Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Rapport sur les activités de #Biden avec la Chine

Publié par Brujitafr sur 25 Octobre 2020, 07:18am

Catégories : #USA, #POLITIQUE, #NouvelOrdreMondial

Rapport sur les activités de #Biden avec la Chine

Il y a quelques mois, j’ai été approché par une personne que je connaissais depuis plus de 50 ans. J’avais connu cette personne sur le plan professionnel et j’avais apprécié sa compagnie et sa connaissance approfondie de nos intérêts professionnels qui se chevauchaient. Par conséquent, il n’était pas rare que je demande leur avis professionnel. Ils avaient rédigé un rapport de recherche pour un client inquiet du risque politique que présentait le passé des Biden en Chine. Cette personne pensait que les informations découvertes, et avec l’accord du client, devaient être rendues publiques.

Il m’a demandé de l’aider à mettre le rapport de recherche entre les mains de la presse en lui demandant de n’utiliser les informations qu’à des fins professionnelles, en laissant le rapport anonyme. Connaissant cette personne et la qualité de son travail, j’ai accepté après avoir examiné en détail le rapport qui a été produit. Il y a quelques points clés à propos du rapport.

Premièrement, il est presque exclusivement tiré de sources et de documents publics. Tout, des reportages sur l’actualité chinoise aux dossiers des entreprises. Le rapport est cité de façon impeccable, de sorte que quiconque souhaite reproduire l’endroit où une information spécifique a été trouvée ou voir la documentation sous-jacente peut le faire.

Deuxièmement, compte tenu de la complexité de l’ensemble de l’histoire, des tentatives ont été faites pour décomposer les points clés sur ce qui s’est passé, les personnes impliquées, avec des calendriers et des index.

Troisièmement, seules trois sources humaines sont utilisées dans le rapport. Deux sources humaines n’ont confirmé que les informations de première ligne dans la reconnaissance d’un individu et aucune autre information. La troisième source humaine n’a pas été consultée pour l’histoire mais a accepté de laisser les informations être utilisées pour l’histoire après que l’importance de l’information soit devenue évidente.

Pendant deux mois, j’ai travaillé au nom de mon collègue pour faire en sorte que ce rapport aide d’autres personnes à rendre compte des preuves documentées des activités de Biden concernant la Chine. Je tiens à souligner quelques points concernant ma propre implication.

Premièrement, je n’ai pas écrit le rapport et je n’en suis pas responsable. J’ai passé le rapport au peigne fin et je n’ai rien trouvé qui soit erroné dans les faits. Tout est cité et documenté. La seule faiblesse est sans doute que nous n’avons pas de courriels internes entre les joueurs chinois ou entre les Chinois et les Bidens qui rendraient explicite ce que les liens impliquent clairement.

Deuxièmement, je ne dévoilerai pas l’identité de la personne qui a écrit ce rapport. Ils ont des raisons très valables de craindre pour leur sécurité personnelle et les risques professionnels. Depuis que je connais cet individu, nous n’avons jamais discuté de politique. Je ne les ai jamais entendus critiquer un parti politique autre que le PCC. Ils ne sont pas républicains.

Troisièmement, j’aurais vraiment souhaité que la presse fasse état des preuves documentées dans ce rapport et nous laisse, l’auteur et moi, complètement en dehors de cette situation. Je n’ai pas voté pour Trump en 2016 et ne voterai pas pour lui en 2020. Cette information est cependant une information d’intérêt public tout à fait valable que la presse a tout simplement refusé de couvrir en raison de ses propres souhaits partisans. J’ai de sérieux différends politiques avec le président Trump. Je suis pro-immigration. J’aimerais voir davantage d’efforts de libre-échange pour déplacer le commerce de la Chine vers les pays partenaires, du Mexique vers le Vietnam et l’Inde. Je pense que le renforcement des institutions en Asie est vital et que l’Amérique doit prendre l’initiative. Toutefois, je ne peux pas, en bonne conscience, permettre que des preuves documentées de la variété présentée ici ne soient pas rapportées par des partisans qui choisissent simplement de cacher des informations.

Enfin, je ne répondrai à aucune question concernant le rapport. Je n’ai pas souhaité m’impliquer dans la politique présidentielle. Je ne veux pas faire partie des informations. Je ne répondrai à aucune question sur l’auteur du rapport. Nous devons nous concentrer sur les faits connus et documentés.

 

Points clés du rapport :

  1. Le partenariat compromettant de Joe Biden avec le Parti communiste chinois passe par Yang Jiechi (Commission centrale des affaires étrangères du PCC). YANG a rencontré fréquemment BIDEN pendant son mandat à l’ambassade de Chine à Washington.
  2. Le partenariat d’investissement Bohai Harvest Rosemont 2013 de Hunter Biden a été mis en place par les institutions du ministère des affaires étrangères qui sont chargées d’exercer une influence sur les dirigeants étrangers pendant le mandat de Yang Jiechi en tant que ministre des affaires étrangères.
  3. Hunter a une ligne directe avec le Politburo, selon SOURCE A, un professionnel de la finance de haut niveau en Chine.
  4. Michael Lin, un ressortissant taïwanais actuellement détenu en Chine, a négocié le partenariat du BHR et s’associe aux organisations d’influence étrangère du ministère des affaires étrangères.
  5. LIN est un POI pour son travail au nom de la Chine, comme le confirment la SOURCE B et la SOURCE C (dans deux agences de renseignement nationales distinctes).
  6. Le BHR est une opération gérée par l’État. Le principal actionnaire de la BHR est la Banque de Chine, qui la considère comme une filiale, et les partenaires de la BHR sont des entreprises d’État qui lui transmettent leurs recettes et leurs actifs.
  7. HUNTER détient toujours 10 % des parts de la BHR. Il s’est rendu en Chine en 2010 et a rencontré les principales sociétés financières du gouvernement chinois qui allaient plus tard soutenir la BHR.
  8. La participation de HUNTER dans BHR (achetée pour 400 000 $) vaut probablement aujourd’hui environ 50 millions de dollars (frais et plus-value basés sur les 6,5 milliards de dollars d’actifs sous gestion de BHR, comme l’a déclaré Michael Lin).
  9. HUNTER a également fait des affaires avec des magnats chinois liés à l’armée chinoise et contre les intérêts de la sécurité nationale américaine.
  10. La position de politique étrangère de BIDEN envers la Chine (anciennement Hawkish), est devenue positive malgré l’affirmation géopolitique croissante du pays.

Résumé :

Parmi les révélations salaces sur la provenance des ordinateurs portables se perd la réalité plus banale de l’influence et de l’argent des grandes figures politiques américaines. Des accusations mal informées de piratage et de désinformation russes font face à la réalité documentée d’un partenariat financier entre un grand État chinois et les enfants de grandes personnalités politiques. Un rapport d’un cabinet de recherche asiatique soulève des questions inquiétantes sur les liens financiers entre la Chine et Hunter Biden.

Débutant juste avant l’accession de Joe Bidens à la vice-présidence, Hunter Biden se rendait à Pékin pour y rencontrer des institutions financières chinoises et des personnalités politiques qui allaient devenir ses investisseurs. Finalisé en 2013, le partenariat d’investissement comprenait de l’argent du gouvernement chinois, de la sécurité sociale et des grandes banques d’État – un véritable who’s who de la finance d’État chinoise.

Ce n’est pas seulement l’argent de l’État qui devrait susciter des inquiétudes, mais aussi les structures et les transactions qui ont eu lieu. La plupart des investissements dans des projets spécifiques provenaient d’entités appartenant à l’État et étaient destinés à des projets ou entreprises soutenus par l’État. Même les accords parlent du pire du copinage. La part de la société d’investissement Hunter Biden dans une mine de cuivre au Congo a été garantie par des actifs mis en danger par la plus grande société de cuivre pour assurer le flux de transactions vers la société de Hunter.

Dans un autre cas, la Banque de Chine travaillant sur une introduction en bourse à Hong Kong a attribué sa part au partenariat d’investissement BHR. Ils ont pu le faire parce que, même si la société Hunter Biden n’a pas effectué de travail notable lors de l’introduction en bourse, elle est considérée comme une filiale de la Banque de Chine. Le partenariat d’investissement chinois Hunter Biden est littéralement investi par l’État chinois et une filiale de la Banque de Chine appartenant au ministère chinois des finances.

L’ensemble de l’arrangement répond aux intérêts de l’État chinois. Les réunions se sont tenues dans des lieux qui, en Chine, parlent de l’accueil des dignitaires étrangers ou des relations d’État à État. Les organisations chinoises entourant Hunter Biden sont des agents de renseignement et d’influence connus du gouvernement américain. Les noms inoffensifs comme « Institut du peuple chinois pour les affaires étrangères » existent pour « …mener des politiques dirigées par le gouvernement et des initiatives de coopération avec des étrangers influents sans être perçues comme faisant officiellement partie du gouvernement chinois ».

Il est intéressant de noter que le CPIFA relève du ministère chinois des affaires étrangères. Lorsque le partenariat d’investissement a été conclu en 2013, le ministre des affaires étrangères était Yang Jiechi. Yang connaissait très bien Hunter Biden du temps où il était ambassadeur de Chine aux États-Unis, de 2001 à 2005, et où il rencontrait régulièrement Joe Biden à la présidence de la commission des relations étrangères du Sénat. Aujourd’hui, la même personne qui a supervisé les institutions aidant à encadrer le partenariat d’investissement de Hunter en tant que ministre des affaires étrangères est le bras droit de Xi Jinping en matière d’affaires étrangères et membre du puissant Politburo.

Le plus inquiétant est le levier financier que cela donne à l’État chinois sur un membre direct de la famille Biden. Malgré les 1 à 1,5 milliard de dollars d’investissements largement rapportés, la réalité est probablement bien plus élevée. Un co-fondateur de la société d’investissement déclare que le total des actifs sous gestion s’élève à 6,5 milliards de dollars. Bien que ce chiffre ne puisse pas être complètement reproduit, étant donné que deux transactions à elles seules valaient plus de 1,6 milliard de dollars, ce chiffre n’est pas du tout irréaliste. Une commission annuelle de 2 % sur les actifs sous gestion générerait 130 millions de dollars par an. Si l’on ajoute les 20 % de frais sur les plus-values que l’entreprise reconnaîtrait, il n’est pas difficile de voir que la participation de Hunter vaut plus de 50 millions de dollars.

Selon l’avocat de Hunter, il n’a pas investi ses 400 000 dollars dans la société avant 2017. Même en supposant la véracité de cette affirmation, cela pose un problème majeur. Fondée en 2013, l’entreprise avait des revenus et des actifs importants sous gestion en 2017. En d’autres termes, sa participation de 400 000 dollars aurait déjà valu bien plus que ce qu’il a payé pour l’acquérir. Cet investissement dérisoire de 400 000 dollars, qui vaut aujourd’hui plus de 50 millions de dollars, aurait réalisé un gain de plus de 12 400 % en trois ans.

La difficulté pour éluder ces préoccupations est qu’elles peuvent être documentées par quiconque se soucie de regarder. Il n’y a pas de possibilité de piratage informatique car tout cela est de notoriété publique en Chine. Tout journaliste qui souhaite regarder peut aller consulter les prospectus d’introduction en bourse, les rapports d’information ou les registres des sociétés. Il n’y a pas de méthode secrète pour découvrir ces données, si ce n’est en cherchant. Il n’y a tout simplement aucun moyen d’éviter la réalité que Hunter Biden a reçu une participation de 10 %, bien supérieure à ce qu’il a payé pour une entreprise qui est littéralement gérée et détenue par l’État chinois.

Je n’ai pas voté pour Donald Trump en 2016 et j’ai de sérieuses inquiétudes quant à ses politiques dans des domaines comme l’immigration. Ayant vécu en Chine pendant neuf ans tout au long de la construction des camps de concentration par le régime de Xi et ayant été témoin de première main de leur utilisation de l’influence et des opérations de renseignement, les liens de Biden m’inquiètent profondément.

Que Joe Biden connaisse personnellement les détails, une position très intenable, c’est tout simplement une faute politique de ne pas être au courant des détails de ces arrangements financiers. Ces liens financiers documentables ne peuvent tout simplement pas être supprimés.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs