Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Le triomphe par le système chinois du Covid offre un aperçu terrifiant de l’avenir de l’Occident

Publié par Brujitafr sur 27 Octobre 2020, 09:02am

Catégories : #ACTUALITES, #Coronavirus, #ECONOMIE - FINANCE

Le triomphe par le système chinois du Covid offre un aperçu terrifiant de l’avenir de l’Occident

Je sais que cette épidémie n’existe pas et qu’elle fait nettement moins de morts que la grippe saisonnière. Pourtant cet article du journal anglais Telegraph pose une réflexion que je trouve très pertinente car je pense fondamentalement la même chose. La différence de traitement, de stratégie, les différences comportementales, les différences d’appréciation de la vie humaine, tout est saisissant jusque dans le degré de mensonge.

Le triomphe par le système chinois du Covid offre un aperçu terrifiant de l’avenir de l’Occident titre Sherelle Jacobs dans l’un de ses derniers articles.

« Notre échec singulier à trouver une alternative à des fermetures draconiennes aura des conséquences qui transformeront le monde.

Si la perspective d’un confinement hivernal nourrit votre nihiliste intérieur, je vous recommande de vous gaver des dernières superproductions chinoises.

Regarder les films qui ont conduit les studios chinois à éclipser les ventes d’Hollywood pour la première fois de l’histoire, c’est comme regarder dans l’abîme occidental.

Prenez La Terre errante – une tendance de science-fiction sur Netflix à propos d’une mission visant à déplacer notre planète vers une nouvelle galaxie après un pic de la gravité de Jupiter. C’est la Guerre des étoiles, débarrassée de ses progrès humains illimités et de son esprit de frontière. Dans cette histoire particulièrement cyclique – qui parle de protéger et de faire revivre l’humanité sur Terre plutôt que d’explorer l’univers – la conception linéaire européenne du temps est obsolète. (Cela n’est pas surprenant ? Le mandarin n’a ni passé ni futur, et la Chine n’est pas un mythe de la création).

Tout aussi déroutant est le film The Eight Hundred, le film le plus rentable au monde en 2020, qui parle d’un groupe de soldats se défendant contre un siège japonais. Puisant dans la manie des films anti japonais en Chine, le film présente la Seconde Guerre mondiale comme le début de la « renaissance » de la Chine, de victime à vainqueur. Il retourne la fixation de l’Occident sur ce conflit de l’époque en traitant, comme nous le faisons, la guerre comme le point de départ de la décadence et de la confusion qui définissent notre ère moderne.

Le but de ce récit est de souligner que la Chine n’est pas seulement une superpuissance rivale, mais une civilisation rivale basée sur une cosmologie fondamentalement différente, et sur un ensemble d’hypothèses et d’idées.

La menace de la Chine ne concerne pas seulement les fuites de laboratoires et la 5G. Une civilisation-état fabuleusement sûre d’elle, avec des valeurs extrêmement divergentes, est en train de s’élever au moment même où l’Occident a perdu tout sens de ce qu’il représente. C’est terrifiant.

Le zèle avec lequel nous avons avalé les fanfaronnades de Pékin sur la supériorité de son approche draconienne des pandémies n’est pas un bon début pour le choc des civilisations du XXIe siècle. Il est effrayant que la Chine ait exporté un virus mortel vers l’Occident. Mais il est encore plus effrayant que la Chine ait exporté un modèle chinois pour y faire face.

Les épidémiologistes et les commentateurs crédules ont mis en contraste les « pouvoirs de mobilisation » de l’État chinois et le tempérament « coopératif » du peuple chinois avec les hésitations des gouvernements occidentaux et l’attrait « mortel » de l’immunité collective des individualistes égoïstes en Europe et aux États-Unis.

Les idiots utiles de Pékin négligent les failles flagrantes de la version officielle des événements du PCC.

Comment la Chine peut-elle prouver l’efficacité du verrouillage alors qu’il a fallu des semaines pour fermer Wuhan après l’apparition des premiers rapports sur le virus ?

Et étant donné que Pékin a probablement sous-déclaré le nombre de décès lors de sa première vague à l’échelle industrielle, comment pouvons-nous prendre au pied de la lettre la transformation de la Chine, qui est passée du statut de source de la « grippe de Wuhan » à celui de pays à taux zéro de personnes atteintes par le Covid, en éliminant les cas isolés importés de l’étranger ?

D’autant plus que la dernière épidémie de Qingdao en Chine a été liée à un hôpital où des patients atteints de covid se seraient mélangés, et où des nettoyeurs plutôt que des infirmières étaient chargés de contrôler l’infection. Les médias britanniques se sont réjouis du contraste entre la tentative de Qingdao de tester 10 millions de citoyens et notre système de test et de traçage défaillant. Personne ne s’est demandé si la ville n’aurait pas mieux dépensé ses ressources pour prévenir les épidémies nosocomiales dans les hôpitaux de troisième ordre.

Au-delà de l’inefficacité de ses tactiques de martelage, la réponse de Pékin pourrait bien être adaptée à la Chine, étant donné sa bureaucratie étatique bien développée et l’accent culturel mis sur les devoirs plutôt que sur les libertés. Étant donné que la tradition intellectuelle chinoise met l’accent sur l’impact social d’une déclaration ainsi que sur sa véracité objective, un relativiste pourrait peut-être même se demander si nous devons exiger du gouvernement chinois qu’il respecte les normes occidentales en matière de précision. Mais le fait est que le modèle chinois n’est pas adapté à l’Occident, et pourtant nous avons singulièrement échoué à proposer une alternative – ancrée dans des valeurs telles que la responsabilité individuelle, la liberté et la science fondée sur des preuves.

Il est vrai que le centre-droit a été particulièrement pris au dépourvu par son incapacité à trouver des soins de santé bien financés comme condition préalable à toute société durablement libre à l’ère de la pandémie mondiale.

Mais les appels lancés à la gauche et à la droite pour qu’ils dépensent des milliards dans des projets de suivi à la Big Brother plutôt que d’améliorer les capacités en matière de soins de santé sont époustouflants.

De même que le malaise avec lequel l’Occident a navigué avec ses valeurs contradictoires d’individualisme et de collectivisme à travers cette crise. La Suède, dont l’État-providence vise à renforcer la responsabilité individuelle pour résoudre cette tension, est l’exception.

Le plus surprenant est peut-être que Covid a mis en évidence l’effondrement de la confiance de l’Occident dans sa tradition empiriste.

Il est troublant que la science occidentale dominante ait approuvé le pouvoir d’oracle de la modélisation sur les données médicales de base.

Peut-être que dans ce choc des civilisations digne d’un scénario hollywoodien, alors que la Chine a étouffé les preuves en minimisant la menace Covid, l’Occident a étouffé les preuves en les exposant.

En parlant d’Hollywood, n’est-il pas un peu sinistre qu’alors que la Chine fait le ménage dans le box-office de 2020, No Time To Die de James Bond soit devenu le film de l’année qui n’a jamais existé ? Notre temps en tant que héros de l’histoire est-il terminé ?

Charles SANNAT

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Traduction Source Telegraph ici

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs