Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


La chaîne d’approvisionnement est rompue et les pénuries alimentaires sévissent / Quelles sont les perturbations potentielles à venir qui obligent la Chine à stocker massivement toutes les matières premières possibles

Publié par Brujitafr sur 28 Septembre 2020, 04:08am

Catégories : #ACTUALITES, #ECONOMIE - FINANCE, #POLITIQUE

Si vous êtes un lecteur de ce site, vous serez peut-être plus intéressé par la chaîne d’approvisionnement alimentaire que la plupart des autres, du moins lorsque les choses vont bien. Ainsi, si vous avez été attentif récemment, vous constaterez peut-être que cette chaîne d’approvisionnement a subi de graves perturbations.

Il y a plusieurs mois, les perturbations immédiates ont commencé au début de l’hystérie du COVID-19, lorsque des usines, des centres de distribution, et même des fermes ont fermé sous prétexte d’ »aplatir la courbe ».

En conséquence, les Américains ont découvert que des produits de première nécessité disparaissaient des rayons pour la première fois depuis des années. Des articles comme du désinfectant pour les mains et des lingettes Clorox étaient, bien sûr, en rupture de stock.

La chaîne d’approvisionnement est rompue et les pénuries alimentaires sévissent / Quelles sont les perturbations potentielles à venir qui obligent la Chine à stocker massivement toutes les matières premières possibles

Très vite, d’autres éléments ont également disparu.

Les gens ont commencé à noter que la viande, et même les conserves de légumes et de riz ont rapidement disparu des rayons. La plupart de ces disparitions étaient simplement le résultat d’achats massifs effectués dans la panique, bien que les « survivalistes » aient été accusés d’avoir « tout stocké ». Ainsi, les gens qui ne se préparaient pas depuis le début et qui étaient soudainement pris avec leurs pantalons baissés.

Mais ce n’est pas le fin mot de cette affaire.

Les usines de fabrication et de conditionnement ainsi que les abattoirs ont fermé en raison des réactions intrusives des gouvernements totalitaires à une prétendue pandémie. La capacité de ces installations à remplacer ce qui avait été acheté a été considérablement réduite, en plus des achats de panique. En conséquence, les consommateurs ont été contraints d’attendre des semaines avant d’acheter à nouveau ce dont ils avaient besoin (ou ce qu’ils voulaient). Même à ce moment-là, ils devaient se présenter le matin.

Nous connaissons toujours ces pénuries, bien qu’elles soient mieux occultées. Comme toute personne qui fait régulièrement des courses peut vous le dire, vous pouvez trouver ce dont vous avez besoin, mais il vous faudra peut-être vous rendre dans trois magasins pour l’obtenir. Dans cet article, vous trouverez quelques conseils sur la manière de faire face aux variétés limitées de stocks que les gens remarquent actuellement dans les magasins.

La guerre lancée contre l’économie par les gouvernements des États a mis des millions d’Américains au chômage.

Aujourd’hui, alors que la plupart des gens rationnels seraient heureux d’avoir un emploi au milieu d’un chômage aussi élevé, ils étaient prêts à empêcher les roues de la machine de fonctionner.

Les travailleurs se sont soudainement mis à s’organiser, à faire la grève et à quitter leur travail de manière pratique alors que l’approvisionnement en nourriture était déjà interrompu. Bien sûr, ces travailleurs n’avaient jamais organisé ou lancé une grève auparavant lorsque les conditions de travail étaient sombres et les salaires peu élevés.

Si les périodes extraordinaires suscitent des réactions extraordinaires, le moment où se manifeste le nouveau sens de la détermination des travailleurs ne peut pas passer inaperçu.

Dans le même temps, nous avons vu des fermes déverser des milliers de litres de lait à la mer, des producteurs de viande abattre des animaux et les enterrer, et des agriculteurs détruire des récoltes dans tout le pays et dans le monde entier.

La raison de cette situation est à deux volets.

Premièrement, de nombreux grands producteurs ne voudraient pas voir leur produit sur le marché en surabondance et voir leurs prix baisser.

Deuxièmement, avec les mesures totalitaires forçant la fermeture de restaurants dans tout le pays, de nombreuses exploitations agricoles et de nombreux producteurs ont perdu une part massive de leur marché, le détruisant ainsi.

Un gouvernement véritablement soucieux de la santé de sa population aurait acheté ces produits et les aurait soit distribués, soit lyophilisés et stockés en vue de l’apocalypse à venir.

En effet, l’administration Trump a tenté de le faire avec un succès très limité et à un coût élevé. Les banques alimentaires en ont au moins profité. Mais le mal était déjà fait pour l’approvisionnement en nourriture.

Et puis il y a eu les vents.

Au fil du temps, nous avons vu des vents dévastateurs en ligne droite souffler dans des endroits comme l’Iowa, détruisant d’énormes quantités de cultures et d’infrastructures agricoles, des effets rarement annoncés dans les grands médias.

À la suite de ces vents, nous avons vu des feux de forêt massifs le long de toute la côte ouest, de Washington à la Californie, et jusqu’au Colorado, dans le Dakota du Sud et au Texas, à l’est.

Il suffit de jeter un coup d’œil sur la carte des incendies qui semblent se diriger vers l’est, brûlant les prairies et les terres agricoles tout au long du parcours pour constater que la chaîne alimentaire connaîtra encore plus de perturbations une fois que la fumée se sera dissipée.

Mais alors que les gauchistes affirment que les incendies sont le résultat naturel du « changement climatique » et que les conservateurs accusent le manque de gestion adéquate des forêts (ce qui a un certain mérite), tous deux ignorent complètement le fait que près de dix personnes ont été arrêtées pour avoir allumé ces feux.

À plusieurs reprises, des pyromanes sont arrêtés pour avoir allumé des incendies, bien que le motif ne soit pas clair. Ceux d’entre nous qui ont étudié l’histoire peuvent cependant spéculer avec une certaine certitude.

Mais ces problèmes ne sont pas propres aux États-Unis.

Partout dans le monde, des pays connaissent des problèmes de chaîne d’approvisionnement. L’Australie, par exemple, est sur le point d’épuiser complètement son approvisionnement en riz d’ici décembre.

Nous voici donc arrivés à l’approche de l’hiver et à la décimation de l’approvisionnement alimentaire. La population mondiale se promène masquée et terrifiée à l’idée de s’approcher à moins d’un mètre d’un autre être humain, et les villes de toute l’Amérique sont en feu avec de violentes émeutes.

Les communistes et l’inévitable réaction s’affrontent dans les rues et menacent de se transformer en une possible guerre civile américaine 2.0. Quel rôle la faim jouera-t-elle dans ce scénario ?

Pour l’instant, nous ne pouvons pas le dire avec certitude.

Mais ce que nous pouvons dire avec certitude, c’est que ce sera un hiver très long et très éprouvant.

Les pénuries alimentaires arrivent, et elles ne sont pas si éloignées.

Il ne vous reste pas beaucoup de temps avant que les articles que vous pouvez prendre maintenant ne disparaissent et disparaissent pour de bon. Voici quelques conseils pour faire vos courses lorsqu’il ne reste pas beaucoup de provisions sur les étagères, et voici une liste de choses qui sont généralement importées de Chine et que nous ne recevons pas en même quantité (voire pas du tout) depuis le début de la crise.

De nombreux lecteurs de ce site seront sans doute préparés, mais d’autres ne le seront pas. Nous vous conseillons non seulement de vous préparer, mais aussi d’être prêt à faire face aux imprévus.

Traduction de The Organic Prepper Blog par Aube Digitale

Une Banque Alimentaire du Wisconsin prévient: “Nous ne reviendrons pas à une situation normale de sitôt !”

 

 


En clair, les américains tentent de survivre face aux difficultés économiques, alors que la récession induite par le virus continue de plonger dans la misère financière, les employés à faibles revenus. N’oublions pas que cette falaise budgétaire vient d’atteindre son 39ième jour – un nouveau rapport, provenant de Milwaukee,dans le Wisconsin décrit comment la principale banque alimentaire de la région métropolitaine de Milwaukee–Racine–Waukesha, s’attend à une augmentation drastique des besoins alimentaires d’urgence.
Les lecteurs se souviennent peut-être ce que Nouriel Roubini avait déclaré sur Bloomberg TV à la fin du mois d’août, une semaine environ avant le retournement du marché boursier, que Wall Street restait complètement déconnecté des difficultés financières qui étranglaient Main Street, c’est-à-dire les américains.

Roubini avait déclaré : « Main Street souffre ! »

« Nous ne reviendrons pas à une situation normale de sitôt ! », a déclaré Patti Habeck, présidente et directrice générale de Feeding America Eastern Wisconsin, qui s’est entretenue avec le Milwaukee Journal Sentinel.

Habeck a déclaré qu’il n’y avait aucune raison que le stress sur le système alimentaire d’urgence ne s’atténue, étant donné la propagation de la pandémie de coronavirus qui a encore récemment atteint des pics parmi les étudiants et les enfants.

Cependant, elle a dit que la chaîne d’approvisionnement des banques alimentaires s’était légèrement améliorée, grâce à l’intervention du gouvernement: « Jusqu’à présent, et d’ici la fin de l’année civile, nous nous sentons heureux d’avoir accès à la nourriture dont nous avons besoin », a-t-elle déclaré. « La chaîne d’approvisionnement… n’est pas aussi perturbée qu’elle ne l’était au début de la pandémie… »

Habeck a déclaré que l’aide gouvernementale dans le cadre du programme d’assistance alimentaire face à la crise du covid-19, avait permis à son organisation d’acheter plus de nourriture pour faire face à une demande croissante alors que la récession induite par le virus entraînait des pertes d’emplois généralisées dans la région métropolitaine. Elle a ajouté que le programme Farmers to Families Food Box de l’USDA (United States Department of Agriculture) a été très utile pour maintenir l’approvisionnement de la banque alimentaire.

L’avertissement de Habeck concernant un pic de la demande auprès des banques alimentaires intervient alors que la requête « banque alimentaire » sur Google search dans l’état avait dépassé cette semaine le niveau de la mi-avril lorsque les banques alimentaires du pays avaient été submergées par une demande record d’américains affamés qui avaient perdu leur emploi en raison du confinement total.

Et dites-nous comment un pic soudain de la demande auprès des banques alimentaires peut-il être représentatif d’une reprise économique en forme de « V »…

Source:zerohedge

Quelles sont les perturbations potentielles à venir qui obligent la Chine à stocker massivement toutes les matières premières possibles

 

Par Michael Every de Rabobank

En attendant, voici quelque chose à étudier. La Chine a annoncé son intention d’augmenter ses réserves stratégiques de matières premières afin d’apaiser les inquiétudes concernant sa sécurité énergétique et alimentaire. A partir de 2021, elle effectuera ce que Bloomberg appelle des achats « colossaux » de brut, de matières stratégiques et de produits agricoles, disent apparemment les responsables. Cette mesure vise à garantir que la Chine puisse surmonter toute répétition des perturbations de l’approvisionnement de cette année, ou une détérioration des relations commerciales avec les États-Unis, par exemple. Cela fait apparemment partie du passage à la « circulation interne », ou à une plus grande autonomie, qui est déjà signalé et qui sera mis en œuvre dans le cadre du plan quinquennal 2021-2025.

En fait, ceux qui sont au courant savent que cela se produit déjà depuis un certain temps : La Chine a absorbé des matières premières et des biens stratégiques bien avant que l’économie n’en ait besoin. Cela signifie que la baisse des autres importations – qui sont toujours en baisse dans l’ensemble, même en incluant cette hausse des matières premières – est encore plus importante. (Et pourquoi les réserves de change n’augmentent-elles pas alors même que l’excédent commercial s’envole ? Mmmm.)

Voici la façon d’étudier la question : allez acheter des matières premières ! – parce qu’il est évident que la Chine achètera en grandes quantités dans les années à venir, n’est-ce pas ? Attendez-vous à de nombreuses histoires de ce genre.

Voici la façon vedette d’étudier la question : qu’est-ce que ça veut dire vraiment si la Chine stocke autant ? Y a-t-il jamais eu un moment, au cours des tensions commerciales, où quelqu’un a menacé de ne pas vendre à la Chine ? Le problème est toujours que les partenaires commerciaux ne veulent pas SEULEMENT lui vendre des matières premières et des produits non transformés, mais plutôt détenir eux-mêmes une plus grande part de la technologie et de la chaîne de valeur. C’est aussi vrai pour l’Europe que pour les États-Unis.

Quelle perturbation possible pourrait se profiler à l’horizon qui obligerait la Chine à disposer d’une réserve suffisamment importante de tous les éléments imaginables – dans des régions intérieures éloignées en plus – dont elle a besoin pour épuiser ses précieuses réserves de dollars en vrac dès maintenant ?

« Géopolitique », comme on dit par euphémisme ? Cela n’évoque guère les hautes terres ensoleillées et bénignes que la BCE va essayer de vendre aujourd’hui, les yeux rivés sur ses propres chaussures, à la manière de la Banque Centrale d’Australie.

Ce ne peut être sur des préoccupations *imminentes* des États-Unis agissant sur l’accès de la Chine au dollar, car tous ces achats seront probablement encore effectués avec ces précieux dollars, même en grande taille,… n’est-ce pas ? Ou bien l’idée est-elle qu’avec autant d’achats, un passage au Yuan peut être accéléré ? Pour les vendeurs de matières premières, c’est quelque chose à considérer. Il s’agirait donc d’une hausse sur plusieurs années – et ensuite d’un arrêt très brutal.

En effet, en théorie, la Chine n’aurait plus à s’inquiéter de ne pas avoir assez de X, ou Y, ou Z ; et elle pourrait simplement arrêter d’acheter à l’industrie/au pays X, ou Y, ou Z pendant un an ou deux si les prix étaient trop élevés, … et les regarder s’effondrer, … jusqu’à ce que les prix soient à nouveau favorables, ou que l’actif soit à vendre, ou que le gouvernement concerné « retrouve ses esprits » en matière de politique étrangère.

Je ne dis pas que c’est ce que la Chine *EST* en train de faire. Pourtant, c’est ainsi que toute personne voyant le commerce de manière géostratégique, ou craignant que d’autres en fassent autant, penserait – et agirait. Nous avons plus qu’assez d’exemples de l’histoire dans le monde entier ; et nos économies nationales sont pleines de monopoles et de monosophies, et au niveau des entreprises, nous voyons le même jeu se dérouler.

Monde: Hausse des prix des denrées alimentaires pour le 3ième mois consécutif en Août

 


L’Organisation des Nations Unies (FAO) a déclaré qu’au niveau mondial, les prix des denrées alimentaires avaient augmenté pour le troisième mois consécutif en août, sous l’effet de l’augmentation des prix des céréales secondaires, des huiles végétales et du sucre.Alors que les banques centrales mondiales continuent d’inonder le système financier avec de l’argent sans valeur par le biais de la planche à billets, insistant sur le fait que l’inflation est inexistante, eh bien accrochez-vous, la réserve fédérale a annoncé la semaine dernière qu’elle allait laisser courir l’inflation au-delà des 2%. Si vous avez fait vos courses cet été, vous avez dû vous apercevoir que l’inflation des prix des denrées alimentaires avait déjà augmenté. Vous pouvez même le vérifier au travers du dernier rapport de l’agence des Nations Unies pour l’alimentation.

 

L’indice FAO des prix alimentaires, qui suit les prix alimentaires mensuellement, était en moyenne de 96,1 en août contre 94,3 en juillet. L’indice a chuté de janvier à avril en raison de la récession liée au virus, atteignant un creux en mai et s’inversant pendant l’été.

Voici une vision à long terme de l’indice des prix alimentaires de la FAO.

Alors que les prix des céréales, des huiles végétales et du sucre sont à la hausse, la bonne nouvelle pour les consommateurs est que les prix des produits laitiers et de la viande sont restés inchangés. Les lecteurs se souviendront peut-être que les prix du bœuf ont explosé aux Etats-Unis pendant la pandémie, car les fermetures d’usines de viande avaient cassé la chaîne d’approvisionnement.

Voici un aperçu du rapport de la FAO :

L’indice FAO des prix des céréales a augmenté de 1,9% par rapport à juillet, dépassant en moyenne de 7,0% sa valeur d’août 2019, les céréales secondaires étant en tête de peloton. Les prix du sorgho ont augmenté de 8,6% – et se sont maintenus à 33,4% au-dessous de leur niveau d’il y a un an, principalement grâce à la forte demande d’importations de la Chine. Les prix du maïs ont augmenté de 2,2%, craignant que les récents dégâts dans l’Iowa aient eu un impact sur l’offre. Les prix à l’international du riz ont également augmenté, soutenus par des disponibilités saisonnières limitées et une demande africaine croissante.

L’indice FAO des prix du sucre a augmenté de 6,7% par rapport au mois précédent, reflétant la réduction des perspectives de production en raison de conditions météorologiques défavorables dans l’Union européenne et en Thaïlande, deuxième exportateur mondial de sucre, ainsi que la forte demande d’importations de la Chine.

L’indice FAO des prix de l’huile végétale a augmenté de 5,9%, grâce à des valeurs plus fermes pour l’huile de palme de soja, de tournesol et de colza. Ces mouvements reflètent principalement des ralentissements prévisibles de la production dans les principaux pays producteurs d’huile de palme dans un contexte de demande mondiale d’importation ferme.

L’indice FAO des prix des produits laitiers est resté pratiquement inchangé par rapport à juillet, les cotations du fromage et du lait entier en poudre diminuant alors que les prévisions de vastes disponibilités saisonnières d’exportation en Océanie, tandis que les prix du beurre ont augmenté en raison du resserrement des disponibilités d’exportation en Europe à la suite de la canicule d’août qui a réduit la production de lait.

L’indice FAO des prix de la viande est également resté pratiquement inchangé depuis juillet – bien qu’en baisse de 8,6% par rapport à août 2019 – l’effet de la baisse de la demande d’importation de viande bovine, de volaille et d’ovine ayant été compensé par une demande d’importation croissante de viande de porc en provenance de Chine.

Une hausse des prix des denrées alimentaires cet été rappelle que l’inflation dans un monde post-pandémique est réelle, et ce qui est pire, c’est qu’elle frappe de manière disproportionnée les ménages pauvres.

Simultanément, l’activité économique mondiale commence à caler quelque peu alors que la flambée des cas de virus aux Etats-Unis, en Europe et en Asie du Sud-Est a contraint de nombreux gouvernements locaux à réimposer des restrictions strictes en termes de santé publique, ce qui pourrait différer la reprise du commerce mondial vers la deuxième moitié de l’année 2020.

Une reprise mondiale chancelante, accompagnée d’un chômage intense, associée enfin à une hausse de l’inflation des prix des denrées alimentaires, est une autre mauvaise nouvelle pour les ménages à faible revenu du monde entier.

Les banques centrales peuvent-elles donc ignorer l’inflation des prix alimentaires ? La réponse est non, car la flambée des prix des denrées alimentaires risque d’inciter à de nouveaux troubles sociaux.

Source: Zerohedge

Commenter cet article

zelectron 29/09/2020 16:01

La Chine si elle continue, va créer des pénuries dans certains secteurs, d’où une envolée des prix !c'est alors que la chine revendra ses stocks et encaissera une très confortable plus-value

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs