Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Bruits & brouillard

Publié par Brujitafr sur 17 Janvier 2021, 07:43am

Catégories : #USA, #POLITIQUE, #NouvelOrdreMondial

Bruits & brouillard

Y a-t-il un jeu en cours avec ses règles ?

Réfléchissez.

Ce que vous voyez peut ne pas être ce que vous pensez voir. Si une “transition ordonnée vers la prochaine administration” signifiait ce que vous pensez qu’elle signifie, Nancy Pelosi ne serait pas en train de réclamer hystériquement une mise en accusation hyper-super-speedy. Au fait, à quoi cela ressemblerait-il sur le plan de la procédure ? Vous voyez bien : un casse-tête chinois kafkaïen.

 

Le New York Times a le feu au cul et déclare une urgence nationale. Gros titre ce matin (8 janvier) : « Democrats Demand Trump’s Removal. » Marrant… Ils ne se sont pas sentis obligés d’en faire le centième lorsque Antifa a attaqué des membres du Congrès et des sénateurs dans les rues de Washington l’été dernier, après avoir écouté le discours d’acceptation de candidature du président à la Maison Blanche. Twitter et Facebook sont occupés à jeter par-dessus bord tous ceux qui osent contester la narration qu’ils ont eux-mêmes contribué à fabriquer. Il se passe quelque chose en ce moment et cela les rend encore plus hystériques que d’habitude.

Jeudi, la Speaker de la Chambre, Nancy Pelosi, a demandé au vice-président Mike Pence de proposer immédiatement la destitution du président Donald Trump, qui serait une menace séditieuse trop grave pour qu’on puisse lui faire confiance pendant les deux dernières semaines de son mandat, même les deux dernières semaines. – Politico

Considérez ainsi que vous et moi, nous sommes dans ce fameux “brouillard de la guerre”, et que ce brouillard va persister dans les jours à venir. Vous pouvez voir des formes étranges se déplacer dans ce brouillard, et c’est à peu près tout. Le brouillard finira par se dissiper et le champ de bataille ne sera plus le même qu’il y a une semaine. C’est donc si difficile à distinguer pour l’instant mais j’entends beaucoup de choses et je vais vous rapporter ce que j’entends pour ce que ça vaut. Je ne peux pas, pour l’instant, avancer que quoi que ce soit de tout cela soit vrai. Beaucoup de choses peuvent sembler folles, fantastiques. Avec la déferlante de conneries des médias de la presse-Système qui nous submerge, il n’y a probablement jamais eu de jours aussi étranges dans notre Amérique.

C’est un jeu à mort parce qu’il y a tellement de choses qui se jouent : des carrières, des réputations, des fortunes, des vies, le point culminant de quatre années de bobards séditieux. La ‘Résistance’ a jeté tout ce qu’elle pouvait sur le Golem d’Or de la Grandeur. Elle l’a discrédité dans ses fonctions et a fait perdre un temps précieux à la nation dans une crise de civilisation qui s’intensifiait, mais rien de ce qu’elle a tenté n’a réussi : le Russiagate, la mise en accusation, même la Covid19. L’élection du 3 novembre est le dernier acte en date de cette pièce. Ils éprouvent la fureur qui vous prend lorsque, dans une partie d’échecs, vous découvrez que vous avez fait une erreur qui vous met en position d’être échec et mat.

Qui, exactement, a envahi le bâtiment du Capitole mercredi dernier lorsque cette masse de partisans de Trump a investi la colline sacrée ? Des Antifas et des BLM étaient certainement sur place, probablement à l’avant-garde, probablement ceux qui ont brisé les vitres pour entrer par effraction. Mais quelqu’un d’autre s’y trouvait aussi, qui a piqué un tas d’ordinateurs portables du Congrès, dont plusieurs dans le bureau de la Speaker Nancy Pelosi, stupidement laissés sur place lors de l’évacuation dans la panique.

Vous avez peut-être entendu parler de « l’Italian Job ». Une histoire circule sur le web, celle d’une certaine Maria Zack, fondatrice d’un organisme de surveillance pour des élections intègres appelé Nations in Action, qui dit que l’opération de fraude électorale a été menée depuis l’Italie par une équipe de la CIA travaillant avec d’anciens fonctionnaires du gouvernement italien et une des compagnie de l’industrie de défense italienne, et cela grâce à un ensemble de satellites de communication de ce pays. L’histoire affirme que l’ancien président Barack Obama était directement impliqué et que l’opération a été financée avec de l’argent prélevé sur les milliards de dollars transférés à l’Iran selon les termes de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015. Des déclarations sous serment et des dépositions seraient gardées au secret. Le MI6 britannique pourrait être impliqué, comme il l’a été dans les manigances du Russiagate. Est-ce encore du bidon ? Peut-être. Je suppose qu’on va devoir attendre pour en avoir le cœur net, n’est-ce pas ? Dans le brouillard du moment ?

Le Congrès a-t-il sciemment certifié une élection frauduleuse ? Ce sera une question passionnante pour les jours à venir. Une autre rumeur dans le brouillard dit que le directeur du renseignement national, Ratcliffe, a remis un rapport sur l’ingérence étrangère dans l’élection aux membres du Congrès après la conclusion, tôt jeudi matin, de leur affaire de comptage du Collège Électoral. Est-ce l’allumette qui a mis le feu au cul de la “Résistance” ? Ratcliffe a disparu depuis plus d’une semaine. Son rapport devait initialement être remis au président le 18 novembre. Il a été reporté et tout le monde l’a oublié, surtout les médias.

Prenons aussi un peu de recul et demandons-nous : pourquoi tant de gens portant la pancarte MAGA de Trump se sont-ils rassemblés mercredi sur le Mall à Washington DC ?

Réponse : parce que le parti démocrate et ses médias aux ordres leur ont servi un sandwich de merde après l’autre pendant quatre ans, et que le dernier en date a été celui où l’on a vu les résultats des votes s’effacer en temps réel par tranches de plus de dix mille, juste sous les yeux des gens, sur l’écran de leurs téléviseurs, aux petites heures du 4 novembre. Et après cela, comme pour d’autres votes, la réponse de leur gouvernement a été un simple bâillement. Un échec institutionnel total. La fraude électorale dont tant de personnes ont été témoins n’a jamais été présentée ni jugée dans un forum juridique approprié, et les gens étaient foutrement énervés à ce propos.

Trump se trouverait sur une base de l’armée de l’air au Texas [d’autres disent qu’il se trouverait au QG de NORAD, à Cheyenne Mountain], ayant jugé que la Maison Blanche est trop dangereuse pour lui. Est-il acculé par ses adversaires ou bien a-t-il une opération prévue en cours ? Qui le sait ? (Pas moi.) Il a certainement eu assez de temps pour la planifier, et le point essentiel de toute cette affaire est peut-être qu’il a dû épuiser toutes les voies légales rituelles pour contester la fraude électorale avant de pouvoir lancer un contrecoup d’État. Si ses adversaires ont l’intention de lui faire subir les foudres du 25e amendement pour une destitution, il devra agir rapidement.

Le président n’a pas semblé paniqué dans le discours qu’il a fait jeudi, lorsqu’il a promis une « transition ordonnée vers la prochaine administration », certainement pas paniqué à la manière enflammée de Nancy Pelosi. Dans la mythologie de mon peuple, le Golem était un géant façonné dans l’argile par un rabbin qui cherchait désespérément à protéger son village d’un pogrom. Je n’ai pas surnommé Trump le Golem d’Or de la Grandeur pour rien. Pour l’instant, tout n’est que bruits et brouillard.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Dedefensa

Faire le lien avec les décisions prises ces dernières heures à travers l'Europe

REDSTORM ENCLENCHÉE

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs