueilli des données sur la fraude électorale.
 
Section 1. (a) :
Au plus tard 45 jours après la conclusion d'une élection aux États-Unis, le directeur du renseignement national, en consultation avec les chefs de tous les autres départements et organismes exécutifs (agences) appropriés, doit procéder à une évaluation de toute information indiquant qu'un gouvernement étranger, ou toute personne agissant en tant qu'agent ou au nom d'un gouvernement étranger, a agi avec l'intention ou dans le but d'interférer dans cette élection.
L'évaluation doit identifier, dans toute la mesure du possible, la nature de toute ingérence étrangère et les méthodes employées pour l'exécuter, les personnes impliquées et le ou les gouvernements étrangers qui l'ont autorisée, dirigée, parrainée ou soutenue. Le directeur du renseignement national remet cette évaluation et les informations appropriées à l'appui au président, au secrétaire d'État, au secrétaire au Trésor, au secrétaire à la défense, au procureur général et au secrétaire à la sécurité intérieure.
Après cela, un délai supplémentaire de 45 jours est accordé pour la rédaction et la remise dudit rapport. C'est pourquoi A.G. Barr n'avait rien vu avant de quitter l'administration du Trump. Il n'avait pas encore été remis à son département à cette date. Il a été entre les mains d'autres agences.
45 jours à compter du 18 décembre, soit le 1er février
Le DNI John Ratcliffe a mis cette période à profit pour rassembler toutes les données, créer le rapport sur la fraude électorale et le remettre au président Trump.
 
Section 1. (b) :
Dans les 45 jours suivant la réception de l'évaluation et des informations décrites à la section 1(a) de la présente ordonnance, le procureur général et le secrétaire à la sécurité intérieure, en consultation avec les chefs de tous les autres organismes appropriés et, le cas échéant, avec les fonctionnaires de l'État et les fonctionnaires locaux, remettent au président, au secrétaire d'État, au secrétaire au Trésor et au secrétaire à la Défense un rapport d'évaluation concernant les élections aux États-Unis qui font l'objet de l'évaluation décrite à la section 1(a) :
C'est à partir du 1er février que les choses commencent vraiment à bouger :
Section 2. (a) :
Tous les biens et intérêts dans des biens qui se trouvent aux États-Unis, qui se trouvent ci-après aux États-Unis, ou qui sont ou se trouveront en possession ou sous le contrôle d'une personne des États-Unis des personnes suivantes sont bloqués et ne peuvent être transférés, payés, exportés, retirés, ou faire l'objet d'une autre transaction : toute personne étrangère déterminée par le Secrétaire au Trésor, en consultation avec le Secrétaire d'État, l'Attorney General, et le Secrétaire à la sécurité intérieure :
(i) d'avoir directement ou indirectement participé, parrainé, dissimulé ou autrement été complice d'une ingérence étrangère dans une élection aux États-Unis ;
(ii) d'avoir aidé matériellement, parrainé ou fourni un soutien financier, matériel ou technologique, ou des biens ou des services à toute activité décrite au paragraphe (a)(i) de la présente section ou à toute personne dont les biens et les intérêts dans les biens sont bloqués en vertu de la présente ordonnance ; ou
(iii) être détenu ou contrôlé par, ou avoir agi ou prétendu agir pour ou au nom, directement ou indirectement, de toute personne dont les biens ou les intérêts dans les biens sont bloqués en vertu de cette ordonnance.
(b) Le décret 13694 du 1er avril 2015, tel que modifié par le décret 13757 du 28 décembre 2016, reste en vigueur. Ce décret n'est pas imprimé à partir de la page 46845 et n'a pas pour but de limiter le pouvoir discrétionnaire du secrétaire au Trésor dans l'exercice des pouvoirs prévus par le décret 13694. Le cas échéant, le secrétaire au Trésor, en consultation avec le procureur général et le secrétaire d'État, peut exercer les pouvoirs décrits dans le décret 13694 ou d'autres pouvoirs conjointement avec l'exercice par le secrétaire au Trésor des pouvoirs prévus dans le présent décret.
(c) Les interdictions visées au paragraphe (a) du présent article s'appliquent sauf dans la mesure prévue par les lois, ou par les règlements, les ordonnances, les directives ou les licences qui peuvent être délivrés en vertu de la présente ordonnance, et nonobstant tout contrat conclu ou toute licence ou permis accordé avant la date de la présente ordonnance.
Art. 3. Après la transmission de l'évaluation exigée par l'article 1(a) et du rapport exigé par l'article 1(b) :
(a) le Secrétaire au Trésor examine l'évaluation prévue à la section 1(a) et le rapport prévu à la section 1(b) et, en consultation avec le Secrétaire d'État, le Procureur général et le Secrétaire à la sécurité intérieure, impose toutes les sanctions appropriées conformément à la section 2(a) de la présente ordonnance et toutes les sanctions appropriées décrites à la section 2(b) de la présente ordonnance ; et
b) le secrétaire d'État et le secrétaire au Trésor, en consultation avec les chefs des autres organismes appropriés, préparent conjointement une recommandation à l'intention du président sur l'opportunité de sanctions supplémentaires à l'encontre des personnes étrangères en réponse à l'ingérence étrangère constatée et à la lumière de l'évaluation figurant dans le rapport prévu à l'article 1, point b), du présent décret, y compris, le cas échéant et conformément au droit applicable, les sanctions proposées à l'encontre des plus grandes entités commerciales autorisées ou domiciliées dans un pays dont le gouvernement a autorisé, dirigé, parrainé ou soutenu une ingérence électorale, y compris au moins une entité de chacun des secteurs suivants : services financiers, défense, énergie, technologie et transport (ou, si cela ne s'applique pas aux plus grandes entreprises de ce pays, aux secteurs d'importance stratégique comparable pour ce gouvernement étranger). La recommandation doit inclure une évaluation de l'effet des sanctions recommandées sur les intérêts économiques et de sécurité nationale des États-Unis et de leurs alliés. Toute sanction recommandée doit être calibrée de manière appropriée à l'ampleur de l'ingérence étrangère identifiée et peut comprendre un ou plusieurs des éléments suivants pour chaque personne étrangère ciblée :
(i) le blocage et l'interdiction de toutes les transactions portant sur les biens et intérêts d'une personne dans des biens soumis à la juridiction des États-Unis ;
(ii) restriction des licences d'exportation en vertu de toute loi ou réglementation qui exige l'examen et l'approbation préalables du gouvernement des États-Unis comme condition à l'exportation ou à la réexportation de biens ou de services ;
(iii) l'interdiction pour les institutions financières américaines d'accorder des prêts ou des crédits à une personne ;
(iv) des restrictions sur les transactions en devises étrangères dans lesquelles une personne a un intérêt quelconque ;
(v) l'interdiction des transferts de crédit ou des paiements entre institutions financières, ou par, à travers ou à destination d'une institution financière, au profit d'une personne ;
(vi) l'interdiction pour les ressortissants des États-Unis d'investir dans les capitaux propres ou les dettes d'une personne ou de les acheter ;
(vii) l'exclusion des dirigeants d'entreprise étrangers d'une personne des États-Unis ;
(viii) l'imposition aux principaux dirigeants étrangers d'une personne de l'une des sanctions décrites dans la présente section ; ou
(ix) toute autre mesure autorisée par la loi.
ENTRER PELOSI, ET AL - Cela explique le cri d'utilisation de l'article 25, et quand cela a échoué, les cris de mise en accusation - IMPEACHENT tout de suite. Cela explique l'explosion de la censure au point de faire tomber des plateformes web entières comme Parler. Elle explique toutes les divagations insensées et les actions désespérées qui étaient autant de cris d'une société en train de couler, s'accrochant à tout ce qui se trouvait à l'intérieur des murs du capitole pour sauver leur cabale.
=====
ENTER WALLSTREET - Faire circuler l'argent aussi vite que possible - Les gestionnaires de fonds spéculatifs ont désespérément essayé de vendre à découvert autant qu'ils le pouvaient avant d'être interrompus. Il semble qu'ils essayaient de sauver leurs actifs avant qu'ils ne soient saisis. Les mêmes actifs qui semblent maintenant être sur le point d'être gelés, conformément à l'ordonnance n°13848 du président Trump.
=====
 
Points clés :
Une fois que la fraude électorale est commise, une enquête commence. Dans un délai de 45 jours, les enquêteurs doivent prouver que la fraude électorale a eu lieu.
Après ces 45 jours, 45 jours supplémentaires sont accordés pour la rédaction et la remise du rapport.
Une fois le rapport remis, les avoirs sont gelés.
Cela nous amène au décret concernant le gel des avoirs. Ce dernier devrait entrer en vigueur le 1er février.
Les avoirs sont gelés pendant 30 jours, tandis que les enquêtes directement liées se poursuivent.
L'ensemble du processus prend 90 jours à compter du jour où les avoirs sont gelés. Ce qui peut commencer le 1er février 2021.
Toute personne impliquée de quelque manière que ce soit dans cette affaire verra tous ses avoirs gelés.
Le 1er février 2021 est le jour où tout cela commencera à se jouer. Même les personnes qui ont conspiré ou couvert l'affaire.
30 jours de gel des avoirs nous amènent en mars. Ils voient ce qui s'en vient et savent qu'ils sont finis. Tout l'argent impliqué dans cette affaire va disparaître.
Donc, une fois de plus, alors que nous nous dirigeons vers la chute de l'empire des entreprises qui a asservi la République des États-Unis d'Amérique... Nous, le peuple, devons nous tenir fermement et nous préparer. Soyez patients et attendez le Seigneur au cas où l'olivier tremblerait. Restez à l'intérieur et cachez-vous pendant un petit moment jusqu'à ce que le fléau passe. LE MOIS DE FÉVRIER EST SUR LE POINT DE BASCULER D'UN CÔTÉ À L'AUTRE.
=====
Le président Trump a signé le décret n°13848 sur l'ingérence étrangère en septembre 2018. Ce décret explique les détails du processus et les délais d'application des sanctions.
Décret exécutif 13848 du 12 septembre 2018
Imposition de certaines sanctions en cas d'ingérence étrangère dans une élection aux États-Unis
Tenez bon, gardez la foi, Dieu est maître de la situation.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs